BRENTANO CLEMENS (1778-1842)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le renoncement à la littérature

La publication de ces œuvres constitue une sorte d'adieu à la littérature profane. Le retour retentissant de Brentano au catholicisme, en 1817, sous l'influence de la jeune Luise Hensel dont il s'était épris, marque pratiquement la fin de son œuvre d'écrivain. Durant la période de graves conflits internes qui précède sa « conversion », il ajoute à son œuvre poétique un lyrisme d'inspiration religieuse qui fait souvent penser à la poésie mystique des xive et xve siècles et comprend quelques-uns de ses poèmes les plus remarquables. Mais il n'a pas connu cette deuxième puberté des natures géniales dont parle Goethe. À partir de 1818, il vivra exclusivement au service de sa foi catholique : il passe cinq ans à recueillir les visions de la religieuse stigmatisée Anna Katharina Emmerich, et après la mort de celle-ci, en 1824, il occupera le reste de sa vie à la retranscription et à la publication de ces visions. Il en publiera un premier volume en 1833. Deux autres paraîtront après sa mort. La qualité de la narration et la beauté plastique des images ont contribué au retentissement de ces trois livres dans les milieux catholiques.

L'œuvre et la personne de Brentano ont suscité les appréciations les plus contradictoires, de la haine violente à l'admiration passionnée. Godwi, le théâtre et même les Romances du Rosaire sont sans doute des œuvres imparfaites qui ont beaucoup vieilli. En revanche, la gloire du conteur et du poète est désormais établie et le jugement d'Eichendorff doit être pleinement ratifié : le plus musicien des poètes romantiques, Brentano a laissé quelques poésies qui comptent parmi les plus belles du lyrisme allemand.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Nice

Classification

Autres références

«  BRENTANO CLEMENS (1778-1842)  » est également traité dans :

EMMERICK ou EMMERICH ANNA KATHARINA (1774-1824)

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 1 042 mots

« Je me sentis tout de suite comme chez moi ; tout fut compréhensible et sensible autour de moi. » Ainsi Clemens Brentano note l'impression qu'il retire de sa rencontre avec Anna Katharina Emmerick, le 24 septembre 1818. De fait, le poète vagabond vient de trouver son havre pour quelques années. Il va demeurer auprès de la stigmatisée, du printemps 1819 à la mort de celle-ci. L'épisode est moins f […] Lire la suite

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du folklore comme discipline »  : […] Il est important de tenter de retracer la préhistoire de l'étude du folklore pour en saisir la spécificité. Lorsque cette discipline est née, au début du xix e siècle, l' ethnologie, en effet, existait déjà, même si elle n'en portait pas encore le nom. Elle s'était constituée à partir de la découverte au xvi e siècle du continent américain. Avec stupeur on avait appris alors l'existence d'une au […] Lire la suite

Pour citer l’article

André SOUYRIS, « BRENTANO CLEMENS - (1778-1842) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/clemens-brentano/