BRENTANO CLEMENS (1778-1842)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au centre du groupe de Heidelberg

Poésie

En 1806, Achim von Arnim et Brentano font paraître, à Heidelberg, le premier volume du recueil de chants populaires, Le Cor merveilleux de l'enfant (Des Knaben Wunderhorn). Cette publication, achevée en 1808, est un événement capital pour l'histoire du lyrisme allemand. Elle a renouvelé, au début du xixe siècle, une source d'inspiration sans laquelle on ne pourrait imaginer notamment ni la poésie d'Eichendorff ni celle de Heine, qu'annonce déjà, à bien des égards, le lyrisme personnel que Brentano a semé un peu partout dans sa prose et son théâtre. Musicalité et maîtrise technique sont des qualités essentielles de ces poèmes, où le caractère enjoué et enfantin, la simplicité et la fraîcheur de ton du Volsklied alternent souvent avec les accents poignants d'une âme malade et d'une nature mystique et sensuelle.

Des Knaben Wunderhorn

Photographie : Des Knaben Wunderhorn

De 1806 à 1808, Achim von Arnim et Clemens Brentano publient les trois volumes du «Knaben Wunderhorn» («Le Cor enchanté de l'enfant»), recueil de poésies populaires allemandes auquel vont s'abreuver plusieurs générations de musiciens: Friedrich Heinrich Himmel, Robert Schumann, Johannes... 

Crédits : AKG

Afficher

Brentano a travaillé longtemps, de 1803 à 1811, à la composition de sa « divine comédie », les Romances du Rosaire. L'œuvre est pourtant restée inachevée et n'a paru qu'après sa mort. Dans cette vaste épopée lyrique qui embrasse 1 200 ans et où, comme chez Dante, l'histoire et la réalité présente interfèrent sans cesse, il voulait montrer la rédemption par le rosaire de la faute millénaire qui pèse sur une famille bolonaise. D'une tonalité religieuse profonde, l'œuvre, très romantique, fond ensemble un grand nombre de motifs disparates : le péché d'inceste, la légende de Tannhäuser, des éléments du Moyen Âge empruntés à une vieille chronique de la ville de Bologne. Il y a beaucoup de scories dans cette masse, mais aussi des parties qui illustrent le lyrisme de Brentano dans ce qu'il a de meilleur. Tout entier composé en strophes de quatre vers trochaïques, le poème révèle un art remarquable de la versification et a fourni à Heine un modèle pour son Romanzero.

Théâtre

Le grand drame romantique La Fondation de Prague, publié en 1814, a été inspiré à Bre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Nice

Classification

Autres références

«  BRENTANO CLEMENS (1778-1842)  » est également traité dans :

EMMERICK ou EMMERICH ANNA KATHARINA (1774-1824)

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 1 042 mots

« Je me sentis tout de suite comme chez moi ; tout fut compréhensible et sensible autour de moi. » Ainsi Clemens Brentano note l'impression qu'il retire de sa rencontre avec Anna Katharina Emmerick, le 24 septembre 1818. De fait, le poète vagabond vient de trouver son havre pour quelques années. Il va demeurer auprès de la stigmatisée, du printemps 1819 à la mort de celle-ci. L'épisode est moins f […] Lire la suite

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du folklore comme discipline »  : […] Il est important de tenter de retracer la préhistoire de l'étude du folklore pour en saisir la spécificité. Lorsque cette discipline est née, au début du xix e siècle, l' ethnologie, en effet, existait déjà, même si elle n'en portait pas encore le nom. Elle s'était constituée à partir de la découverte au xvi e siècle du continent américain. Avec stupeur on avait appris alors l'existence d'une au […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André SOUYRIS, « BRENTANO CLEMENS - (1778-1842) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/clemens-brentano/