NORI CLAUDE (1949- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contrejour, deux décennies pour la photographie

L'activité d'éditeur de Claude Nori commence en 1975. Avec un groupe de jeunes confrères, il décide de créer une revue consacrée aux nouveaux talents. Un effet photographique fort et une connotation contestatrice font adopter le titre Contrejour, dont le premier numéro sera présenté lors des Rencontres d'Arles de juillet 1975. Les maquettes audacieuses sont réalisées dans l'esprit subversif et novateur des fanzines anglo-saxons.

Couverture du numéro 1 de Contrejour

Photographie : Couverture du numéro 1 de Contrejour

Fondée par Claude Nori, la revue Contrejour est consacrée aux nouveaux talents de la photographie. Le numéro 1, à la maquette audacieuse, est publié en juillet 1975 lors des Rencontres d'Arles. 

Crédits : C. Nori

Afficher

En 1976, Claude Nori devient son propre éditeur et publie Lunettes. Ce premier livre paraît avec une préface d'Agnès Varda sous le label « Contrejour », devenu maison d'édition. En 1978, Contrejour éditera deux auteurs italiens osant s'exprimer en couleurs : Franco Fontana avec Skyline et Luigi Ghirri avec Kodachrome. Sous sa couverture quadrillée comme une page de cahier, Le Voyage mexicain de Bernard Plossu inaugure en 1979 une série d'ouvrages monographiques de photographes peu ou mal connus du public français. Le succès est aussi rapide que le territoire peu occupé. Trois Secondes d'éternité, premier ouvrage exclusivement consacré au travail de Robert Doisneau, paraît dès 1979. Il annonce une suite de titres appelés à devenir des pièces de collection : Sur le fil du hasard de Willy Ronis (1980, prix Nadar 1981), Enquête d'identité de Patrick Zachmann (1987), Portraits de dames assises, de paysages tristes et de nus mollement las : suivis de quelques instants privilégiés et accompagnés de textes n'ayant aucun rapport avec les images de Jeanloup Sieff (1982), Telex Persans de Gilles Peress (1984), Portraits, nus de Jean-François Bauret (1984), L'Anonyme de Ralph Gibson (1986), Intimes Convictions de Sabine Weiss (1989), Demain le Temps sera plus vieux de Jeanloup Sieff (1990), Bulgares de Jacko Vassilev et Mondosex de Yan Morvan (1994).

Parallèlement à une production qui jusqu'à Méditerranées, portraits de lieux avec mémoire, de Fabienne Barre (1995), totalisera en vingt ans quelque cent soixante titres, les éditions Contrejour maintiennent l'objectif initial d'un regard global sur la photographie, avec la création de revues aux durées d'existence variables : le bisannuel Photographie actuelle en France (1976, 1978 et 1980), L'Almanach de la photo (1981, 1982 et 1983), le prestigieux Camera International, magazine grand format monté avec la participation du critique Gabriel Bauret et qui produira trente-neuf numéros de 1984 à 1994. Nourrie de contributions prestigieuses, la série des Cahiers de la photographie, revue trimestrielle de communications théoriques dirigée par Gilles Mora, Claude Nori, et Jean-Claude Lemagny, produira vingt-neuf numéros de 1981 à 1993, alternant les contributions théoriques, les contenus monographiques et les actes de colloques universitaires. La reprise en 2011 des éditions Contrejour par Claude Nori et sa femme Isabelle verra dans les premiers titres la parution de ses deux livres Jours heureux au Pays basque, et, en coédition avec Le Château-d'Eau de Toulouse, La Géométrie du flirt ainsi que Passé imparfait de Ralph Gibson (2012).

L'échange organisé le 8 juin 1979 par Bernard Pivot pour l'unique émission télévisée d'« Apostrophes » consacrée à la photographie rassemblait autour de Susan Sontag les photographes Robert Doisneau, Helmut Newton, Marc Riboud et Hans Silvester. Également présent, Claude Nori, auteur du livre La Photographie française : des origines à nos jours (1978), défendait une jeune génération d'artistes alors confrontée à la frilosité d'éditeurs tournés vers les valeurs sûres des grandes signatures.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Il me semble vous avoir déjà rencontré quelque part, C. Nori

Il me semble vous avoir déjà rencontré quelque part, C. Nori
Crédits : C. Nori

photographie

Couverture du numéro 1 de Contrejour

Couverture du numéro 1 de Contrejour
Crédits : C. Nori

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « NORI CLAUDE (1949- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-nori/