ESCLAVES & AFFRANCHIS IMPÉRIAUX, Rome antique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la société romaine, les esclaves et affranchis impériaux ne représentent pas seulement l'aristocratie de la population non libre ; ils se situent même parfois au-dessus des citoyens, souvent à côté d'eux et dans quelques cas en dessous.

Leur histoire se divise en deux périodes. La première correspond à une phase d'essor rapide, et elle commence naturellement avec l'œuvre d'Auguste. Trois circonstances expliquent cette ascension : d'abord, la mise en place d'une importante administration exigeait un nombreux personnel de fonctionnaires ; mais au moment de la naissance du nouveau régime, les sénateurs, les chevaliers et les plébéiens jouissaient encore d'une trop grande indépendance ; enfin, l'utilisation du travail servile n'avait rien que de très normal, et palliait cet inconvénient. Auguste utilisa d'abord ses esclaves et ses affranchis en tant que particulier, pour sa maison, sa trésorerie, son secrétariat, puis en tant que magistrat ou proconsul, en leur confiant notamment des charges de procurateurs. Il en fut remercié : le culte impérial connut de grands succès dans ce milieu (seuiri Augustales).

L'apogée de ce groupe social se situe sous Claude : l'empereur gouverne, mais ses affranchis administrent. Les noms de Pallas, Callixte, Polybe et Narcisse sont passés à la postérité. Ce choix délibéré permit au souverain de réduire l'influence des hommes libres. Les affranchis dirigent alors les bureaux palatins de Rome, sortes de « ministères » : la correspondance, les enquêtes, les requêtes, les archives et les comptes ; dans les provinces, ils veillent sur les biens impériaux et sur les finances, mais sous les ordres de chevaliers ; ils contrôlent en partie les recettes (impôts indirects) et la quasi-totalité des dépenses publiques (armée, aqueducs, blé) et privées (palais et évergétisme : travaux publics, spectacles, bibliothèques).

Du point de vue social, ils entrent dans le cadre général. Publics ou privés, les esclaves proviennent des mêmes sources (achat, naissance à la maison, capture à la guerre) ; les affranchissements se font suivant les mêmes modes (p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ESCLAVES & AFFRANCHIS IMPÉRIAUX, Rome antique  » est également traité dans :

ESCLAVAGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE, 
  • Maurice LENGELLÉ, 
  • Claude NICOLET
  •  • 8 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Justification théorique et réalités concrètes »  : […] Cette appréciation générale de l'origine et du développement de l'esclavage ne rend cependant pas compte de la réalité concrète. Il est tout à fait inexact, en effet, d'imaginer un partage des tâches, disons une division du travail, entre les hommes libres et les esclaves. Un tel partage se rencontre davantage dans les justifications théoriques de l'esclavage tel que le concevaient les Anciens que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esclavage/#i_42323

MINES, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Claude DOMERGUE
  •  • 12 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Empire »  : […] Aussi, sous l'Empire, un autre système se met-il peu à peu en place, qui implique un véritable contrôle de la part de l'administration à laquelle revenait la gestion des mines, le fisc. À partir des empereurs flaviens au moins, la gestion des mines dépendait du procurateur financier de la province concernée, représentant de l'empereur ( procurator Augusti ), haut fonctionnaire, membre de la class […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mines-antiquite-greco-romaine/#i_42323

NARCISSE, lat. NARCISSUS (mort en 54)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 332 mots

Avec Pallas, Polybe, Félix et Calliste, Narcisse est l'un des plus célèbres affranchis impériaux de Rome sous Claude et sous Néron, entre 41 et 54. Le portrait peu flatteur qu'en fait Racine dans Britannicus , l'opprobre dont il a été chargé par Suétone et par Tacite, l'homme véreux, le concussionnaire, l'intrigant et le criminel qu'il fut sans doute ne sauraient nous cacher le rôle important qu'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narcisse-lat-narcissus/#i_42323

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les affranchis »  : […] Il faut ensuite présenter un groupe qui, par certains aspects, se situe au-dessus des plébéiens, et par d'autres en dessous ; il s'agit des affranchis. Très souvent on les étudie avec les esclaves ; c'est une erreur : entre affranchis et esclaves il n'existe qu'une différence, la liberté, mais elle est de taille, et les uns l'avaient, les autres pas. L'ingénuité pouvait être obtenue de différentes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_42323

Pour citer l’article

Yann LE BOHEC, « ESCLAVES & AFFRANCHIS IMPÉRIAUX, Rome antique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/esclaves-et-affranchis-imperiaux-rome-antique/