CHINEDroit

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les principaux aspects du droit positif

Depuis 1979, dans tous les domaines, le droit positif a connu un essor sans précédent. C'est d'abord en matière d'échanges économiques et commerciaux avec l'étranger que cette œuvre législative a été la plus spectaculaire. Puis, à partir des années 1990, on a assisté à une fusion progressive entre cette législation et les droits civil et économique internes. En matière pénale et administrative, le développement et les réformes du droit positif ont également été profonds. Toutefois, cette modernisation reste freinée par d'importantes contraintes politiques et idéologiques.

Le droit pénal

S'adossant à une longue tradition, le droit pénal – ou des châtiments (xingfa) – n'a connu qu'une lente et incomplète évolution par rapport au modèle soviétique introduit à partir de 1949. La loi pénale et la loi de procédure pénale promulguées pour la première fois dans l'histoire de la Chine populaire en 1979 présentaient l'avantage de rendre publiques l'échelle des peines ainsi que les règles procédurales en vigueur. Mais ces textes étaient particulièrement répressifs et politiques. Il fallut attendre 1997 et la promulgation de deux nouveaux codes, profondément révisés, pour que la Chine se dote d'un droit pénal plus moderne et plus proche des normes internationales. Ainsi les principes de légalité des infractions et des peines y sont mieux définis, les règles de proportionnalité entre les premières et les secondes mieux respectées. La notion de « crimes contre-révolutionnaires » y a été remplacée par celle de « crimes menaçant la sécurité de l'État ». La nouvelle loi de procédure pénale a également introduit des notions fondamentales, telles que les principes de présomption d'innocence, de proportionnalité des mesures de contrainte et de délai raisonnable. Elle a aussi cherché à renforcer les droits de la défense.

Néanmoins, ces avancées comportent de nombreuses limites. Tout d'abord, le domaine du droit pénal reste celui du « crime » (fanzui). Les délits majeurs – ce concept est absent de la langue chinoise – sont « criminalisés » alors que les délits mineurs ainsi que les infractions qui relèvent en droit français de la catégorie des contraventions sont qualifiés d'« infractions administratives ». Si cette classification limite le champ d'application de la loi pénale, le système répressif chinois n'en est pas pour autant plus clément. En effet, le domaine des infractions administratives est vague et mouvant. Il peut recouvrir à la fois la prédélinquance et selon les époques toute forme de déviance ou de comportement jugé asocial ou dissident. Et ce domaine est interprété de manière encore largement discrétionnaire par la Sécurité publique qui non seulement délivre l'ensemble des amendes mais aussi gère les centres de détention provisoire et les camps de rééducation par le travail où quiconque peut être placé sur simple décision administrative. Bien qu'un recours juridictionnel contre les amendes et ces privations de liberté existe depuis la fin des années 1980, dans la pratique, ce droit reste encore trop rarement garanti.

En matière pénale, les tribunaux chinois rendent encore souvent une justice expéditive où les parquets, guère indépendants, contestent rarement les preuves fournies par la Sécurité publique, même lorsque celles-ci sont insuffisantes. Le principe de territorialité est entaché de nombreuses exceptions ; celui de non-rétroactivité également. Ainsi, chaque fois qu'une campagne contre la criminalité est lancée, une réglementation plus sévère est promulguée, qui réprime des crimes souvent commis avant son entrée en vigueur. Les droits de la défense n'ont été que superficiellement élargis : l'accès au dossier doit précéder au moins de trois semaines le début du procès mais inversement le dossier est devenu nettement plus mince qu'auparavant. Respectant mieux les formes en apparence, les tribunaux disposent encore de nombreux moyens pour détourner la procédure (éloignement des témoins, intimidation des avocats) ou orienter leur décision dans le sens qu'ils souhaitent, ou plutôt que le P.C. local désire.

Par ailleurs, la peine de mort, parfois assortie d'un délai d'exécution de d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHINE  » est également traité dans :

CHINE - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Guy MENNESSIER, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 5 866 mots
  •  • 7 médias

La République populaire de Chine est un des plus grands États du monde (9 561 240 km2) et le plus peuplé (1 307 560 000 habitants à la fin de 2005, hors Hong Kong, Macao et Taïwan). À côté d'une immense majorité Han (ou chinoise proprement dite), la population comprend 54 nationalités minoritaire […] Lire la suite

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 794 mots
  •  • 5 médias

La Chine a choisi, dès la création de l'Empire au iiie siècle avant J.-C., une configuration politique d'unité pour répondre à l'immensité de son territoire. Identifiant son berceau historique à la moyenne vallée du fleuve Jaune, l'histoire officielle pose la Chine comme un foyer de civilisation central qui […] Lire la suite

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 736 mots
  •  • 3 médias

Au fil des siècles, la Chine impériale a étendu sa domination politique et militaire jusqu'au cœur de l'Asie centrale. Les territoires conquis, à l'exception de la république de Mongolie, indépendante depuis 1921, font aujourd'hui partie de la République populaire. La Chine s'étend en conséquence sur deux domaines géographiques entièrement différents : […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Comme les pays du bassin méditerranéen et de l'Europe, la Chine d'aujourd'hui est le point d'aboutissement d'une très longue évolution où les facteurs de continuité ne sont sans doute pas plus significatifs pour l'historien que ceux que l'on rencontre en Occident dans le domaine des institutions, du droit, des traditions culturelles et religieuses. C'est par étapes que les populations de langue et […] Lire la suite

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 155 mots
  •  • 14 médias

Soixante dix ans après la naissance dans la violence de la république populaire de Chine, le cours de l'histoire chinoise apparaît plus stable, mais non dépourvu d'interrogations multiples. Symbole de la plus grande révolution communiste survenue dans le Tiers Monde, et réceptacle de nombreux espoirs révolutionnai […] Lire la suite

CHINE - Politique étrangère contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 7 620 mots
  •  • 6 médias

Depuis 1979, la diplomatie de la République populaire de Chine est au service des quatre objectifs majeurs suivants : le développement économique du pays, l'affirmation et la consolidation de son statut de grande puissance, la réunification de la nation chinoise et la survie du régime actuel. Ces objectifs peuvent sembler contradictoires, et le dernier – la stabilité du système politique dirigé pa […] Lire la suite

CHINE - Économie

  • Écrit par 
  • Françoise LEMOINE, 
  • Thomas VENDRYES
  •  • 8 218 mots
  •  • 6 médias

À partir de la fin des années 1970, la Chine a fait de la modernisation de son économie une priorité qui l'a conduite à abandonner progressivement les principes de planification et d'autarcie en vigueur pendant la période maoïste et post-maoïste (1949-1978), pour faire place aux mécanismes de marché et s'ouvrir aux échanges internationaux. La transition est e […] Lire la suite

CHINE - Politique religieuse

  • Écrit par 
  • Benoît VERMANDER
  •  • 6 092 mots

La politique des réformes et de l'ouverture, engagée sous l'égide de Deng Xiaoping à partir de 1979, a permis et permet encore le spectaculaire développement économique de la Chine, et a fait de ce pays un acteur clé, si ce n'est l'acteur clé de la mondialisation. Fondée sur une ouverture économique, financière et internationale graduelle et ininterrompue, la montée en puissance de la Chine ne s'e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 juin 2020 Chine. Condamnation de l'avocat Yu Wensheng.

Le tribunal de Xuzhou (Jiangsu) condamne l’avocat Yu Wensheng, défenseur de la démocratie et des droits humains, arrêté en janvier 2018, à quatre ans de prison pour « incitation à la subversion du pouvoir d’État ». En 2019, il avait été lauréat du prix franco-allemand des droits de l’homme et de l’État de droit décerné par les ministères des Affaires étrangères français et allemand. […] Lire la suite

1er-30 juillet 2019 Chine. Poursuite de la contestation à Hong Kong.

Le 1er – date anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997 –, les jeunes opposants qui manifestent par milliers depuis juin dans la région administrative spéciale (RAS) contre le projet de loi qui vise à faciliter les procédures d’extradition vers la Chine continentale entrent de force dans le Parlement qu’ils saccagent et occupent quelques heures. […] Lire la suite

25 avril 2019 Chine – France. Tension diplomatique.

La Chine adresse une protestation à la France, accusant la frégate française de surveillance Vendémiaire d’avoir « franchi illégalement » le détroit de Taïwan en pénétrant dans « les eaux territoriales chinoises », le 6. En réponse, Paris « réaffirme son attachement à la liberté de navigation conformément au droit de la mer », assurant que la frégate circulait dans les eaux internationales – que Pékin revendique comme territoriales dans de nombreuses zones de la mer de Chine. […] Lire la suite

27 juillet 2017 France. Nationalisation des chantiers navals de Saint-Nazaire.

Le gouvernement décide de faire jouer son droit de préemption et de nationaliser temporairement les Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), dont l’État possède déjà 33,4 p. 100 des parts. L’actionnaire majoritaire, le groupe sud-coréen STX, en faillite, devait céder, le 29, le reste du capital du chantier au groupe public italien Fincantieri, leader de la construction navale en Europe, en application d’un jugement prononcé en janvier par un tribunal sud-coréen. […] Lire la suite

15-18 janvier 2017 Chine – Suisse. Visite d'État du président chinois Xi Jinping en Suisse.

Le 18, Xi Jinping se rend au siège des Nations unies à Genève où il défend la vision d’un ordre mondial fondé sur le multilatéralisme et le droit international, et s’engage à financer davantage l’ONU. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre CABESTAN, « CHINE - Droit », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-droit/