CHÉLONIENS ou TORTUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Déplacement de la tête

Déplacement de la tête
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tortue-léopard

Tortue-léopard
Crédits : W. Kaehler/ Corbis

photographie

Caretta

Caretta
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tortue verte

Tortue verte
Crédits : Mike Severns/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Reproduction, longévité, hibernation

L'époque à laquelle les tortues se reproduisent semble très variable et d'autant plus difficile à cerner que les femelles peuvent stocker les spermatozoïdes durant plusieurs mois ou même plusieurs années et pondre des œufs féconds sans contact récent avec les mâles. Ces derniers assurent l'essentiel du comportement de cour, assez simple en général et surtout basé sur des hochements de tête préalables au rapprochement des partenaires, puis des mordillements des pattes, des bords de la carapace et du cou. L'accouplement a lieu peu après, le mâle étant juché sur la carapace de la femelle à laquelle il s'agrippe par ses membres antérieurs. Chez les formes aquatiques et marines, l'accouplement a lieu dans l'eau. Les femelles choisissent avec attention d'emplacement du nid. Celui-ci est toujours situé sur une plage chez les formes marines ; sur le sol meuble de la berge ou sur un banc de sable émergé chez les formes d'eau douce. Certaines formes terrestres enfouissent leurs œufs sous un amas de débris végétaux (fréquent chez les testudinidés) mais, plus généralement, le nid est hypogé. À l'aide de ses pattes, la femelle creuse d'abord une excavation aux dimensions de son corps afin, semble-t-il, d'être dissimulée durant la ponte. Au fond de cette excavation, un second trou, de dimensions plus réduites, est aménagé ; il correspond à la chambre de ponte proprement dite. Les œufs sont rapidement libérés dans la chambre de ponte, puis l'ensemble du nid est soigneusement comblé et dissimulé. Il n'est pas rare que la femelle arrose d'urine les matériaux recouvrant les œufs, ce qui prévient leur dessiccation. Chez la Tortue verte, l'ensemble des opérations liées à la ponte ne dure pas plus de deux heures. Les œufs des Chéloniens sont sphériques ou ovoïdes et souvent pourvus d'une coquille calcifiée de couleur blanc laiteux. Leur diamètre, proportionnel à la taille des adultes, varie de 1 à 4 centimètres ; leur nombre par ponte diffère largement selon les espèces (1 œuf chez Malacochersus tornieri ; 200 chez Chelonia mydas). Les tortues marin [...]

Tortues

Tortues

Photographie

Accouplement de deux tortues géantes des Galapagos (Chelonoidis elephantopus). 

Crédits : John Beatty/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle en biologie animale, chercheur libre à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  CHÉLONIENS ou TORTUES  » est également traité dans :

BERNE CONVENTION DE (1979)

  • Écrit par 
  • Sandrine MALJEAN-DUBOIS
  •  • 788 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le rôle du comité permanent »  : […] Le comité permanent, organe directeur de cette convention, est constitué par les représentants des parties. Il veille à ce que les dispositions de la Convention suivent l’évolution des besoins de la vie sauvage. Il est notamment compétent pour faire des recommandations aux États et amender les annexes à la Convention, où sont énumérées les espèces protégées. Avec l’aide des organisations non gouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/convention-de-berne/#i_26262

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 020 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Persistance des types primitifs et peu spécialisés »  : […] Il existe encore de nombreux Tétrapodes qui n'ont pas subi de modifications vraiment radicales des membres par rapport au « type primitif » : les modifications consistent surtout en un allégement des structures et des simplifications plus ou moins poussées (R. W. Miner, 1925). Chez les Urodèles (tritons et salamandres), les membres conservent une orientation transversale très nette ; on observe, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membres/#i_26262

MIGRATIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD, 
  • Jean DORST
  •  • 11 679 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Reptiles et Amphibiens »  : […] Les Reptiles et les Amphibiens ne sont pas capables de se déplacer aisément sur de grandes distances. De plus, leur adaptation à lutter contre les conditions défavorables du milieu ambiant réside surtout en une léthargie hivernale qui leur permet de réduire radicalement leurs dépenses énergétiques. Les seuls mouvements à allure de migration sont effectués par les espèces terrestres au moment de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/migrations-animales/#i_26262

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Composition »  : […] Le necton, au sens large, comporte des espèces appartenant à cinq groupes zoologiques : crustacés, céphalopodes (calmars et poulpes nageurs), poissons, reptiles et mammifères, les céphalopodes et les poissons étant les plus importants. Les reptiles sont représentés principalement par des tortues dont les plus connues sont la tortue caret, autrefois recherchée pour son écaille, et la tortue verte , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-pelagique/#i_26262

PAPPOCHELYS ROSINAE

  • Écrit par 
  • Haiyan TONG
  •  • 989 mots
  •  • 1 média

Pappochelys rosinae est une nouvelle espèce de tortue fossile qui a été définie en 2015 par ses deux découvreurs : l’Allemand Rainer Schoch et l’Américain Hans-Dieter Sues (« A Middle Triassic stem-turtle and the evolution of the turtle body plan », in Nature, vol. 523, pp. 584–587, juil. 2015). Datée d’environ 240 millions d’anné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pappochelys-rosinae/#i_26262

PLATYCHELYS OBERNDORFERI

  • Écrit par 
  • Haiyan TONG
  •  • 1 534 mots
  •  • 2 médias

Platychelys oberndorferi  est une espèce de tortue fossile qui vivait dans les mers il y a quelque 150 millions d’années, au Jurassique supérieur. Le premier fossile de cette espèce a été décrit par le paléontologue allemand Johann Andreas Wagner (1797-1861) au milieu de xix e  siècle. Depuis, plus d'une demi-douzaine de car […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platychelys-oberndorferi/#i_26262

REPTILES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT
  •  • 3 965 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Tégument »  : […] Le rôle protecteur du tégument est évident ; les très nombreuses écailles qui le recouvrent présentent une grande variabilité de formes et de couleurs. La perméabilité de la peau varie beaucoup ; très faible chez les espèces désertiques (Moloch d'Australie), elle peut être importante chez les espèces souterraines (Amphisbène d'Afrique Le derme contient une couche de cellules spéciales : les chrom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reptiles/#i_26262

REPTILES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 11 604 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les Anapsides »  : […] Les formes les plus généralisées d' Amniotes sont de petite taille, tel Captorhinus ou Labidosaurus . Ces Captorhinomorphes ancestraux, surtout connus par le Permien inférieur du Texas, ont été retrouvés en U.R.S.S. et plus récemment aux Indes, ainsi qu'en Afrique où ils persistent dans le Permien supérieur du Niger avec un genre de grande taille, à d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reptiles-fossiles/#i_26262

Voir aussi

Pour citer l’article

Vivian de BUFFRÉNIL, « CHÉLONIENS ou TORTUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cheloniens-tortues/