PERRIAND CHARLOTTE (1903-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Créatrice de mobiliers et d'aménagements intérieurs, Charlotte Perriand a fait ses études à l'École de l'Union centrale des arts décoratifs de Paris, de 1920 à 1925, avant de s'engager, aux côtés des principaux protagonistes de la scène architecturale parisienne, dans une véritable réforme de l'espace domestique.

Architecte d'espace autant que designer engagée, ses créations sont liées aux préoccupations du moment : le logement, les équipements collectifs, les nécessités fonctionnelles de l'habitat.

Rationaliser l'espace

Après avoir présenté ses premiers travaux à l'Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de Paris en 1925, Charlotte Perriand participe au Salon des artistes décorateurs, en 1926 et en 1927, puis au Salon d'automne, en 1927, où elle expose le Bar sous le toit qui lui vaut une certaine notoriété dans les milieux professionnels. Le mobilier métallique créé pour son appartement-atelier de la place Saint-Sulpice allie luxe et décontraction dans la mouvance avant-gardiste qui expérimente des matériaux modernes et industriels, comme les toiles tendues et le tube d'acier. Pour la salle à manger de cet appartement, elle résout le problème de place en inventant une Table extensible en bois et en aluminium et des Fauteuils pivotants B 302 conçus sur le modèle des tabourets auxquels des dossiers de cuir rembourrés sont fixés sur un tube d'acier courbé. Le succès de cette réalisation et la lecture des livres de Le Corbusier (Vers une architecture et L'Art décoratif aujourd'hui, 1923) donnent une forte impulsion à sa carrière.

Elle travaille, dès 1927, à l'agence Le Corbusier, où elle côtoie, pendant dix ans, de nombreux architectes de la génération montante : l'Espagnol Jose Luis Sert, les Japonais Junzo Sakakura et Kunio Maekawa, le Suisse Alfred Roth, le Français Jean Bossu. Elle bénéficie d'un double statut : stagiaire pour l'étude des projets architecturaux, elle devient en 1928 l'associée de Le Corbusier et Pierre Jeanneret pour la création des mobiliers. Elle aménage ainsi à Paris le Pavillon suisse de la Cité universitaire (de 1930 à 1932) et la Cité du refuge de l'Armée du salut (en 1932). Pour les villas La Roche à Paris (en 1928) et de Church à Ville-d'Avray (en 1929), elle créé un mobilier devenu emblématique : fauteuil Grand Confort (1928), Table B 308 dont le plateau peut se séparer du piétement, Chaise longue B 306, réalisée avec Pierre Jeanneret et Le Corbusier, qui par simple glissement peut être utilisée comme fauteuil, siège de repos ou rocking-chair.

Charlotte Perriand présente au Salon des artistes décorateurs, en 1928, avec René Herbst et Djo Bourgeois, un stand moderne qui accueille des créations de Jean Fouquet, Gérard Sandoz et Jean Puiforcat. Elle reprend cette idée de regroupement des modernes pour le Salon de 1929, en exposant le résultat de ses recherches sur l'organisation fonctionnelle des pratiques domestiques et sur la rationalisation de l'espace, en s'associant cette fois à Le Corbusier et Pierre Jeanneret. Mais sa proposition se heurte à l'hostilité du comité d'organisation. Ne pouvant exposer selon ses souhaits, elle démissionne de l'Union des arts décoratifs, entraînant avec elle la défection de tout un groupe, dont René Herbst et Pierre Chareau. Ce sont ces dissidents qui, quelques mois plus tard, fonderont sous la présidence de Robert Mallet-Stevens l'Union des artistes modernes, où Charlotte Perriand jouera un rôle actif.

Parallèlement, elle prend part, avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret, à plusieurs expositions internationales, à Cologne en 1931, à Bruxelles en 1935 et à Paris en 1937. Après avoir réalisé au Salon des arts ménagers de 1936 un photomontage de 16 mètres de longueur, intitulé La Grande Misère à Paris, elle collabore avec Fernand Léger à la confection d'un grand panneau mural destiné au Pavillon de l'agriculture de l'Exposition internationale des arts et techniques de la vie moderne de 1937 et qui illustre la politique agricole du Front populaire. C'est à cette période qu'elle quitte l'agence Le Corbusier afin de poursuivre plus librement sa carrière.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : architecte, professeur à l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy, chercheur au Laboratoire d'histoire de l'architecture contemporaine

Classification

Autres références

«  PERRIAND CHARLOTTE (1903-1999)  » est également traité dans :

CHAISE LONGUE "B306" (Le Corbusier, P. Jeanneret, C. Perriand)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 155 mots

Avec la chaise longue « B306 », l'architecte Le Corbusier (1887-1965) et ses collaborateurs (Charlotte Perriand est responsable du projet) ont créé l'un des prototypes du meuble moderne et ergonomique. Cette réalisation s'inscrit dans la réflexion de Le Corbusier sur un art décoratif fonctionnel, dépouillé de tout folklore, exprimée dans son ouvrage […] Lire la suite

LE MONDE NOUVEAU DE CHARLOTTE PERRIAND (exposition)

  • Écrit par 
  • Guillemette MOREL JOURNEL
  •  • 1 015 mots

La fondation Louis Vuitton accueille du 2 octobre 2019 au 24 février 2020 une ambitieuse exposition consacrée à la conceptrice de mobilier et architecte d’intérieur Charlotte Perriand (1903-1999). Son nom reste souvent associé à ceux des architectes Le Corbusier et […] Lire la suite

CHAISES LONGUES DU XXe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 650 mots

1925 Chaise longue, Pierre Legrain (1889-1929). Grande figure de l'Art déco français, Pierre Legrain a notamment travaillé pour le couturier Jacques Doucet pour qui il réalisa de nombreuses reliures. Le châssis de sa chaise longue, d'une grande simplicité de dessin, est en hêtre laqué avec incrustations de nacre, le rembourrage est recouvert de velours zébré. 1928 Chaise longue « B306 », Le Corb […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joseph ABRAM, « PERRIAND CHARLOTTE - (1903-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charlotte-perriand/