PERRIAND CHARLOTTE (1903-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'aménagement intérieur

En 1938, Charlotte Perriand conçoit le bureau de Jean-Richard Bloch, le rédacteur en chef du journal Ce Soir. Cette pièce unique est spécifiquement adaptée aux exigences professionnelles et à un espace défini.

Invitée en 1940 par le ministère impérial du Commerce et de l'Industrie du Japon comme conseillère de la production industrielle, elle part pour Tōkyō, où elle réside plusieurs mois. Elle y organise l'exposition Tradition, sélection, création (Tōkyō-Ōsaka, printemps 1941), afin de montrer comment la production japonaise peut s'adapter aux usages occidentaux. L'entrée en guerre du Japon en 1941 l'empêche de regagner la France. Elle rédige avec Junzo Sakakura le livre Contact avec le Japon (1942), avant de s'installer en Indochine (1943-1946).

De retour à Paris, Charlotte Perriand participe, avec Paul Nelson, à l'Exposition internationale de l'urbanisme et de l'habitation (1947) et réalise, pour lui, l'équipement des chambres de l'hôpital de Saint-Lô (1947-1956). Au cours des années 1940-1950, elle participe à la fondation du mouvement Formes utiles (1949) au sein de l'U.A.M. et fait breveter avec Jean Borot un bloc sanitaire.

Elle collabore également avec Le Corbusier à l'aménagement intérieur de l'unité d'habitation, la Cité radieuse, de Marseille (1947-1952), où elle poursuit ses recherches sur la normalisation des éléments de rangement et réalise une cuisine intégrée. À la Maison du Brésil à la Cité universitaire de Paris (avec Lucio Costa, 1959), elle imagine du mobilier multifonction : un mobilier bibliothèque-tableau noir, une armoire-penderie-meuble écran et un lit-banquette. Puis, avec Guy Lagneau, Michel Weill, Jean Dimitrijevic et Jean Prouvé, elle réalise les équipements collectifs de la Maison de l'étudiant de la Cité universitaire à Paris, la Maison de la Tunisie (avec Jean Sebag, 1952), la Maison du Mexique (avec Jorge et Roberto Medellin, 1953), où elle installe notamment des bibliothèques conçues comme des étagères aux portes coulissantes. Elle poursuit avec l'hôtel de France à Conakry (1953) et la Maison du Sahara (1958), où elle concrétise son travail sur l'organisation rationnelle.

À Londres, elle aménage l'agence Air France (avec P. Bradok, 1957) et l'office du tourisme français (avec Ernö Goldfinger, 1960). De 1956 jusqu'à sa fermeture en 1974, la galerie Steph Simon à Paris édite les modèles qu'elle crée avec Jean Prouvé. Elle y présente notamment son mobilier en bois massif, ses Bibliothèques-plots et des éléments standardisés pouvant être vendus séparément (plots métalliques, tiges filetées, tiroirs en plastique) et que le client peut librement aménager en bibliothèque, placard ou buffet, selon le slogan « Composez-le vous-même ». Ce sont ces éléments qu'elle appelle sa « quincaillerie ». Seuls les tiroirs-casiers en plastique moulé rencontrent un succès commercial et font l'objet d'une production en série.

De 1967 à 1989, elle participe à la conception de la station de sports d'hiver sans voitures des Arcs (avec l'Atelier d'architecture en montagne de Chambéry), où la protection de la nature et du site est primordiale. Cette réalisation concrétise l'aboutissement de ses recherches sur l'habitat collectif et l'aménagement intérieur. Afin de donner une cohérence au complexe, Charlotte Perriand intervient tant au niveau de l'urbanisme que de l'équipement des appartements avec des éléments normalisés.

Charlotte Perriand a contribué à la définition d'une modernité riche de significations, où la leçon de la tradition se mêle à la culture industrielle. Partant des besoins et des gestes, elle intègre la fonctionnalité des objets dans une poétique des usages et des matériaux. Le Chalet de Méribel-les-Allues, en Savoie, (1961) et la Maison de thé, cet espace dédié au recueillement et à la méditation, qu'elle conçoit pour l'U.N.E.S.C.O. (1993), témoignent de la continuité de cette problématique d'hybridation de la modernité au contact des cultures séculaires. Ses Mémoires, qu'elle publie en 1998, constituent un témoignage attachant sur l'une des trajectoires créatives les plus significatives du xxe siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : architecte, professeur à l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy, chercheur au Laboratoire d'histoire de l'architecture contemporaine

Classification

Autres références

«  PERRIAND CHARLOTTE (1903-1999)  » est également traité dans :

CHAISE LONGUE "B306" (Le Corbusier, P. Jeanneret, C. Perriand)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 155 mots

Avec la chaise longue « B306 », l'architecte Le Corbusier (1887-1965) et ses collaborateurs (Charlotte Perriand est responsable du projet) ont créé l'un des prototypes du meuble moderne et ergonomique. Cette réalisation s'inscrit dans la réflexion de Le Corbusier sur un art décoratif fonctionnel, dépouillé de tout folklore, exprimée dans son ouvrage […] Lire la suite

LE MONDE NOUVEAU DE CHARLOTTE PERRIAND (exposition)

  • Écrit par 
  • Guillemette MOREL JOURNEL
  •  • 1 015 mots

La fondation Louis Vuitton accueille du 2 octobre 2019 au 24 février 2020 une ambitieuse exposition consacrée à la conceptrice de mobilier et architecte d’intérieur Charlotte Perriand (1903-1999). Son nom reste souvent associé à ceux des architectes Le Corbusier et […] Lire la suite

CHAISES LONGUES DU XXe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 650 mots

1925 Chaise longue, Pierre Legrain (1889-1929). Grande figure de l'Art déco français, Pierre Legrain a notamment travaillé pour le couturier Jacques Doucet pour qui il réalisa de nombreuses reliures. Le châssis de sa chaise longue, d'une grande simplicité de dessin, est en hêtre laqué avec incrustations de nacre, le rembourrage est recouvert de velours zébré. 1928 Chaise longue « B306 », Le Corb […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joseph ABRAM, « PERRIAND CHARLOTTE - (1903-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charlotte-perriand/