MILLS CHARLES WRIGHT (1916-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la tradition de Thorstein Veblen, Mills est la figure la plus marquante de la sociologie critique américaine. Il estime que toute sociologie est fondamentalement politique et doit servir à combattre les préjugés et à changer la société.

Mills a été, aux États-Unis, un des critiques les plus sévères de la sociologie contemporaine, dont il dénonçait le faux désengagement : pour lui, cette apparente neutralité n'était qu'un écran de fumée masquant une orientation foncièrement conservatrice. Se sentant mal à l'aise dans les cadres du fonctionnalisme pour étudier le changement social, il se tourna vers Marx et vers Weber, ce qui lui valut, bien qu'il ne fût pas marxiste, les foudres de la sociologie américaine conformiste.

Son ouvrage qui, avec White Collar (1951), est le plus important, The Power Elite (1956), étudie le pouvoir politique aux États-Unis. Reprenant le schéma de Mosca, selon lequel une minorité de personnes, la classe dirigeante, détient le pouvoir dans la société, de sorte que toute l'histoire s'explique par les intérêts de cette minorité, Mills montre, pour sa part, que l'élite est un phénomène très diversifié qui ne doit pas être rangé dans les classes sociales. Il y a des élites de classe, mais pas une classe d'élites. Cependant, sans constituer une classe, les élites s'associent pour former une unité de pouvoir dominant dans la société ; ainsi Mills décrit-il ce qu'il nomme le « complexe militaro-industriel », véritable détenteur du pouvoir dans la société américaine.

On a reproché à Mills de confondre élite et pouvoir, et de négliger le rôle des élites d'influence. Toutefois, son livre a largement contribué au développement de la sociologie du pouvoir et a suscité de nombreuses recherches particulières consacrées aux élites.

—  Daniel DERIVRY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MILLS CHARLES WRIGHT (1916-1962)  » est également traité dans :

ALIÉNATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURAND
  •  • 728 mots

Pour les sociologues, le concept d'aliénation a été forgé par Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier lui est étranger, c'est-à-dire aliéné, puisqu'il e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation-sociologie/#i_15458

CLASSES SOCIALES - Classe dominante

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 2 471 mots

Dans le chapitre « Bourgeoisie et élite(s) »  : […] Dans la perspective marxiste, le rapport de propriété est le rapport social déterminant. Dans le mode de production capitaliste, il oppose les bourgeois, propriétaires des moyens de production, aux prolétaires, détenteurs de leur seule force de travail. « Par bourgeoisie, on entend la classe des capitalistes modernes qui possèdent les moyens sociaux de production et utilisent le travail salar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-classe-dominante/#i_15458

COLS BLANCS

  • Écrit par 
  • Pascale GRUSON
  •  • 645 mots

L'expression « cols blancs » traduit le white collars américain. Elle permet de repérer un groupe social qui, professionnellement, se situe dans le secteur tertiaire et qui, tant par son statut que par son attitude politique, par son mode de vie, par la perception qu'il a de lui-même, se distingue des ouvriers ( blue collars ) et des dirigeants ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cols-blancs/#i_15458

SOCIÉTÉ DE MASSE

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 3 716 mots

Dans le chapitre « Critique aristocratique et critique démocratique »  : […] La société de masse a trouvé ses plus violents critiques au xx e  siècle, époque qui connaît, en effet, une surindustrialisation. Ainsi José Ortega y Gasset, influencé par le romantisme germanique, considère-t-il avec inquiétude la « révolte des masses » qui menace les élites cultivées ; ainsi Karl Mannheim estime-t-il que l'ère des masses est au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-de-masse/#i_15458

STRATIFICATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Xavier ROZE
  •  • 1 241 mots

Les théories de la stratification ont en commun avec la théorie marxiste de chercher à rendre compte de l'inégalité des conditions que l'on constate au sein des sociétés. Alors que Karl Marx situe le principe d'explication de cette inégalité au niveau des rapports de production et conclut à une structure sociale divisée en classes antagonistes, les théories de la stratification conçoivent la socié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stratification-sociale/#i_15458

Pour citer l’article

Daniel DERIVRY, « MILLS CHARLES WRIGHT - (1916-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-wright-mills/