DAUBIGNY CHARLES FRANÇOIS (1817-1878)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une lignée d'artistes qui compte plusieurs peintres en miniatures, Charles François Daubigny est initié à la peinture par son père, Edme François, qui est un élève de Victor Bertin. Très jeune, il doit travailler :« Il eut à naître artiste, dans une famille d'artistes, trouver dans son berceau d'enfant deux puissances irréconciliées encore, le génie et la pauvreté ; entrer dans la vie sous leur pression contraire, et commencer par le métier une existence que l'art réclamait sans partage », écrit Castagnary (Salon de 1861).

Peintre paysagiste, mais aussi aquafortiste et dessinateur pour la gravure sur bois, il fut l'un des « petits maîtres » de l'illustration romantique, qui collabora à nombre des principaux livres illustrés des années 1840 avant de contribuer au mouvement de la renaissance de l'eau-forte. Il dessine d'innombrables vignettes, parfois signées par son beau-frère Trimolet, qui fait partie du même « phalanstère » d'artistes, et devient l'un des dessinateurs attitrés de l'éditeur Curmer, à qui l'a présenté Paul Huet. C'est ainsi qu'il participe à la grande publication de cet éditeur Les Français peints par eux-mêmes (1841-1842), qui avait engagé les principaux illustrateurs romantiques pour réaliser une vaste fresque des types sociaux de l'époque. Ce même éditeur, lorsqu'il édite en 1842 La Pléiade, Ballades, Fabliaux, Nouvelles et légendes..., en confiant à un illustrateur différent la charge de chacune des livraisons, lui commande la mise en images d'un texte médiéval, le Lai des deux amants. En 1842-1843, Daubigny collabore à nouveau à l'un des grands ouvrages collectifs du livre illustré romantique, associé celui-ci à la prise de conscience d'une culture nationale et traditionnelle qui annonce l'éveil du folklore, Chants et chansons populaires de la France (éd. Delloye) : pour ce livre, où l'unité graphique de la page évoque le manuscrit médiéval enluminé, le texte et l'image sont [...]

Moisson, C.-F. Daubigny

Moisson, C.-F. Daubigny

Photographie

Charles François Daubigny, «Moisson», 1851. Huile sur toile, 135 cm × 196 cm. Musée d'Orsay, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur des universités, membre de l'I.U.F., professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-ouest Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  DAUBIGNY CHARLES FRANÇOIS (1817-1878)  » est également traité dans :

BARBIZON ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 3 463 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Millet et Daubigny »  : […] Jean-François Millet (1814-1875), à l'occasion peintre d'histoire et peintre religieux, marqua de sa participation les travaux du groupe par l'inclusion, dans le paysage, de l'homme attaché à la nature et à la vie des champs. Il s'agissait là d'un thème, populaire dans la littérature et la poésie dès les années 1830, qui affirmait l'innocence de l'homme rural en l'opposant au flétrissement humain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-barbizon/#i_5115

Pour citer l’article

Ségolène LE MEN, « DAUBIGNY CHARLES FRANÇOIS - (1817-1878) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-francois-daubigny/