SAINTE-BEUVE CHARLES AUGUSTIN (1804-1869)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comment parler aujourd'hui de Sainte-Beuve sans être « contre » Sainte-Beuve, avec tous ceux qu'il a méconnus ou calomniés, c'est-à-dire la plupart des grands écrivains de son temps : Balzac, Hugo, Stendhal, Baudelaire..., avec tous ceux qui ont dénoncé l'étroitesse de ses vues, la petitesse de son caractère, la mesquinerie de ses enquêtes biographiques, c'est-à-dire, derrière Proust, avec une cohorte de critiques médiocres qui, forts de l'exemple proustien, dénigrent le prétendu grand maître de la critique littéraire et se défendent de lui rien devoir alors même qu'ils ne font que l'imiter. Mais que nous importent les jalousies et les « poisons » de Sainte-Beuve, ses ambitions et ses maladies ? Les définir, écrire leur histoire, c'est être « pour » lui, c'est marcher sur ses traces, c'est faire cette critique biographique et psychologique qu'il pratiquait mieux que personne, en portraitiste et en causeur, et l'on a cru qu'il s'agissait de critique littéraire.

Ce qui compte, c'est le poids dont ont pesé ces volumes de feuilletons et de chroniques sur l'histoire de la littérature et sur la manière dont elle s'écrit. Essayons de relire ce Saint-Beuve-là – portraits, causeries, histoire, mais aussi recueils de vers, romans et nouvelles – et de comprendre le sort qui lui fut réservé. De l'échec du poète de Joseph Delorme à la consécration glorieuse du critique des Lundis, se dessine un itinéraire qui va d'un effort incompris pour créer des formes poétiques et romanesques nouvelles à une pratique à la fois érudite et diserte du discours critique qui en fixera le modèle pour un siècle. Pour ou contre Sainte-Beuve ? mais de quel Sainte-Beuve parle-t-on ? de l'homme ? de l'œuvre ? et de quelle œuvre ?

L'échec du poète

Qu'est-ce que Sainte-Beuve attendait de l'écriture ? D'abord, la solution idéale d'une difficulté d'être qui n'était ni une angoisse métaphysique, ni, dès l'origine, un thème littéraire.

Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme (1829) racontent un mal qui, pour être aussi du siècle, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de littérature française à la Sorbonne

Classification


Autres références

«  SAINTE-BEUVE CHARLES AUGUSTIN (1804-1869)  » est également traité dans :

CÉNACLES ROMANTIQUES

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 2 433 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autour de Victor Hugo »  : […] Le Cénacle proprement dit est encore appelé « Cénacle de Joseph Delorme », en l'honneur du célèbre poème de Sainte-Beuve dans lequel ce terme se trouve appliqué au groupe d'amis et d'artistes qui, de 1827 à 1830 (à peu près du « manifeste » de la préface de Cromwell à l'apothéose d'Hernani […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenacles-romantiques/#i_5841

CONTRE SAINTE-BEUVE, Marcel Proust - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 253 mots

Dans le chapitre « « Sainte-Beuve a méconnu tous les grands écrivains de son temps » »  : […] littéraire, mais, par avance, l'inclusion future de cette théorie dans la fiction. Dans le chapitre suivant, « La Méthode de Sainte-Beuve », Proust définit, pour le condamner, le « biographisme » dominant à l'époque, qui consiste à analyser l'œuvre au regard de l'homme. Tout à l'inverse, la doctrine proustienne pose une radicale hétérogénéité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-sainte-beuve/#i_5841

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 911 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'histoire littéraire »  : […] comme dans De l'Allemagne de Mme de Staël. Sainte-Beuve, dans ses Critiques et portraits littéraires, explique les œuvres par la vie des auteurs. Taine, ensuite, explique les individus par trois facteurs : la race, le milieu et le moment ; ce sont les débuts de la critique sociologique, qui se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_5841

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « Les principaux ouvrages »  : […] de la polémique, mais la première édition gardait sa préférence. Voici ce qu'en écrit Sainte-Beuve : « Chaque discours, qui a lui-même deux portions, se compose de paragraphes plus ou moins longs, proportionnés toutefois, espèces d'aphorismes, d'oracles métaphysiques, qui marchent plus ou moins comme des strophes, comme des octaves. Ou, si vous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-malebranche/#i_5841

PORTRAIT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 003 mots
  •  • 1 média

Montaigne demandait pourquoi il n'était pas loisible « à un chacun de se peindre de la plume » comme tel personnage dont il cite l'exemple « se peignait d'un crayon ». Le développement du portrait littéraire (dont les Essais sont justement l'une des premières manifestations systématiques) est en effet lié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portrait-genre-litteraire/#i_5841

Pour citer l’article

Roger FAYOLLE, « SAINTE-BEUVE CHARLES AUGUSTIN - (1804-1869) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-augustin-sainte-beuve/