CHAMPAIGNE PHILIPPE DE (1602-1674)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Isaac Louis Le Maître de Sacy, P. de Champaigne

Isaac Louis Le Maître de Sacy, P. de Champaigne
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Triple Portrait de Richelieu, P. de Champaigne

Triple Portrait de Richelieu, P. de Champaigne
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Légende de saint Gervais et saint Protais, P. de Champaigne

Légende de saint Gervais et saint Protais, P. de Champaigne
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Ex-voto, P. de Champaigne

Ex-voto, P. de Champaigne
Crédits : Giraudon from Art Resource/ EB Inc.

photographie


Le climat janséniste

Cette évolution, si elle rejoint la tendance dominante de l'art parisien, une esthétique épurée proche, a-t-on dit, de l'idéal « attique » (La Hyre, Le Sueur), s'explique aussi par des données plus personnelles : après la mort de sa femme (1638) et de son fils Claude (1642), Champaigne se tourne de plus en plus vers la piété et la méditation. Vers 1643, il se lie au milieu janséniste qu'il fréquentera régulièrement après l'entrée de sa fille Catherine à Port-Royal en 1657. Se conjuguant avec celles du carmel et des chartreux (le grandiose Christ en croix du Louvre fut peint en 1674, l'année de sa mort, pour ces derniers), l'influence exacte des messieurs de Port-Royal sur son art est difficile à évaluer précisément, sinon en termes iconologiques ; en revanche, on peut affirmer que les œuvres austères produites par l'artiste dans le climat janséniste, qu'il s'agisse de portraits comme celui dit d'Arnauld d'Andilly (1650, musée du Louvre) ou comme le célèbre Ex-voto peint à l'occasion de la guérison miraculeuse de sa fille (1662, Louvre) ou de sujets sacrés comme le Christ mort étendu sur son linceul (Louvre), comptent parmi les plus fortes et les plus profondes de sa production. À partir de 1645, Champaigne participe au mouvement qui fondera l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1648. Vers la fin de sa vie, devenu recteur, il y donnera des conférences sur Titien et sur Poussin, qui seront l'occasion d'affrontements avec le très dogmatique Le Brun. À cette date il est vrai, l'art complexe de Champaigne, que figent avec une froideur accrue ses élèves Nicolas de Platte-Montagne et Jean-Baptiste de Champaigne, son neveu, appartient à une sensibilité révolue.

Ex-voto, P. de Champaigne

Ex-voto, P. de Champaigne

Diaporama

Philippe de CHAMPAIGNE, Ex-voto, huile sur toile. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Giraudon from Art Resource/ EB Inc.

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHAMPAIGNE PHILIPPE DE (1602-1674)  » est également traité dans :

PHILIPPE DE CHAMPAIGNE (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert DUPIN
  •  • 1 131 mots

Depuis longtemps, les historiens de l'art et les amateurs du xviie siècle rêvaient d'une rétrospective de l'œuvre de Philippe de Champaigne. La dernière, il est vrai, avait eu lieu en 1952, à l'occasion du 350e anniversaire de la naissance de l'artiste, à l'initiative de Ber […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-de-champaigne/#i_12312

MORIN JEAN (1610 env.-1650)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 521 mots

Parmi les artistes qui illustrèrent la gravure française au xvii e siècle, il en est peu qui soient autant appréciés des amateurs d'estampes que Jean Morin et dont l'existence soit aussi obscure. On ne connaît avec certitude que la date de son décès, à Paris, au mois de juin 1650. On suppose qu'il serait né dans les années 1610, puisqu'on nous di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-morin/#i_12312

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 989 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Baroque et classicisme : le xviie siècle »  : […] Bruxelles, qui avait été le haut lieu de la tapisserie au xvi e  siècle, dut céder sa suprématie aux manufactures françaises au siècle suivant. Les tapissiers anversois, qu'avaient rejoints des liciers émigrés de la capitale du Brabant, proposaient une production abondante, mais qui n'était pas toujours de grande qualité. En Hollande, le principal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/#i_12312

Pour citer l’article

Robert FOHR, « CHAMPAIGNE PHILIPPE DE - (1602-1674) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/champaigne-philippe-de-1602-1674/