CHAMPA ou CAMPĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sur une partie de la côte orientale de l'actuel Vietnam, depuis la porte d'Annam, au nord, jusqu'à la latitude de Phan-thiêt, au sud, on a retrouvé les vestiges d'un ancien royaume « indianisé » : monuments en état de ruine avancée au moment de leur découverte (travaux de l'École française d'Extrême-Orient, menés dès la fin du xixe s.), sculptures et inscriptions lapidaires (celles-ci, le plus souvent brisées et déplacées). Ces inscriptions (et celles des royaumes voisins) appellent ce royaume Campā (nom féminin, prononcer « Tchampâ ») et ses habitants les Cāmpa. Par suite d'une « francisation » abusive, l'usage – auquel nous nous conformerons pour plus de commodité – s'est établi d'appeler ce pays « le Champa » et ses habitants « les Cham ».

Champa

Dessin : Champa

Carte du Champa. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La formation du Champa, comme celle de la plupart de royaumes anciens de l'Asie du Sud-Est, a bénéficié d'apports de l'Inde, venus s'ajouter et s'adapter à une culture locale. Celle-ci n'était pas négligeable et devait, d'ailleurs, n'étant qu'un élément du vaste ensemble austro-asiatique où s'intègre la culture de l'Inde, ne pas trop « dépayser » les colonisateurs pacifiques que furent les Indiens : aventuriers, marchands, nobles exilés et brahmanes. Arrivant par vagues successives, dès le début de l'ère chrétienne sans doute, ils apportèrent, avec la langue sanskrite (langue des textes sacrés, mais aussi, vraisemblablement, lingua franca pour ces Indiens d'origines diverses), l'hindouisme, qui englobe tous les aspects de la vie matérielle et spirituelle. Quant aux moines bouddhistes, dont le rôle fut très important au Champa, ils vinrent d'abord de l'Inde, mais peut-être aussi, ultérieurement, de la Chine, et introduisirent le bouddhisme du Grand Véhicule (Mahāyāna).

Dès son apparition (vers le ive s. de notre ère ?), le Champa fut continuellement en guerre contre ses voisins, et surtout contre ceux du Nord : les Chinois, puis les Vietnamiens dès que ceux-ci eurent constitué un État, le Dai Co Viet (968). Les limites géographiques définies plus haut correspondent à l'apogée du Champa. Dès l'an 1000, la capitale devait se transporter dans le Sud, au Binh-dinh, et pendant presque un millénaire encore, le Champa luttera contre le Dai Viet, avec des moyens de plus en plus réduits ; de nos jours, dans la région la plus méridionale de l'ancien Champa, à Phan-ri, ne subsiste plus « qu'une misérable minorité ethnique attachée au souvenir, bien affaibli, de la culture hindouiste de ses ancêtres » (J. Boisselier).

Le littoral de l'Indochine est constitué, du nord au sud, par une série de petites plaines côtières, qui sont relativement isolées les unes des autres. Le Champa resta composé de petites principautés voisines et parfois rivales. Cependant, ces principautés reconnurent généralement la suzeraineté de l'une ou l'autre d'entre elles, suzeraineté dont le signe était la possession d'un lieu saint où résidait le dieu Śiva, maître du royaume. Là aussi se retrouve un antagonisme du Sud par rapport au Nord, le haut lieu du Po Nagar de Nha-trang faisant concurrence à celui du cirque montagneux de Mi-son (Quang-nam). Ainsi l'histoire et nécessairement l'histoire de l'art se montrent-elles constituées de fragments juxtaposés, plutôt qu'elles ne forment des ensembles organiques. Si une succession évolutive des styles peut être reconnue de manière globale, il n'en reste pas moins que les brusques changements constatés, qui s'expliquent en partie par des influences extérieures de provenances diverses, semblent correspondre aussi à des particularismes locaux assez marqués. À la fragmentation existant dans les faits vient s'ajouter celle, apparente et trompeuse, qui résulte d'une documentation très lacunaire : peu de monuments cham nous sont parvenus, et ils étaient déjà en très mauvais état de conservation avant même les destructions massives causées par la guerre de ces dernières années. Les monuments seront décrits dans l'état où ils se trouvaient encore dans les années 1950-1960.

Kosa, tête de Shiva

Photographie : Kosa, tête de Shiva

Kosa, tête de Shiva, royaume du Champa. Première moitié du Xe siècle. Haut-relief en argent repoussé. Hauteur: 17,2 cm. 

Crédits : Werner Forman/ Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

Le cadre historique

Les antécédents du Champa

De nombreux sites ont été reconnus tout au long de la côte orientale de l'Indochine. On y a trouvé, comme dans la plupart des gisements de l'Asie du Sud-Est, un matériel (outils de pierre, céramique, objets de métal, éléments de parure) caractérisant un état de civilisation qui devait subsister jusqu'aux premiers siècles de notre ère. Pour la région où se développera plus tard le Champa, qui cor [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Champa

Champa
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Kosa, tête de Shiva

Kosa, tête de Shiva
Crédits : Werner Forman/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Shiva à dix bras, Vietnam

Shiva à dix bras, Vietnam
Crédits : Archives CDA/ St-Genès/ AKG-images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHAMPA ou CAMPA  » est également traité dans :

TRÉSORS D'ART DU VIETNAM. LA SCULPTURE DU CHAMPA (exposition)

  • Écrit par 
  • Vincent LEFÈVRE
  •  • 982 mots

Parmi les différentes civilisations indianisées de l'Asie du Sud-Est, le Champa occupe une place ambiguë. En effet, en dépit de la fascination qu'a exercée dès sa « découverte », au xixe siècle, le site d'Angkor, alors possession du Siam, c'est bien le Champa qui, le premier […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Les grands empires

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 4 128 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les empires maritimes »  : […] Suivons maintenant la destinée des grands États qui se sont ainsi échafaudés. Le premier fut l'empire de Śrīvijaya, successeur de fait du Fou Nan et qui, à partir de Palembang en Sumatra, entre le vii e et le x e  siècle, étendit son emprise sur la mer de Chine méridionale . Il prit le relais de l'influence indienne et contribua à l'asseoir, notamment comme foyer du bouddhisme. Mais il manquait d […] Lire la suite

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 820 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le Fou-nan (Ier-VIe s. apr. J.-C.) »  : […] La civilisation néolithique (dite de Samrong Sen et de Melou Prey) va se prolonger jusqu'au i er  siècle de notre ère. Les ethnies indonésiennes et mōn qui occupaient la plaine du Mékong inférieur semblent avoir subi, dès le i er  siècle, l'influence indienne des marins et des commerçants venus des rives du golfe du Bengale. Ces Indiens (marchands, nobles et brahmanes) apportèrent à une société mō […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'expansion de l'art indien

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 5 221 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les premiers États indianisés »  : […] À la fin du iii e  siècle, au plus tard, un certain nombre d'États, indianisés de culture, mais bien indigènes quant au fond, sont désormais connus. Du point de vue archéologique, les plus anciens ont été révélés par les fouilles de Birmanie. Beikthano, Halin et enfin Śrī Kṣetra, peuplés par des Pyu, de langue birmane, fleurissaient depuis au moins le i er  siècle avant J.-C. L'ampleur de leurs en […] Lire la suite

LÊ THANH TÔN roi du Vietnam (1460-1497)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 282 mots

Roi du Vietnam (1460-1497), mort en 1497 à Dong Kinh (auj. Hanoï). Monté sur le trône en 1460, Lê Thanh Tôn lutte dans un premier temps pour asseoir son autorité mais réorganise par la suite le pouvoir. Il crée une administration centralisée suivant le modèle chinois et divise l'empire en treize provinces, elles-mêmes subdivisées en préfectures ( phu ), puis en districts ( huyen ) et en communes […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Albert LE BONHEUR, « CHAMPA ou CAMPĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/champa-campa/