SOUTINE CHAÏM (1893-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Violence et splendeur

En 1925, Soutine rentre à Paris et occupe un vaste atelier rue du Mont-Saint-Gothard. Il y brosse, dans des circonstances restées légendaires, la suite formidable de ses Bœuf écorché dont les versions monumentales se trouvent dans les musées d'Amsterdam, de Grenoble, de Minneapolis et de Buffalo. Les pourpres rayonnent sur des fonds bleu nocturne, et la splendeur viscérale s'élargit aux dimensions cosmiques. Une lancinante série de Volailles plumées ou à demi-plumées accompagne celle des Bœuf écorché dans un accord moins ample mais plus aigu. Elles ne gisent pas sur la table comme de simples natures mortes, mais sont accrochées par le bec ou les pattes, contre un pan de mur, victimes immolées dont le cri d'agonie déchire le gosier. Quelle force plus profonde que le sadisme pousse Soutine à multiplier ces motifs dramatiques qui sont aussi pour ses yeux de peintre d'ineffables régals ? « Cruauté qui ne vient pas de l'esprit, dit Élie Faure, mais du cœur, obéissance aux forces inexorables qui nous rivent aux nécessités de la mort ? »

Entre 1925 et 1930 paraissent les Enfants de chœur, en pied, en buste ou à mi-corps, de profil ou de trois quarts, dressés ou assis, avec ou sans surplis. Les vêtements ecclésiastiques, endossés avec gaucherie, accusent par contraste l'allure souffreteuse et ingrate des modèles et laissent resplendir sur des fonds verts et bleutés les deux couleurs souveraines de Soutine, les incarnats et les blancs. Ses plus anciennes natures mortes ne représentent-elles pas significativement des Glaïeuls et des Lilas ? Comment dire la fraîcheur de ses blancs, plus subtile que celle des blancs d'Utrillo, la variété triomphante des rouges, pourpres et carmin, réséda et cramoisis ? Flux des ardeurs et des révoltes, substance même du feu, du sang, le rouge obsessionnel de Soutine éclate et culmine en 1927 avec les Groom et les Chasseur, vus frontalement, tantôt résignés, parfois provocants. Soutine, contrairement aux fauves, n'exaspère jamais ses couleurs pour leur seule amplitude décorative ; elles restent toujours pétries de richesse [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SOUTINE CHAÏM (1893-1943)  » est également traité dans :

PARIS ÉCOLES DE

  • Écrit par 
  • Claire MAINGON
  •  • 2 615 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première école de Paris »  : […] Utilisée pour la première fois par le critique André Warnod (1885-1960) dans le journal Comoedia en 1925, l'expression « école de Paris » désigne alors la vague d'artistes étrangers venus participer à la vie intellectuelle de la capitale dans les deux premières décennies du xx e  siècle. À cette époque, et notamment grâce au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecoles-de-paris/#i_15658

RUCHE LA

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 816 mots
  •  • 1 média

La Ruche est à Montparnasse ce que le Bateau-Lavoir fut à Montmartre : un foyer d'artistes (souvent misérables) rassemblés pendant la première moitié du xx e siècle dans des ateliers improvisés. Le Bateau-Lavoir a été détruit par un incendie en 1972 alors qu'il venait d'être classé par les Monuments historiques. La Ruche continue à recevoir les a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-ruche/#i_15658

Pour citer l’article

Jean LEYMARIE, « SOUTINE CHAÏM - (1893-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaim-soutine/