Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RUCHE LA

La Ruche est à Montparnasse ce que le Bateau-Lavoir fut à Montmartre : un foyer d'artistes (souvent misérables) rassemblés pendant la première moitié du xxe siècle dans des ateliers improvisés. Le Bateau-Lavoir a été détruit par un incendie en 1972 alors qu'il venait d'être classé par les Monuments historiques. La Ruche continue à recevoir les artistes plasticiens au 2, passage de Dantzig. Étrange vocation d'ailleurs que celle de cette rotonde échouée à Vaugirard vers l'année 1902, comme l'un des rares témoins de l'Exposition de 1900 où sa destination première était de représenter le pavillon des vins. Rotonde à multiples facettes, haute de trois étages, elle fut construite par l'équipe d'Eiffel. Moins audacieux que la Tour, certes, le pavillon central est constitué de poutrelles de fer, armature légère des murs de brique et des verrières, et soutien efficace d'un toit en pagode à pans côtelés, surmontés d'une sorte de stūpa, lui-même coiffé d'un lanterneau très ajouré. Création de fantaisie fin de siècle avec son entrée flanquée de caryatides, mais dont les trois étages permettaient d'aménager des ateliers fort bien éclairés par les larges verrières : un véritable palais comparé aux aménagements sordides du Bateau-Lavoir.

C'est un certain Boucher, « artiste plein d'idéal, mais également pratique [qui] eut l'idée de transporter les pavillons destinés à la démolition sur un terrain récemment acheté [par lui] à Vaugirard », nous apprend le Livre rouge de la Ruche publié par les artistes quand une société immobilière envisagea, dans les années 1960, de convertir les terrains de la Ruche (et son petit parc ombragé d'acacias) en un immeuble imposant. Mais les ateliers ont été sauvés, et ils sont occupés par des artistes grâce à la fondation La Ruche-Seydoux, créée en 1987, dont la vocation première est de ne louer ses ateliers qu'à des plasticiens. Les ateliers des sculpteurs se tenaient au rez-de-chaussée, ceux des peintres dans les étages, un pittoresque escalier intérieur aux jolis balustres assurant les rencontres entre les artistes : ces ateliers se multiplièrent très vite jusqu'à atteindre, dans la Ruche (baptisée ainsi par les artistes) et ses pavillons annexes, le nombre de 140 ! Ce fut un foyer artistique et intellectuel des plus féconds, recevant sculpteurs, peintres, céramistes, écrivains et poètes, des acteurs de théâtre aussi lorsque Boucher eut l'idée d'y installer un théâtre de trois cents places et d'inviter Louis Jouvet et Marguerite Moreno.

Max Jacob - crédits : Sasha/ Hulton Archive/ Getty Images

Max Jacob

Il serait vain sans doute d'opposer une « école de la Ruche » (aussi peu cohérente que la prétendue « école de Paris ») au bouillonnement révolutionnaire du Bateau-Lavoir montmartrois. Bien qu'installés dans des quartiers éloignés, les artistes ne s'ignoraient pas et entretenaient des rapports amicaux plutôt que rivaux, et les recherches préparatoires au cubisme se firent à la Ruche en même temps qu'au Bateau-Lavoir. Fernand Léger s'installe à la Ruche en 1908, Marc Chagall en 1910, ainsi qu'Archipenko et Henri Laurens. Soutine, recevant souvent la visite de son ami Modigliani, y a vécu longtemps, et l'on prétend que c'est là qu'il a peint ses fameux bœufs écorchés : il avait obtenu de bouchers des abattoirs de Vaugirard tout proches qu'ils lui prêtent un demi-bœuf pour le peindre dans son atelier. La Ruche voit naître quantité de chefs-d'œuvre, alors peu appréciés par un public réticent. Vécurent à la Ruche ou la fréquentèrent assidûment le peintre Kisling, Michel Kikoïne, l'ami de Soutine, les sculpteurs Brancusi, Gimond, Zadkine, les poètes Blaise Cendrars, Max Jacob, des hommes politiques comme Vaillant-Couturier, Lounatcharsky et, dit-on, Lénine : on n'y vivait que pour l'art ou pour en parler. Ce fut le véritable[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Guy BELOUET. RUCHE LA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Max Jacob - crédits : Sasha/ Hulton Archive/ Getty Images

Max Jacob

Autres références

  • CHAGALL MARC (1887-1985)

    • Écrit par
    • 909 mots
    • 1 média
    ...anciennes et s'en imprègne. Il séjourne à Paris de 1910 à 1913. Le poète Blaise Cendrars est son meilleur ami. Il s'inspire d'Apollinaire. Il s'installe à la Ruche où vivent aussi Modigliani, Soutine, Léger, Lipchitz. La pauvreté fait bon ménage avec le génie. Chagall use du cubisme en franc-tireur pour...
  • SOUTINE CHAÏM (1893-1943)

    • Écrit par
    • 1 437 mots
    ...révolution plastique moderne, mais se tourne d'abord vers le Louvre et les maîtres anciens : Greco, Tintoret, Rembrandt, Goya, Chardin. Il habite à la Ruche, le fameux phalanstère cosmopolite de Montparnasse ; il y rencontre, parmi ses compatriotes, Chagall, Lipchitz, se lie avec Modigliani, qui trace...