Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CÉSARÉE, Israël

Ville de la côte palestinienne, située à 45 kilomètres au nord de l'actuelle Tel-Aviv, à 12 kilomètres au sud de Dor. Cette ville fut d'abord une forteresse-entrepôt phénicienne au milieu de la plaine côtière du Sharon ; à l'époque perse, cette plaine est rattachée au royaume de Sidon ; la ville s'appelle alors « Tour de Straton », du nom d'un des rois de Sidon. D'après les archives de Zénon de Kaunos (~ 285-~ 229 env.), ce port devient très important au ~ iiie siècle : c'est le centre du commerce entre la Phénicie et l'Égypte. Sous Alexandre Jannée (~ 103-~ 76), il est rattaché au royaume des Asmonéens. Cependant, c'est Hérode le Grand qui, à partir de ~ 22, donne à ce lieu toute son importance en y construisant une nouvelle ville dédiée à l'empereur. Cette ville magnifique, avec son port, ses temples, son amphithéâtre, nous est décrite par l'historien Flavius Josèphe (La Guerre juive, i, 408-415). Après la mort d'Hérode, et sauf sous le court règne d'Agrippa Ier (41-44), la ville est gouvernée directement par Rome pendant plusieurs siècles ; elle sert même de capitale de la Palestine pour les procurateurs romains de cette province.

Les Actes des Apôtres témoignent de l'importance de cette ville. L'apôtre Paul y embarque pour Tarse (Act., ix, 30), tandis que Pierre y rencontre et baptise le centurion Corneille, ouvrant ainsi la voie à l'accueil des païens (Act., x). Paul, qui y débarque au retour de ses voyages missionnaires, y reçoit, du prophète Agabus, l'avertissement que la prison l'attend à Jérusalem (Act., xxi, 10-14). Arrêté effectivement à Jérusalem, Paul est transféré à Césarée pour y être jugé par le gouverneur Félix (Act., xxiii, 24), qui laisse traîner l'affaire pendant deux ans. Son successeur, Porcius Festus, reprend le procès ; Paul fait alors appel à César, ce qui le conduit à Rome sous la garde du centurion Julius (Act., xxvii, 1).

Vers cette époque éclatent les premiers troubles, prodromes de la guerre juive. En représailles, la plupart des Juifs de Césarée, vingt mille d'après Josèphe, sont massacrés. Durant la guerre qui suit (66-70), Césarée joue un rôle important en tant que capitale administrative de la Palestine : Vespasien y est acclamé empereur et Titus y célèbre sa victoire sur les Juifs. Sous la seconde révolte (132-135), Rabbi Akiva est emprisonné puis exécuté dans cette ville.

À l'époque byzantine, Césarée devient un centre de rayonnement intellectuel célèbre par la bibliothèque de son évêque Pamphile, les écrits d'Origène (iiie s.) et ceux d'Eusèbe (ive s.).

À l'époque arabe, la ville tombe peu à peu en décadence et ne connaît, à nouveau, une activité importante qu'au xiie siècle avec l'arrivée des croisés.

Depuis 1945, diverses fouilles archéologiques ont été conduites dans les ruines de la ville ; elles ont permis de dégager les ruines de la ville des croisés, les restes de rues et de maisons de l'époque byzantine, et le grand aqueduc du iie siècle, le théâtre, l'hippodrome et un palais hérodien. Parmi les découvertes, il faut mentionner de magnifiques statues en porphyre et en marbre, ainsi qu'une inscription latine portant le nom du procurateur Ponce Pilate.

— André LEMAIRE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études honoraire, École pratique des hautes études, correspondant français de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification

Pour citer cet article

André LEMAIRE. CÉSARÉE, Israël [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • URBANISATION DANS LE MONDE GRÉCO-ROMAIN

    • Écrit par
    • 8 299 mots
    • 3 médias
    Ces traditions, tout en ayant un sens politique, peuvent préserver de très vieux souvenirs. Les légendes de fondation de Césarée de Palestine semblent avoir été revues, au détriment du fondateur réel, le roi des Juifs Hérode le Grand (13 av. J.-C.), mettant en avant le rôle du roi de Sidon, Straton,...