CENSURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ordre public et bonnes mœurs

Ces périodes particulières mises à part, le contrôle étatique des publications a été très limité au xxe siècle. L'assouplissement de la législation traduit certainement un progrès de la liberté d'expression, mais il tient aussi à l'affaiblissement du rôle social de l'écrit face aux nouveaux moyens de communication. En revanche, il faut souligner que le développement du cinéma et de la télévision s'est accompagné dans tous les pays de la mise en place d'interventions étatiques de type préventif. Ces interventions se sont réclamées le plus souvent du souci de la nécessité d'assurer l'ordre public et de protéger les « bonnes mœurs ».

Très rapidement après l'apparition du cinéma, les autorités politiques ont pris des mesures pour prévenir les troubles auxquels les projections de films pouvaient, à leurs yeux, donner lieu. Aux États-Unis comme en Europe, ce sont d'abord les autorités locales qui interviennent dans le cadre de leur pouvoir de police pour interdire des projections. Le premier arrêté municipal instaurant une censure est pris en 1907 à Chicago. En 1909, le ministre de l'Intérieur français enjoint aux préfets d'inviter les maires à interdire la projection d'une quadruple exécution capitale filmée à Béthune. Dans les années 1910, des maires font systématiquement visionner les films projetés dans leur ville. Cette censure préalable improvisée localement est organisée et officialisée en juillet 1919 à l'échelle nationale : un film, pour être diffusé, doit obtenir un visa d'une commission ministérielle. Sur le modèle du British Board of Film Censors, le Québec crée un Bureau de censure du cinéma en 1913, qui agira avec zèle jusqu'à sa suppression, en 1967. Aux États-Unis, les studios de Hollywood, pour éviter les instances de censure locales ou nationales, préféreront s'autocensurer en adoptant dans les années 1930 un code de production, le célèbre « code Hays ».

Le système français d'autorisation préalable est réorganisé en 1948 autour du Centre national de la cinématographie. Il reste aujourd'hui en vigueur même si ses critères se sont assouplis depuis les années 1970. Des films ont ainsi été interdits ou condamnés à une diffusion restreinte. C'est le souci des « bonnes mœurs » qui a le plus souvent justifié ces décisions. En 1965, une adaptation par Jacques Rivette de La Religieuse de Diderot est interdite parce qu'elle met en scène une sœur sadique et une autre saphique. La représentation de la sexualité a été une question majeure en matière de censure cinématographique. En 1972 encore, Le Dernier Tango à Paris de Bernardo Bertolucci provoque un scandale pour une scène de sodomie ; il est interdit notamment en Espagne et en Italie. Les films considérés comme pornographiques ont été longtemps interdits de projection publique. Ils ont été très brièvement autorisés en 1974, avant qu'un régime spécifique ne leur soit appliqué : leur diffusion est depuis lors réservée à un public majeur et limitée à des salles spécialisées ; les sociétés qui les produisent et les exploitent sont soumises à une taxation particulièrement lourde et ne peuvent prétendre à des aides publiques.

Les mêmes préoccupations d'ordre moral ont pesé sur la télévision. En ce domaine, les États ont longtemps pu s'abstenir de mettre en place des instances de censure spécifiques, puisque la télévision a longtemps été un monopole public. La diffusion de certains films était, de fait, inenvisageable dans les années 1960 ou 1970. En 1961, des responsables français invoquent « la responsabilité de l'État, garant de l'ordre moral et culturel », pour mettre en place un comité de visionnage ; celui-ci peut décider d'incruster à l'image un « carré blanc » pour les programmes qu'il juge trop permissifs ou trop violents. Le « carré » a des effets sur la diffusion du programme. Il aspire d'abord à la réserver à un public averti. Son incrustation, par ailleurs, altère l'intégrité visuelle du programme. Elle en oriente aussi potentiellement la réception en attirant l'attention des spectateurs sur les thèmes ou les scènes qui ont pu justifier l'insertion du symbole. Aujourd'hui, à travers la classification des films qu'il impose aux chaînes, le Conseil supérieur de l'audiovisuel perpétue, mais sous une forme assouplie, la logique du « carré blanc ». Les responsables des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CENSURE  » est également traité dans :

CENSURE (art)

  • Écrit par 
  • Julie VERLAINE
  •  • 2 632 mots
  •  • 4 médias

L'avènement progressif de la démocratie n'a pas fait disparaître la censure. Il l'a sans doute même rendue plus visible, car plus inadmissible dans des sociétés garantissant à leurs citoyens liberté d'opinion et liberté d'expression. Au sens juridique hérité du Moyen Âge, la censure désigne l'institution chargée de […] Lire la suite

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 822 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Du placard à l'affiche »  : […] Des siècles durant, information et savoir sont véhiculés en latin et destinés à une élite. Les protestants, les premiers, font un large usage de l'imprimé en langue vulgaire. Les thèses affichées par Luther, en 1517, ou les placards antipapistes apposés en octobre 1534, dans Paris, en province, et jusque sur la porte du roi François I er , révèlent la force d'une adresse directe à l'opinion publi […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques générales »  : […] Comment peut-on définir une production littéraire sinon comme un désir de communication, ou mieux encore, comme une façon de se représenter sur une autre scène, celle de la fiction, les réalités qui nous entourent ? Or les productions sud-africaines de langue anglaise sont restées assez longtemps mal tolérées par la société dont elles émanaient. Leur influence, leur impact demeurait faible, ce qu […] Lire la suite

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 953 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De timides ouvertures en période de ségrégation »  : […] Avant les années 1960, il n’existe pas de production hollywoodienne qui soit réellement antiraciste. La présence du Code Hays (1934-1968), code de censure cinématographique corporatif, qui interdisait entre autres de décrire des relations interraciales, l’en empêchait. Seuls des militants situés hors du système abordent la question raciale de front comme Leo Hurwitz dans son documentaire Strange […] Lire la suite

L'ÂGE D'OR, film de Luis Buñuel

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 873 mots

Dans le chapitre « Les orages immobiles »  : […] L'Âge d'or est célèbre pour la violence qui l'accueillit. Les amis des Noailles leur battent froid ; des membres de ligues d'extrême droite maculent l'écran du cinéma où il est projeté ; la censure exige la suppression des « deux passages d'évêques », pour finalement déclarer le film interdit. Il le restera jusqu'à une projection au festival de Cannes et à la télévision française, en 1982. Le plus […] Lire la suite

AI WEIWEI (1957- )

  • Écrit par 
  • John M. CUNNINGHAM
  •  • 1 093 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps de la contestation »  : […] En 2005, Ai Weiwei est invité à rédiger un blog pour le portail Internet chinois Sina. Bien qu'il utilise dans un premier temps cet outil comme une vitrine de sa vie mondaine, il s'en sert bientôt comme une tribune pour exposer ses critiques souvent radicales du régime chinois. Conçu entièrement par Internet à l'occasion de la Documenta 12 de Kassel en Allemagne, le projet d'«  installation vivant […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le réalisme socialiste et sa contestation »  : […] Avec la première conférence littéraire de Bitterfeld commence une période où la littérature instrumentalisée est invitée à militer, aux côtés des autres structures de l'État et du parti, pour construire le « socialisme réellement existant ». Les années 1960 sont une période extrêmement complexe. La littérature « pour convaincre » que pratiquent les chantres du régime (Erik Neutsch, Spur der Stein […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le roman engagé »  : […] Comme ̣Taha ̣Husayn ou Mạhmūd Taymūr (1894-1973), Mạhfụ̄z cesse momentanément d'écrire avec l'arrivée au pouvoir, en 1952, des Officiers libres (incarnation des aspirations progressistes), témoignant, s'il en était encore besoin, de l'engagement jamais démenti de la littérature dans l'histoire. Mais, pour que la littérature existe, cet engagement ne peut être synonyme d'une adhésion incondition […] Lire la suite

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 301 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Bandes érotiques »  : […] La fin des tabous éditoriaux entraîne la publication de bandes érotiques ou pornographiques. Dans les kiosques, il s'agit principalement des fascicules d'Elvifrance. De 1970 à 1992 cet éditeur, malgré le harcèlement de la commission de censure (qui prononce à son encontre 776 interdictions de mise en vente), publie de nombreux titres, dont le contenu est généralement le fait de dessinateurs itali […] Lire la suite

LA BATAILLE D'ALGER, film de Gillo Pontecorvo

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 1 016 mots

Hormis quelques rares tentatives, le cinéma français a occulté la guerre d'Algérie, qui demeure à divers égards un contentieux ouvert. Le Petit Soldat , plaidoyer antimilitariste de Jean-Luc Godard, sera interdit en 1960. Élise, ou la Vraie Vie (1969), de Michel Drach, n'aborde la question que de façon connexe. Quant à Avoir 20   ans dans les Aurès (1971) de René Vautier, il n'obtiendra son visa […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2 novembre - 20 décembre 2021 Chine. Disparition temporaire de la championne de tennis Peng Shuai.

Le 20, la WTA fait de nouveau part de son inquiétude sur la capacité de Peng Shuai « à communiquer sans censure ni coercition ». […] Lire la suite

4-29 novembre 2021 Suède. Élection de la sociale-démocrate Magdalena Andersson au poste de Premier ministre.

Celle-ci succède au Premier ministre Stefan Löfven dont le gouvernement avait été censuré en juin, qui avait été réinvesti en juillet et qui a finalement annoncé son retrait en août. Le 10, Stefan Löfven démissionne de son poste de Premier ministre. Le 24, le Parlement élit Magdalena Andersson au poste de Premier ministre à la tête d’une coalition minoritaire formée avec les Verts. […] Lire la suite

6-9 octobre 2021 Autriche. Démission du chancelier Sebastian Kurz.

Son cabinet se trouvait sous la menace d’une motion de censure déposée par l’opposition, que les Verts, membre de la coalition gouvernementale, s’apprêtaient à voter. Sebastian Kurz confie son poste au ministre des Affaires étrangères Alexander Schallenberg. […] Lire la suite

5 octobre 2021 Roumanie. Motion de censure contre le gouvernement de Florin Cîțu.

Le Parlement adopte à une large majorité une motion de censure déposée par le Parti social-démocrate (PSD) contre le gouvernement de Florin Cîțu, chef du Parti national libéral (PNL), en fonction depuis décembre 2020. Le texte est soutenu par le parti Union sauvez la Roumanie-Parti de la liberté, de l’unité et de la solidarité (USR-PLUS, libéral) de Dacian Cioloș, membre de la coalition précédente, et par l’Alliance pour l’unité des Roumains (AUR, conservateur). […] Lire la suite

5-31 août 2021 France. Annonce de nouvelles mesures sanitaires et économiques.

Il censure toutefois l’obligation d’isolement pendant dix jours de toute personne testée positive à la Covid-19, cette « privation de liberté » ne pouvant être appliquée sans que l’autorité judiciaire ou administrative ne soit en mesure d’apprécier « la situation personnelle » de l’intéressé. Il annule également la possibilité de rompre un contrat de travail à durée déterminée (CDD) ou une mission d’intérim pour cause de non-présentation du passe sanitaire, cette mesure créant « une différence de traitement […] sans lien avec l’objectif poursuivi » entre les titulaires des différents types de contrats de travail. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Julien DUVAL, « CENSURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/censure/