CARLSON CAROLYN (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une star internationale

À la renommée de la danseuse s'est désormais ajoutée celle de la chorégraphe-metteur en scène du G.R.T.O.P. Quittant l'Opéra de Paris, Carlson est nommée directrice artistique du Teatro Danza La Fenice à Venise (1980-1984). Le théâtre surréaliste des créations collectives cède devant la chorégraphie. Carlson façonne sa danse en petites touches impressionnistes qui font merveille dans Undici Onde (1981) et Underwood (1982). Elle crée aussi le solo mythique Blue Lady (1983), un portrait émouvant.

De retour à Paris, elle sera accueillie par le Théâtre de la Ville. Still Waters (1986) baigne encore dans une atmosphère de confiance en la vie naturelle. Mais bientôt sa quête mystique devient plus sombre : Dark (1988) s'inspire de la Bible et des visions de William Blake. Dix ans plus tard, Dall'interno fait dialoguer de l'univers de Dante et la poésie de Bob Dylan.

Carolyn Carlson signe aussi des créations à Amsterdam, Hambourg, Essen, réside au Ballet national de Finlande (1991-1992) et dirige le Ballet Cullberg à Stockholm (1994-1995), avant d'être nommée directrice de la Biennale de Venise (1999-2001) dont elle reçoit en 2006 le premier lion d'or attribué à un chorégraphe.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CARLSON CAROLYN (1943- )  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Ses débuts et son explosion »  : […] La France, restée à l'écart de la danse moderne entre les deux guerres, voit poindre, dans les années 1950, la danse d'expression allemande grâce à des élèves de Mary Wigman, Jacqueline Robinson et Karin Waehner, et à Françoise et Dominique Dupuy, danseurs de Jean Weidt, qui s'est réfugié en France pendant le nazisme. Tous mènent une grande activité et leur influence se fera jour après le reflux d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_89562

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 063 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danse/#i_89562

PIETRAGALLA MARIE-CLAUDE (1963- )

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 203 mots

Dans le chapitre « Une étoile très demandée »  : […] Marie-Claude Pietragalla marque de sa forte empreinte tous les rôles qui lui sont confiés. Les héroïnes dessinées par Roland Petit ont sa faveur : Esmeralda, mais aussi la hiératique incarnation de la Mort, gantée de noir, dans Le Jeune Homme et la mort , ou Carmen, partagée entre les déchirures de la passion amoureuse et les ruades de l'orgueil. De nombreuses créations émail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-claude-pietragalla/#i_89562

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, Bernadette BONIS, « CARLSON CAROLYN (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolyn-carlson/