CARBONARISME ou CHARBONNERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Société secrète, répandue dans divers États européens pendant le premier tiers du xixe siècle, particulièrement en Italie, où elle suscite les débuts du Risorgimento national. En raison même de sa nature, de la fragmentation de ses structures et de ses localisations, la charbonnerie (appellation française ; les membres italiens de l'organisation se nomment carbonari) demeure mal connue. On a échafaudé quantité de légendes sur son origine, mais les témoignages les plus crédibles la rattachent au courant libéral, antibonapartiste, de dérivation jacobine, qui se manifeste dans certaines régions des Alpes et du Jura. Il se dissimule derrière les formes d'un compagnonnage artisanal de producteurs de charbon de bois, dont l'organisation prendra le nom. Elle influence des officiers italiens enrôlés dans l'armée française, qui l'implantent dans le royaume napolitain de Murat.

De 1806 à 1815, la première phase de la charbonnerie est caractérisée par l'éclosion de « fraternités », sociétés d'entraide créées par des militaires, parallèlement et en concurrence avec les nombreuses loges maçonniques protégées par le gouvernement français. La charbonnerie empruntera en grande partie à la franc-maçonnerie son symbolisme et son rituel initiatique. Sous sa première forme napolitaine, elle est essentiellement antifrançaise et opère contre Murat (qui la persécute violemment) pour le compte des Bourbons et des Anglais.

Après 1815, les objectifs du carbonarisme se précisent dans le sens de la revendication de l'indépendance nationale et de la monarchie constitutionnelle. Organe d'action, beaucoup plus que de pensée, la charbonnerie fait des adeptes parmi les artisans, la petite bourgeoisie, le bas clergé, mais demeure avant tout de recrutement militaire. Elle garde de l'armée le goût de la hiérarchie, en neuf degrés, et elle est cloisonnée en sections de vingt membres (les ventes), auxquelles se superposent les ventes mères et le directoire suprême de la haute vente. Secte d'origine française, enracinée dans le Mezzogiorno italien, la charbonnerie passe dans le nord de la péninsule, où elle voisine avec d'autres associations secrètes du même type (Filadelfi, Adelfi, Federati), que parfois elle absorbe. Après 1821, le centre de direction se transporte de Naples à Gênes, puis à Paris où la charbonnerie réformée est animée, en liaison avec les libéraux français, par des proscrits politiques comme Philippe Buonarroti ou Carlo Bianco di Saint-Jorioz. La secte est dépourvue de programme politique. Elle formule, sous une expression rudimentaire, dans ses « catéchismes », l'aspiration de l'Italie à la libération du joug autrichien et à la conservation des libertés fondamentales élaborées par la Révolution française. Son mode d'action est le pronunciamiento, la sédition fomentée dans des garnisons, sans qu'une liaison soit généralement établie avec les forces populaires ou l'élite libérale qui, seules, pourraient donner une consistance à la révolution. D'où les échecs successifs des conspirations des carbonari, activement surveillés par la police des États réactionnaires. La diffusion de la charbonnerie est inégale. Elle est très sporadique en Toscane, plus forte en Piémont et, surtout, dans les royaumes absolutistes (États du pape, Deux-Siciles, Lombard-Vénitien).

De 1817 à 1831, le carbonarisme entretient une agitation endémique dans la péninsule. Elle débute par le soulèvement de Macerata, dans les marches pontificales (1817), et elle culmine dans la vague révolutionnaire de 1820-1821, à Naples et en Piémont où Charles-Albert de Savoie-Carignan, héritier du trône, a encouragé les conspirateurs. L'échec de ces mouvements déclenche une répression, sous forme de procès, dans les États de l'Église et dans le Lombard-Vénitien. Les condamnations, puis les souffrances, dans les cachots du Spielberg, de Silvio Pellico et Maroncelli (1820), de Confalonieri et Pallavicino (1823-1824) sensibilisent l'opinion européenne à la cause italienne.

Les révolutions de 1830-1831 sont le chant du cygne de la charbonnerie. Les carbonari, au lendemain des Trois Glorieuses de Paris, comptent sur un appui français, qui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CARBONARISME ou CHARBONNERIE  » est également traité dans :

BUCHEZ PHILIPPE (1796-1865)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 531 mots

Tout en poursuivant des études de médecine qui le mèneront au doctorat, Buchez adhère, en 1821, à la Charbonnerie ; il en sera l'un des animateurs en France. Après avoir lu le Nouveau Christianisme en 1825, il se déclare saint-simonien. Mais, en désaccord avec l'orientation donnée par Enfantin au mouvement, il rompt avec la secte en 1829 et tente de regrouper les dissidents afin de défendre la «  […] Lire la suite

BUONARROTI PHILIPPE (1761-1837)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 587 mots

Né à Pise d'une noble famille toscane justement fière d'avoir donné au monde Michel-Ange, Philippe Buonarroti fait à l'université de Pise de bonnes études littéraires et juridiques. Fervent admirateur de Rousseau, il publie un journal, Gazetta universale , ce qui le fait attentivement surveiller par la police toscane. Franc-maçon, il est affilié aux Illuminés de Bavière (dont les options rationali […] Lire la suite

MAZZINI GIUSEPPE (1805-1872)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 1 341 mots
  •  • 1 média

L'une des grandes figures du xix e siècle politique et social. Originaire de Gênes où la Révolution française avait semé les germes du jacobinisme et fait de la cité ligure « le grand volcan de la liberté italienne » (G. Asproni), Mazzini fut moins marqué par son père Giacomo, professeur à la faculté de médecine, que par sa mère, Maria Drago, femme d'une profonde religiosité et d'un esprit ouver […] Lire la suite

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 012 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les ultras au pouvoir (1820-1828) »  : […] Dès février 1820, le duc de Richelieu, rappelé à la présidence du Conseil, prend trois ultras dans son cabinet. En décembre 1821, Villèle forme un ministère entièrement ultra ; il demeurera au pouvoir jusqu'en janvier 1828. Le 29 juin 1820, la loi du « double vote » rétablit pour deux cent cinquante-huit sièges le scrutin d'arrondissement, favorable aux nobles campagnards, et décide que les cent s […] Lire la suite

RISORGIMENTO

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 4 794 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les révolutions de 1820-1821 »  : […] La révolution espagnole de 1820 inspira les tentatives italiennes du Ventuno. Elles débutèrent à Naples, en juillet 1820, avec la révolte des officiers carbonari qui, sous la conduite du général Pepe, imposent une Constitution. En mars 1821, les aristocrates libéraux du Piémont, San Marzano, Collegno, La Cisterna, Santorre di Santarosa, liés à la Charbonnerie lombarde, soulèvent les garnisons d'A […] Lire la suite

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 950 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Lumières et révolutions »  : […] La guerre de la Succession d'Espagne transforme la situation politique de l'Italie : les Autrichiens s'emparent en 1707 de Naples, dont le traité d'Utrecht (1713) leur reconnaît la possession, en donnant la Sicile à la Savoie. Pendant une vingtaine d'années, le sort des deux régions reste incertain : en 1718, la Sicile revient à l'empereur ; en 1734, Charles, fils de Philippe V d'Espagne et d'Éli […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « CARBONARISME ou CHARBONNERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/carbonarisme-charbonnerie/