BUCHEZ PHILIPPE (1796-1865)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout en poursuivant des études de médecine qui le mèneront au doctorat, Buchez adhère, en 1821, à la Charbonnerie ; il en sera l'un des animateurs en France. Après avoir lu le Nouveau Christianisme en 1825, il se déclare saint-simonien. Mais, en désaccord avec l'orientation donnée par Enfantin au mouvement, il rompt avec la secte en 1829 et tente de regrouper les dissidents afin de défendre la « véritable » doctrine de Saint-Simon. Dès cette époque, Buchez consacre ses efforts à édifier une synthèse entre le christianisme, auquel il se convertira dix ans plus tard, le socialisme et les idéaux de la Révolution française. Pour montrer que cette dernière a été une tentative grandiose de mise en pratique des préceptes de l'Évangile, il publie en collaboration avec Roux-Lavergne une Histoire parlementaire de la Révolution française en quarante volumes (1834-1838). Les principes philosophiques qui s'y trouvent épars sont systématisés dans l'Essai d'un traité complet de philosophie au point de vue du catholicisme et du progrès (1839-1840). Selon Buchez « la société n'est pas uniquement l'expression des tendances individuelles », elle est soumise à des lois particulières, qui forment une « physiologie sociale ». Celle-ci est elle-même gouvernée par une « science de l'histoire », qu'il rattache à une cosmogonie où le moteur du progrès est Dieu. Cette pensée, qui a été caractérisée comme relevant de l'« âge théologique de la sociologie », n'en marque pas moins, dans son souci d'étudier les phénomènes sociaux « avec les méthodes usitées dans les autres sciences », une étape dans l'émergence d'une sociologie scientifique.

À partir de 1840, Buchez se consacre à l'activité pratique et fonde un journal, L'Atelier, « organe des intérêts moraux et matériels des ouvriers », qui paraîtra jusqu'en 1850. Il y développe un plan de réforme de la société fondé sur l'association ouvrière. Ces associations, qui sont des coopératives ouvrières de production formées sur la base d'un capital inaliénable et indissoluble, doivent, selon lui, en se propageant, permettre de rassembler un « capital [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BUCHEZ PHILIPPE (1796-1865)  » est également traité dans :

ÉCONOMIE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Éric BIDET
  •  • 6 004 mots

Dans le chapitre « L'école collectiviste (ou école de l'égalité) »  : […] L'école collectiviste, également nommée école de l'égalité, est très largement inspirée par la pensée de Thomas More et dérivée du socialisme associationniste qui vise à améliorer les conditions de travail et d'existence des travailleurs en faisant d'eux les copropriétaires de l'appareil productif. Les auteurs les plus importants de cette école, qui valorise la figure du travailleur ou du product […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « BUCHEZ PHILIPPE - (1796-1865) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-buchez/