Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CANCIONEROS

Les thèmes

Quels sont les thèmes traités par tous ces poètes, par Villasandino, Macías, Ruy Paez de Ribera, Ferná Sanchez de Talavera, Antón de Montoro, Fernán Pérez de Guzmán, Juan de Mena, le marquis de Santillana, Jorge Manrique et tant d'autres ? À côté des thèmes de l'amour courtois apparaissent une poésie de circonstance, de caractère mondain le plus souvent, une poésie morale et didactique qui prend pour objet les vices et vertus, la fortune et la mort, une poésie religieuse, une poésie satirique. Quant aux serranillas ou chansons de serranas (montagnardes), elles sont apparentées au genre de la pastourelle, mais présentent des caractères propres. Dans les dits, débats narratifs, dans les genres dialogués, ainsi que dans les genres mineurs, devises, lettres d'amour, éloges, requêtes, complaintes, les poètes de la Péninsule traitent des thèmes et des genres qui appartiennent à un patrimoine plus large et suivent des modes. On peut, en particulier, établir de nombreux rapprochements avec la poésie française et il est certain que des poètes comme Machaut et Chartier eurent une grande influence sur la lyrique des cancioneros. Est-ce à dire que rien dans ces recueils n'est original ?

Si certaines modes ont été suivies, elles ne l'ont pas été servilement. Précieuse et savante, la poésie des cancioneros garde une certaine sobriété, évite l'excès d'artifice et préfère souvent aux recherches de la rhétorique les jeux intellectuels. C'est une poésie parfois «  conceptiste ». Elle reflète aussi certaines préoccupations morales ou religieuses. Enfin, par le goût qu'elle montre pour les vieux refrains, elle garde des liens étroits avec la tradition populaire. Le succès du Cancionero general au xvie siècle montre qu'au moment où triomphait la mode italienne l'Espagne restait encore liée à son passé poétique.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant, agrégée à l'université de Paris-X-Nanterre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ENCINA JUAN DEL (1469-1529)

    • Écrit par Universalis
    • 443 mots

    Poète, compositeur et auteur dramatique, Juan del Encina est le premier dramaturge important dans l'histoire du théâtre espagnol, dont il est souvent appelé le patriarche. Il fait ses études à Salamanque, où il remplira par la suite la charge du maître de chapelle de la cathédrale. En 1492, il...

  • FERRÚS PEDRO (XVe s.)

    • Écrit par Daniel DEVOTO
    • 35 mots

    Poète espagnol, l'un des plus anciens parmi ceux qui figurent dans le Cancionero de Baena (1445 env.) ; les compositions de Ferrús font souvent allusion aux personnages du cycle breton.

  • HERRERA FERNANDO DE (1534-1597)

    • Écrit par Bernard SESÉ
    • 639 mots

    Poète espagnol, surnommé « le Divin », Fernando de Herrera est avant tout le chef de file de l'école de Séville que l'on distingue de l'école de Salamanque, dont Fray Luis de León est la figure éminente. Le sentiment patriotique caractérise l'école andalouse, tandis que le...

  • MANRIQUE JORGE (1440-1478)

    • Écrit par Bernard SESÉ
    • 417 mots

    Neveu de Gómez Manrique, fils du comte Rodrigo de Paredes, qui fut maître de l'ordre de Calatrava, Jorge Manrique participa, sous le règne du roi Henri IV, aux luttes politiques contre les ennemis d'Isabelle la Catholique. Hernando del Pulgar a laissé le récit de sa mort glorieuse devant le château...

  • Afficher les 8 références

Voir aussi