BOITO CAMILLO (1836-1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le climat de renouvellement politique et culturel qui caractérise le xixe siècle européen engage académies et milieux professionnels dans un débat qui, dans les différents pays, se soumet à un idéal commun : la création d'une nouvelle architecture, « moderne, indépendante et nationale ». Camillo Boito est, dans l'Italie de la seconde moitié du siècle, le théoricien le plus notable qui vise à relier tâche civile et action culturelle.

Architecte médiévaliste, publiciste et historien formé à l'Académie des beaux-arts de Venise, Boito commence une carrière précoce en succédant à Selvatico, en 1855, à la chaire d'esthétique et d'histoire de l'architecture. L'anticlassicisme de Selvatico réprouvait aussi bien la « pédanterie timide des vulgarisateurs de Vitruve » que les « graticules de l'École polytechnique de Paris » (Durand). Cette position est reprise par Boito dans son discours inaugural contre l'abus des rapports arithmétiques et les modules de Vignole.

L'expérience pédagogique vénitienne de Boito ne dure que quelques mois ; à la fin de 1856, il s'établit en Toscane, et ses premiers articles sur le gothique florentin et sur les Cosmates paraissent dans Lo Spettatore et dans le Giornale dell'ingegnere, architetto ed agronomo. En 1860, il remplace Friedrich Schmidt à la chaire d'architecture de l'académie de Brera ; il y restera quarante-huit ans. Toute une génération d'architectes se forment sous son enseignement, dont L. Beltrami, L. Broggi, G. Sommaruga... Mais aucun de ces artistes n'a su s'affranchir des équivoques stylistiques qui marquent l'architecture romantique européenne. L'enseignement de Boito s'inspire scrupuleusement d'un regard d'historien : « Toute chose vulgaire qu'il n'est pas permis de cacher sans dommage, rentre dans l'art. » C'était bien là un premier pas pour se libérer d'un certain passé.

Les indices d'une réévaluation historiographique du Moyen Âge apparaissent, tout d'abord en Italie, dans les écrits d'Amati et de Cicognara. Mais Boito est le premier à proposer ces [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOITO CAMILLO (1836-1914)  » est également traité dans :

RESTAURATION (architecture)

  • Écrit par 
  • Colette DI MATTEO, 
  • Piero GAZZOLA
  •  • 4 413 mots

Dans le chapitre « Les théories »  : […] À la fin du xviii e  siècle furent effectuées les premières entreprises conduites selon des critères systématiques. Rome accueille les initiatives ambitieuses : une impatiente volonté de remettre en état les ensembles monumentaux de l'époque impériale s'y manifeste. On identifie la structure du grandiose forum de Trajan et, en travaillant au milie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration-architecture/#i_39339

RESTAURATION (peinture et sculpture)

  • Écrit par 
  • Béatrice SARRAZIN
  •  • 3 626 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Histoire de la restauration au xixe siècle »  : […] Prise entre deux paradoxes, vandalisme et sauvegarde, la période révolutionnaire favorise l'émergence de personnalités comme celle d' Alexandre Lenoir. Garde du dépôt des Petits-Augustins, il récupère, recompose souvent arbitrairement et reconstitue des ensembles avec un souci de conservation au sein d'un même lieu, le musée des Monuments français. Avec les conquêtes révolutionnaires et napoléonie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration-peinture-et-sculpture/#i_39339

Pour citer l’article

Marilù CANTELLI, « BOITO CAMILLO - (1836-1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camillo-boito/