CAMEROUN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique du Cameroun (CM)
Chef de l'ÉtatPaul Biya (depuis le 6 novembre 1982)
Chef du gouvernementJoseph Dion Ngute (depuis le 4 janvier 2019)
CapitaleYaoundé
Langues officiellesanglais, français
Unité monétairefranc CFA
Population26 097 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)466 050

Le Cameroun contemporain

La dynamique politique

L'accord signé le 4 mars 1916 entre les gouvernements britannique et français attribuait au Royaume-Uni une zone limitrophe du Nigeria peuplée, au nord, de Peuls, et au sud, de Bamiléké ; et octroyait à la France la plus grande partie du Cameroun. Ce dernier est passé ensuite sous mandat de la Société des Nations puis, en 1946, sous tutelle de l'Organisation des Nations unies (O.N.U.). Les deux puissances européennes ont alors préparé séparément l'accession à l'autonomie des territoires dont elles avaient la charge.

La tutelle britannique

Le système institutionnel du Cameroun sous tutelle britannique est restreint jusqu'en 1946 – pour sa partie méridionale (Southern Cameroons) –, et intégré à la province sud-orientale du Nigeria – pour sa partie septentrionale. Il n'a évolué qu'à partir de 1954, avec l'accession du territoire au statut de collectivité publique autonome. Il s'est alors vu doté d'organes spécifiques, en particulier d'une Assemblée législative – compétente dans tous les domaines ne relevant pas de la Chambre fédérale du Nigeria – et d'un Conseil exécutif. En 1959, le nombre d'élus à l'Assemblée législative a augmenté tandis que le Conseil exécutif se transformait en Conseil des ministres composé d'hommes politiques – et non plus de fonctionnaires – aux responsabilités accrues.

Cette institutionnalisation a accentué, dans le Southern Cameroons, le dilemme entre l'autonomie régionale au sein du Nigeria indépendant, défendue notamment par le Kamerun People's Party de Paul M. Kale, et la réunification avec le Cameroun francophone, souhaitée par le Kamerun National Democratic Party de John Ngu Foncha et Solomon Tandeng Muna. Le plébiscite organisé par le gouvernement britannique, le 7 novembre 1959, a donné un résultat favorable au maintien de la tutelle.

La tutelle française

La confrontation entre les autorités coloniales et un mouvement nationaliste révolutionnaire marque l'évolution politique du Cameroun sous tutelle française. Représenté, à partir de 1946, comme les autres territoires d'outre-mer au sein des assemblées politiques de la France, ce dernier n'en subissait pas moins l'étroit contrôle et la centralisation du pouvoir de décision dans la métropole, notamment à travers des artifices juridiques (système de double collège, suffrage restreint) limitant la participation des populations. La structure des champs politiques reproduisait les tensions et clivages traversant la société. Elle comportait, d'un côté, des organisations ethniques et régionales (le Ngondo en pays Douala, la Um Nkoda Nton des Bassa, le Kumsze des Bamiléké, l'Efoula-Meyong dans le Ntem-Kribi, le Front national camerounais dans l'Adamaoua) dont le poids dans la vie politique nationale dépendait de l'influence qu'exerçaient les chefferies traditionnelles. De l'autre côté, elle était formée de partis politiques généralement représentés par des élites citadines, relativement autonomes des groupements tribaux, ayant des relations avec des représentants de l'administration coloniale, des formations politiques (S.F.I.O., M.R.P...) ou des syndicats français (C.G.T...). Il s'agissait notamment de l'Union des populations du Cameroun (U.P.C.), créée en 1948, affiliée au Rassemblement démocratique africain (R.D.A., grand parti fédéral de l'Afrique noire francophone) et qui s'appuyait sur des salariés syndiqués ; du Bloc démocratique camerounais (B.D.C.), né en 1951, d'obédience catholique ; de l'Union sociale camerounaise (U.S.C.), mise en place en 1953. En mai 1955, l'U.P.C. est dissoute face à l'agitation syndicale dans le sud du pays et la région de Douala. Elle entre alors dans la clandestinité et devient l'Armée de libération nationale du Kamerun (A.L.N.K.). La répression contre les rebelles et les populations qui les cachent fait des milliers de morts, parmi lesquels le charismatique chef nationaliste Ruben Um Nyobè, assassiné en 1958.

Mais un changement majeur s'est produit entre-temps. L'extension de la loi-cadre Defferre, en 1957, au Cameroun francophone, a conféré à celui-ci l'autonomie interne, et ce nouveau statut imposait une réorganisation des forces en présence qui se traduisit par la quasi-bipolarisation du jeu politique. D'un côté, une gauche libérale fragmentée (Union sociale camerounaise de Charles Okala, Mouvement d'action nationale de Soppo-Priso) revendique une réunification complète, une indépendance rapide et une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Cameroun : carte physique

Cameroun : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cameroun : drapeau

Cameroun : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Cameroun : milieux naturels et communication

Cameroun : milieux naturels et communication
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Oléoduc au Cameroun

Oléoduc au Cameroun
Crédits : Tom Stoddart/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article

Écrit par :

  • : docteur en science politique, chercheur au centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie, U.M.R. 6054 du C.N.R.S.
  • : Directeur du Centre des hautes études administratives sur l'Afrique et l'Amérique modernes de l'université de Paris (C.H.E.A.M.), administrateur en chef des affaires d'outre-mer
  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  CAMEROUN  » est également traité dans :

CAMEROUN, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Dans le chapitre « L'islam et la figuration humaine »  : […] Les interdits religieux expliquent probablement l'absence de représentations anthropomorphes dans une bonne partie de la moitié nord du continent ; peut-être aussi sur la bande côtière orientale. Il serait important, si pilleurs et marchands en laissaient le temps aux archéologues, d'établir une progression chronologique et territoriale de cette interdiction-destruction. Pour l'Afrique occidentale […] Lire la suite

AHIDJO AHMADOU (1924-1989)

  • Écrit par 
  • Bernadette PICARAT
  •  • 636 mots
  •  • 1 média

Fils d'un chef foulbé, né à Garoua, Ahmadou Ahidjo doit à ses origines peul et à sa formation musulmane une part de sa personnalité. Sa vie est celle d'un autodidacte et d'un rassembleur d'hommes. Après des études coraniques et primaires dans sa ville natale puis à Yaoundé, Ahidjo est intégré dans les cadres de l'administration coloniale française en tant que radiotélégraphiste. Élu à l'Assemblée […] Lire la suite

BAMILÉKÉ

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 1 563 mots

Habitants des hauts plateaux occidentaux du Cameroun, les Bamiléké, dont le nombre avait été estimé à 1 500 000 environ en 1971 (puis à environ 2 millions en 1990), sont groupés en chefferies traditionnellement indépendantes les unes des autres ; l'administration de la république du Cameroun essaye de les regrouper. En 1957, il y en avait plus de cent, comptant de 500 à 50 000 personnes. Leur org […] Lire la suite

BAMOUM

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 296 mots

Les Bamoum, qui vivent dans la région de Foumban (à l'ouest du Cameroun), ont un passé prestigieux. En témoigne le musée de Foumban qui contient dix-sept masques représentant les dix-sept souverains qui se sont succédé depuis le fondateur, Nacharé, venu du pays Tikar. Au xviii e  siècle, les Bamoum ont une histoire assez complexe. Ils ont dû subir la pression des Peuls du massif d'Adamaoua, et leu […] Lire la suite

BANTOU

  • Écrit par 
  • Luc de HEUSCH
  •  • 8 090 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire et mythe »  : […] Les ethnohistoriens ont produit, depuis le milieu des années soixante, d'importantes monographies régionales précises qui éclairent l'histoire des peuples bantous au cours des derniers siècles. Ils se sont intéressés principalement à la formation des grands royaumes qui se sont développés dans la savane qui borde la lisière méridionale de la forêt ou dans la région montagneuse des Grands Lacs. On […] Lire la suite

BÉNOUÉ

  • Écrit par 
  • Marie-Christine AUBIN
  •  • 280 mots
  •  • 1 média

Affluent du Niger qui prend sa source dans le massif de l'Adamaoua, à la frontière du Cameroun et du Nigeria, la Bénoué coule dans un fossé tectonique, très large et à faible pente, dont la formation s'est accompagnée de volcanisme : massif de l'Adamaoua, îles du golfe de Guinée (Bioko, Sao Tomé, Annobón, Príncipe). Ce fossé, d'âge crétacé, a été ennoyé par des sédiments calcaires durant le bas Cr […] Lire la suite

CAMEROUN MONT

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 168 mots

Le mont Cameroun se situe sur la façade maritime du Cameroun, à une vingtaine de kilomètres des côtes du golfe de Guinée. Il est né d'un volcanisme intra-plaque (volcan-bouclier) ; son dynamisme éruptif est de type hawaiien (effusif avec des fontaines de lave) et les produits émis sont plutôt des basaltes tholéiitiques. En cela, le mont Cameroun apparaît comme le jalon actif d'un point chaud qu […] Lire la suite

DOUALA

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 407 mots
  •  • 1 média

Ville du Cameroun, capitale de la province du Littoral, Douala connut, à partir de 1884, un essor rapide lorsque l'Allemagne obtint des rois Bell et Akwa la souveraineté sur leurs domaines. Capitale du Cameroun de 1885 à 1909, elle dut sa fortune à son port, que des voies ferrées relièrent bientôt à la capitale Yaoundé (à 210 km) et à Nkongsamba. Située sur la rive gauche du Wouri, à 30 kilomètres […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25-28 juillet 2022 France – Cameroun – Bénin – Guinée-Bissau. Visite du président français Emmanuel Macron au Cameroun, au Bénin et en Guinée-Bissau.

Du 25 au 28, le président français Emmanuel Macron effectue une tournée en Afrique francophone, alors que les troupes françaises de l’opération « Barkhane » s’apprêtent à quitter le Mali. Les 25 et 26, à Yaoundé, il propose la création d’une commission composée d’historiens des deux pays, chargée de « faire la lumière » sur l’attitude des autorités françaises durant la colonisation et après l'indépendance. […] Lire la suite

9 février 2020 Cameroun. Élections législatives.

La principale formation de l’opposition, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun de Maurice Kamto, avait appelé au boycottage du scrutin. Les élections, qui devaient initialement se dérouler en septembre 2018, avaient été repoussées à la demande du chef de l’État en raison, notamment, des violences djihadistes dans le nord du pays et séparatistes dans l’Ouest. […] Lire la suite

7 octobre 2018 Cameroun. Réélection du président Paul Biya.

L’opposant Maurice Kamto (Mouvement pour la renaissance du Cameroun) obtient 14,2 p. 100 des voix. Le taux de participation est de 53,9 p. 100. Le scrutin se déroule dans un contexte de violence alimenté par les exactions du groupe djihadiste Boko Haram, dans le nord du pays, et par les affrontements qui opposent les forces de l’ordre aux séparatistes anglophones dans les provinces de l’ouest. […] Lire la suite

1er octobre 2017 Cameroun. Répression des séparatistes anglophones.

Le 1er octobre est la date de la naissance de la République fédérale du Cameroun qui, de 1961 à 1972, regroupait deux États fédérés, le Cameroun oriental francophone et le Cameroun occidental anglophone. […] Lire la suite

5-25 juillet 2015 Afrique de l'Ouest. Recrudescence des violences islamistes.

Du 13 au 25, cinq attaques islamistes au Cameroun, pays pour la première fois visé par des attentats-suicides, font une cinquantaine de morts.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice ENGUELEGUELE, Jean-Claude FROELICH, Roland POURTIER, « CAMEROUN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cameroun/