AHIDJO AHMADOU (1924-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un chef foulbé, né à Garoua, Ahmadou Ahidjo doit à ses origines peul et à sa formation musulmane une part de sa personnalité. Sa vie est celle d'un autodidacte et d'un rassembleur d'hommes. Après des études coraniques et primaires dans sa ville natale puis à Yaoundé, Ahidjo est intégré dans les cadres de l'administration coloniale française en tant que radiotélégraphiste. Élu à l'Assemblée territoriale du Cameroun en 1947, il devient, de 1953 à 1958, conseiller à l'Assemblée de l'Union française tout en étant vice-président de l'Assemblée territoriale en 1955 et président, lorsque l'assemblée devient législative en 1957. Lorsque l'autonomie interne est accordée au Cameroun, Ahidjo devient vice-Premier ministre chargé de l'Intérieur dans le gouvernement présidé par M'Bida. Mis en minorité par l'Assemblée à cause de sa politique trop proche de la France, M'Bida est remplacé en février 1958 par Ahidjo, qui continue à bénéficier de l'appui du gouvernement français. Son programme va porter sur l'indépendance du pays, sur l'unité nationale et sur le développement économique.

Ahmadou Ahidjo, 1971

Photographie : Ahmadou Ahidjo, 1971

Photographie

Ahmadou Ahidjo (ici, en octobre 1971), chef du parti l'Union camerounaise, a été le premier président de la République du Cameroun, de 1960 à 1982. 

Crédits : Getty

Afficher

S'appuyant sur son parti, l'Union camerounaise, et grâce au maintien des troupes françaises, il poursuit la lutte contre la rébellion de l'Union des populations camerounaises (U.P.C.) en pays bassa et bamiléké ; ainsi, c'est dans une atmosphère de guerre civile que sont célébrées les fêtes de l'indépendance du Cameroun, le 1er janvier 1960. Ahidjo est élu, le 5 mai 1960, président de la République, et son premier geste est de proclamer l'amnistie générale et inconditionnelle en faveur de ceux qui acceptent de quitter les rangs des maquisards de l'U.P.C. Ce sens du dialogue favorise la réunification des deux Cameroun. Par référendum, le Cameroun occidental, anciennement sous mandat britannique, refuse l'intégration avec le Nigeria et opte pour la réunification avec le Cameroun oriental francophone. Un État fédéral est constitué le 1er octobre 1961 : Ahidjo en devient le premi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AHIDJO AHMADOU (1924-1989)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 061 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La tutelle française »  : […] La confrontation entre les autorités coloniales et un mouvement nationaliste révolutionnaire marque l'évolution politique du Cameroun sous tutelle française. Représenté, à partir de 1946, comme les autres territoires d'outre-mer au sein des assemblées politiques de la France, ce dernier n'en subissait pas moins l'étroit contrôle et la centralisation du pouvoir de décision dans la métropole, notamm […] Lire la suite

Les derniers événements

Cameroun. Échec d'une tentative de coup d'État. 6-30 avril 1984

du coup d'État sont capturés. Le nombre de morts, évalué à soixante-dix par un bilan officiel, serait en fait bien supérieur. Le 11, la garde républicaine est dissoute. Le 14, le ministre des Forces armées accuse l'ancien président Ahmadou Ahidjo d'être à l'origine de la tentative de coup d'État […] Lire la suite

Cameroun. Condamnation à mort par contumace de l'ancien président Ahmadou Ahidjo. 23-28 février 1984

Le 23, le procès de l'ancien président Ahmadou Ahidjo, qui réside en France depuis juillet 1983, s'ouvre à Yaoundé. Il est accusé d'avoir conspiré pour faire assassiner Paul Biya, qui lui a succédé en novembre 1982 : deux de ses collaborateurs plaident coupable devant le tribunal de Yaoundé. Le 28 […] Lire la suite

Cameroun. Élection de Paul Biya à la présidence de la République. 14-25 janvier 1984

Le 14, Paul Biya est élu président de la République pour cinq ans, avec 99,98 p. 100 des suffrages exprimés. Depuis novembre 1982, Paul Biya, qui était alors Premier ministre, continuait, aux termes de la Constitution, le mandat présidentiel de Ahmadou Ahidjo, chef de l'État depuis 1960, qui avait […] Lire la suite

Cameroun. Élection de Paul Biya à la tête du parti unique. 14 septembre 1983

Réunie en congrès extraordinaire, l'Union nationale camerounaise (U.N.C.) élit Paul Biya, chef de l'État depuis le 6 novembre 1982, au poste de président du parti, poste vacant depuis la démission, le 27 août, de l'ancien président Ahmadou Ahidjo. Paul Biya dispose désormais de tous les pouvoirs. […] Lire la suite

Cameroun. Rupture entre le président Paul Biya et l'ancien président Ahmadou Ahidjo. 22-27 août 1983

son prédécesseur, l'ancien président Ahidjo. Le 27, ce dernier quitte la présidence du parti unique, l'Union nationale camerounaise. Il accuse son successeur d'avoir instauré au Cameroun un régime policier de terreur. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernadette PICARAT, « AHIDJO AHMADOU - (1924-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmadou-ahidjo/