YAOUNDÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La capitale du Cameroun a dépassé le million d'habitants au milieu des années 1990 alors qu'elle n'en comptait que 100 000 en 1960. Avec un rythme de croissance aujourd'hui ralenti, la population de Yaoundé est estimée, en 2006, à 1 200 000 habitants. Poste militaire implanté par l'administration coloniale allemande à la fin du xixe siècle au cœur du pays ewondo, Yaoundé a supplanté Douala dans la fonction de capitale politique. La décision du transfert, prise en 1921 par la France, alors puissance mandataire sur une partie de l'ancien Cameroun, s'explique par les tensions avec les autochtones Douala, et par les avantages climatiques d'une localisation à l'intérieur des terres.

Cameroun : carte administrative

Carte : Cameroun : carte administrative

Carte administrative du Cameroun. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le site de Yaoundé se compose d'un ensemble de collines de 700 à 1 100 mètres d'altitude où la température moyenne est de 23,5 0C (soit trois degrés de moins qu'à Douala) ; les précipitations y sont deux fois moins abondantes, et il existe une vraie saison sèche (de décembre à février), alors que Douala est pris presque constamment dans des masses d'air hyperhumides. L'organisation de l'espace urbain s'est moulée sur le relief de collines. L'une d'entre elles, située en périphérie, est dominée par l'imposant palais de l'Unité, palais présidentiel édifié par Paul Biya, au pouvoir depuis 1982.

Le Cameroun présente un cas, remarquable en Afrique, de bicéphalie au niveau supérieur de la hiérarchie urbaine. Si Yaoundé concentre la plupart des fonctions politico-administratives dévolues à une capitale, Douala a gardé un certain nombre d'administrations à vocation nationale, notamment dans le secteur des transports. Mais, globalement, une répartition fonctionnelle s'est établie entre Yaoundé, aux activités essentiellement tertiaires étroitement liées à sa fonction politique, et Douala, la capitale économique qui polarise les activités industrielles et commerciales. La rivalité entre les deux villes s'exprime, à l'occasion, sur le terrain politique.

La croissance de Yaoundé a d'abord reposé sur les migrations des populations du centre-ouest qui ont rejoint ce qu'on appelle la « clôture des Ewondo », la terre des autochtones. La capitale camerounaise est ancrée dans un espace aux populations culturellement apparentées (groupe Beti-Boulou-Ewondo-Fang) et très christianisées. Depuis l'indépendance, les flux migratoires se sont diversifiés ; ils ont donné naissance à des quartiers où se regroupent les populations originaires d'autres régions, tel celui de la Briqueterie considéré comme le fief des musulmans originaires du Nord (Haoussa, Foulbé...). Les gens de l'Ouest, principalement les Bamiléké, bien qu'ils se soient surtout établis à Douala, ont élargi leurs réseaux commerciaux dans la capitale. Celle-ci rivalise, en outre, avec la capitale économique dans ses ambitions régionales et son cosmopolitisme. Elle est le siège de la Banque centrale de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (C.E.M.A.C.) – émettrice du franc C.F.A. en Afrique centrale –, du bureau Afrique centrale de la Commission économique pour l'Afrique (C.E.A.) et de nombreux organismes internationaux, délégations, O.N.G., qui confortent sa fonction de capitale. Les activités industrielles se limitent à quelques entreprises de transformation de biens de consommation, comme la manufacture de cigarettes qui a laissé son nom au quartier Bastos. L'essentiel des activités artisanales et de services relève du secteur informel.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  YAOUNDÉ  » est également traité dans :

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 064 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La colonisation allemande »  : […] La Conférence de Berlin (nov. 1884) mit un peu d'ordre dans l'imbroglio des rivalités entre puissances européennes qui se disputaient des zones d'influence en Afrique noire. L'Allemagne pénétra alors progressivement et difficilement en direction du Tchad de 1885 à 1905 ; Yaoundé fut fondée en 1887, et c'est là que sévit, à partir de 1894, le fameux major Dominik. Cependant, en 1914, le nord du pa […] Lire la suite

Les derniers événements

25-28 juillet 2022 France – Cameroun – Bénin – Guinée-Bissau. Visite du président français Emmanuel Macron au Cameroun, au Bénin et en Guinée-Bissau.

Les 25 et 26, à Yaoundé, il propose la création d’une commission composée d’historiens des deux pays, chargée de « faire la lumière » sur l’attitude des autorités françaises durant la colonisation et après l'indépendance. Il promet l’ouverture « en totalité » des archives françaises concernant ces périodes. Le président camerounais Paul Biya, en fonction depuis 1982, est l’héritier de la classe dirigeante mise en place par l’ancien colonisateur, qui avait elle-même participé à la répression du mouvement indépendantiste. […] Lire la suite

1er-3 juillet 2015 France – Bénin – Angola – Cameroun. Visite du président François Hollande en Afrique.

Le 3, au Cameroun, François Hollande évoque avec son homologue Paul Biya la lutte contre le groupe djihadiste Boko Haram, à laquelle participe Yaoundé. Il évoque également les droits de l’homme et affirme qu’« il ne peut y avoir de développement sans sécurité [et] sans démocratie ». Au pouvoir depuis 1982, Paul Biya n’aborde pas la question de son éventuelle candidature à l’élection présidentielle de 2018. […] Lire la suite

2-21 février 2015 Nigeria. Régionalisation de la lutte contre Boko Haram.

Le 7, les représentants du Nigeria, du Tchad, du Cameroun, du Niger et du Bénin, réunis à Yaoundé, au Cameroun, décident de mettre sur pied, d'ici à la fin de mars, une force multinationale mixte de huit mille sept cents hommes afin de lutter contre Boko Haram. Le 7 également, la Commission électorale nationale repousse au 28 mars les élections générales qui devaient avoir lieu le 14 février. […] Lire la suite

19-25 février 2013 Cameroun – France. Enlèvement de sept Français

Le 19, sept Français résidant à Yaoundé, dont quatre enfants, sont enlevés par un groupe armé dans le nord du pays, à la frontière avec le Nigeria. Ce sont les premiers étrangers enlevés au Cameroun. Les autorités camerounaises affirment que les ravisseurs et leurs otages ont traversé la frontière nigériane. Le 25, la secte islamiste nigériane Boko Haram revendique l'enlèvement en diffusant une vidéo sur Internet. […] Lire la suite

17-23 mars 2009 Vatican – Afrique. Première tournée de Benoît XVI en Afrique

Le 17, le pape Benoît XVI, dans l'avion qui l’emmène à Yaoundé (Cameroun) pour sa première tournée en Afrique, aborde le problème du sida, en réaffirmant la position de l'Église catholique contre l'usage du préservatif; mais il déclare également que « leur distribution [...] augmente le problème », provoquant de vives critiques, y compris parmi les catholiques. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland POURTIER, « YAOUNDÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yaounde/