BRYAXIS (actif 2e moitié IVe s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sculpteur grec d'origine vraisemblablement carienne, Bryaxis devint citoyen athénien. Il travailla en Attique, à Athènes, où il fit un ex-voto dit de l'Anthippasia, dont seule la base décorée d'un triple motif de cavalier barbu nous est parvenue. Pausanias signale qu'il aurait exécuté pour Mégare les statues de culte d'Asclépios et d'Hygie. Mais c'est surtout hors de la Grèce propre que Bryaxis exerça son art.

Vers les années ~ 353-~ 350, il participa, aux côtés de Scopas de Timothéos et de Léocharès, à la décoration sculptée du mausolée d'Halicarnasse en Carie. Il exécuta, en particulier, l'un des quatre côtés de la frise du soubassement dont les plaques sont conservées au British Museum ; la répartition de ces reliefs entre les quatre collaborateurs demeure malheureusement très difficile à faire. Certains historiens proposent d'attribuer à Bryaxis la statue du roi Mausole lui-même, que d'autres reconnaissent comme une œuvre de Satyros.

Dans la même région, à Patara, il sculpta un groupe représentant Zeus, Apollon et les Lions ; les textes lui accordent, en outre, cinq statues colossales en bronze qu'il aurait coulées pour la cité de Rhodes. À Cnide, il donna un Dionysos de marbre. Plus à l'est enfin, Antioche lui commanda pour son sanctuaire d'Apollon Daphnaéos, vers ~ 301, une statue du dieu citharède debout, enrichie de matériaux précieux.

Il travailla également en Égypte, pour Ptolémée Ier (~ 305-~ 283) et créa le célèbre Sarapis d'Alexandrie, inspiré du Dionysos Sabazios du début du ~ ive siècle et qui fut très copié par la suite. Ici encore, c'est par le choix des matériaux rares enrichis de pierres précieuses que Bryaxis se distingue des artistes purement grecs de son temps.

Son style particulièrement fougueux, ses silhouettes élancées, ses compositions faites d'obliques très marquées et violentes, son goût pour un exotisme évident inclinent à reconnaître en lui un artiste venu de la périphérie du monde grec.

—  Martine Hélène FOURMONT

Écrit par :

  • : archéologue, rédacteur en chef de la Revue archéologique, ingénieur du C.N.R.S., Institut de recherche sur l'architecture antique, Centre de documentation photographique et photogrammétrique

Classification


Autres références

«  BRYAXIS (actif 2 e moitié IV e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 981 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'art : un second classicisme »  : […] Si Athènes construit peu (nouveau temple d'Asclépios, petits sanctuaires sur l'Agora), elle est la patrie du plus glorieux des sculpteurs du siècle, Praxitèle : chantre de la grâce adolescente, maître incontesté du sfumato qui lie les traits du visage dans une souple unité, mais aussi créateur d'un nouveau mysticisme, dans la tradition de Socrate et de Platon, qui élève le monde de l'âme bien au- […] Lire la suite

GRECQUE SCULPTURE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

Un type athlétique, nouveau par ses proportions et son attitude, mis au point par Lysippe, le grand bronzier de Sicyone (Péloponnèse) ; des figures rêveuses, d'une sensualité inconnue jusque-là, créées par le maître athénien Praxitèle ; un retour au marbre suscité par l'énorme chantier du mausolée d'Halicarnasse, auquel participent Timothéos, vétéran du maniérisme, mais aussi Bryaxis, Léocharès et […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine Hélène FOURMONT, « BRYAXIS (actif 2e moitié IVe s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bryaxis/