VIAN BORIS (1920-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sullivan contre Vian

De son vivant, célèbre quelque temps par le succès de scandale d'une parodie de roman noir américain : J'irai cracher sur vos tombes (1946) signée Vernon Sullivan, bientôt interdite et son auteur condamné (macabre ironie du sort, il mourra le 23 juin 1959 à la projection du film tiré du roman et qu'il désapprouvait), connu comme trompettiste de jazz, animateur du « Tabou », personnalité marquante du Saint-Germain-des-Prés de l'après-guerre (son Manuel de Saint-Germain-des-Prés, 1950, paraîtra, posthume, en 1974), sa légende d'amuseur et de « pornographe », attisée par son nom de « métèque », donc pervertisseur (quand il était français de vieille souche, né à Ville-d'Avray le 10 mars 1920), aura oblitéré la critique : tous ses romans personnels tomberont dans l'indifférence et jusqu'au dernier, L'Arrache-cœur, malgré la préface de Queneau : « Boris Vian va devenir Boris Vian. » Seule la mort lui conférera son identité : « On n'est pas complet quand on n'est pas mort » (L'Herbe rouge). Il pose sa plume de romancier et ne la reprendra pas. Traducteur, journaliste pigiste, son existence est difficile (1950-1955). Son appétit de vivre et de créer lui revient par le théâtre (L'Équarrissage pour tous, 1950 ; Le Goûter des généraux, 1951, créé en 1964 ; Série blême, 1954, créé en 1974 ; Les Bâtisseurs d'empire, 1957, créé en 1959), le cinéma (nombreux scénarios dont aucun ne sera tourné), la comédie musicale pour la scène ou l'écran, les petits spectacles de cabaret, l'opéra (Le Chevalier de neige, spectacle de plein air à Caen, 1953, opéra à Nancy, musique de Georges Delerue, 1957 ; Fiesta, musique de Darius Milhaud, 1958), et la chanson (plus de cinq cents, dont Le Déserteur, 1954, qu'il interpréta lui-même sur scène avec ses autres Chansons possibles et impossibles). À partir de 1956, le Tout-Paris du « show-business » fréquente Vian, devenu directeur artistique de maisons de disques ; peu savent qu'il est l'auteur de L'Écume des jours et de plusieurs romans qui comptent parmi les œuvres significatives de notre temps.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VIAN BORIS (1920-1959)  » est également traité dans :

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1950 : les arrangeurs des monstres sacrés de la chanson française et l’arrivée du vinyle »  : […] À partir du début des années 1950, les 78-tours sont progressivement remplacés par les disques vinyle 45-tours et 33-tours, popularisés auprès du grand public grâce aux progrès des techniques d’enregistrement (magnétophones multipistes, stéréophonie, etc.) et à la diffusion de la musique (juke-box, radio dont celle au transistor, télévision). Ce nouveau support permet l’enregistrement de plusieur […] Lire la suite

EXISTENTIALISME

  • Écrit par 
  • Yves STALLONI
  •  • 1 089 mots

Indépendamment de ses fondements théoriques et de ses retentissements philosophiques, l’existentialisme mérite d’être considéré dans une perspective littéraire et même sociologique. Une des raisons de sa popularité est sans doute que cette philosophie de l’existence ne propose pas un système achevé. Elle formule plutôt un rapport au monde dont on pourra également trouver trace chez des penseurs an […] Lire la suite

GONDRY MICHEL (1963- )

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 027 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Adapter Boris Vian »  : […] En montrant à plusieurs reprises le roman en train de s'écrire dans un gigantesque pool de secrétaires, L'Écume des jours (2013) distord la logique de la narration en brouillant les frontières entre fiction, pastiche littéraire et science-fiction qui caractérisaient le livre de Boris Vian. Le ton de la comédie romantique recycle les poncifs pour en faire de rafraîchissants délires enfantins. Pour […] Lire la suite

PATAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Noël ARNAUD
  •  • 1 829 mots

Dans le chapitre « Le clinamen »  : […] La théorie du clinamen remonte à Épicure : l'atome, tout en se dirigeant en ligne droite vers le bas en vertu de son poids et de sa pesanteur, dévie légèrement de côté. Elle nous a été transmise par Lucrèce, par Cicéron et par Plutarque qui en tire les plus vastes conséquences : « Les stoïciens et les péripatéticiens ne pardonnent pas à Épicure d'avoir supposé, pour rendre compte des choses les p […] Lire la suite

SALVADOR HENRI (1917-2008)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 1 445 mots
  •  • 1 média

Artiste caméléon, à la fois clown aux éclats de rire contagieux, crooner, compositeur, guitariste de jazz, Henri Salvador reste ce chanteur osant les pires grimaces et les travestissements les plus insensés mais capable d'offrir aux générations qu'il a accompagnées pendant plus de soixante ans une berceuse d'anthologie, Le Loup, la biche et le chevalier , célèbre par ses premiers mots : « Une chan […] Lire la suite

Pour citer l’article

Noël ARNAUD, « VIAN BORIS - (1920-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/boris-vian/