VIAN BORIS (1920-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jouer avec la censure

Mais cet espoir, quel est-il, si mince et lancinant, autre que de conquérir, et non de retrouver – Vian ne croit pas à l'Éden – le monde de l'enfance et de l'adolescence, un monde de jeu, de joies, d'inventions qui ne coûtent rien et n'engagent à rien. Oui, les adultes, leur ordre, entourent l'enfant, le surveillent, mais l'enfant déjoue leur censure. Alain Costes (« Boris Vian et le plaisir du texte », Les Temps modernes, août-sept. 1975) imagine que Vian conte ses histoires à des enfants qui sont dans la chambre, tandis que les parents écoutent derrière la porte ; quand les parents s'apprêtent à intervenir à tel passage scabreux, aussitôt le texte dérape dans la cocasserie qui les rassure : c'est bien une histoire sans conséquence, un conte à dormir debout. Vian, bien sûr n'est pas le conteur, il est l'enfant lui-même, et l'adulte qui s'efforce d'échapper à sa propre censure. Les héros de Vian échouent d'être inaptes à supporter la déception que cause à leur narcissisme l'épreuve de la réalité adulte : toujours leur histoire se clôt sur la mort, la déchéance ou, pire que tout, insinuante, imparable, l'usure, thème fréquent chez Vian. Sa première œuvre connue : Conte de fées à l'usage des moyennes personnes (1942) est pur divertissement à l'intention de quelques amis, mais il n'est pas excessif de dire que tous ses romans se définissent par ce titre : ils ignorent les « grandes personnes », définitivement établies dans leur ordre dérisoire ; ils expriment l'adolescence que nulle morale n'ankylose, qui sent son enfance menacée dès qu'elle affronte un monde voulu rationnel où ne se voient que laideur et ruines ; à la magie, à la fête succède le cauchemar ; à la toute-puissance de l'imaginaire s'oppose la nécessité, celle de gagner sa vie, de se livrer à des travaux absurdes, inutiles, exténuants, nocifs. D'où sans doute l'exceptionnel succès, et durable, depuis le début des années 1960, des œuvres de Vian dans la tranche d'âge des quinze-vingt ans.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VIAN BORIS (1920-1959)  » est également traité dans :

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1950 : les arrangeurs des monstres sacrés de la chanson française et l’arrivée du vinyle »  : […] À partir du début des années 1950, les 78-tours sont progressivement remplacés par les disques vinyle 45-tours et 33-tours, popularisés auprès du grand public grâce aux progrès des techniques d’enregistrement (magnétophones multipistes, stéréophonie, etc.) et à la diffusion de la musique (juke-box, radio dont celle au transistor, télévision). Ce nouveau support permet l’enregistrement de plusieur […] Lire la suite

EXISTENTIALISME

  • Écrit par 
  • Yves STALLONI
  •  • 1 089 mots

Indépendamment de ses fondements théoriques et de ses retentissements philosophiques, l’existentialisme mérite d’être considéré dans une perspective littéraire et même sociologique. Une des raisons de sa popularité est sans doute que cette philosophie de l’existence ne propose pas un système achevé. Elle formule plutôt un rapport au monde dont on pourra également trouver trace chez des penseurs an […] Lire la suite

GONDRY MICHEL (1963- )

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 027 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Adapter Boris Vian »  : […] En montrant à plusieurs reprises le roman en train de s'écrire dans un gigantesque pool de secrétaires, L'Écume des jours (2013) distord la logique de la narration en brouillant les frontières entre fiction, pastiche littéraire et science-fiction qui caractérisaient le livre de Boris Vian. Le ton de la comédie romantique recycle les poncifs pour en faire de rafraîchissants délires enfantins. Pour […] Lire la suite

PATAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Noël ARNAUD
  •  • 1 829 mots

Dans le chapitre « Le clinamen »  : […] La théorie du clinamen remonte à Épicure : l'atome, tout en se dirigeant en ligne droite vers le bas en vertu de son poids et de sa pesanteur, dévie légèrement de côté. Elle nous a été transmise par Lucrèce, par Cicéron et par Plutarque qui en tire les plus vastes conséquences : « Les stoïciens et les péripatéticiens ne pardonnent pas à Épicure d'avoir supposé, pour rendre compte des choses les p […] Lire la suite

SALVADOR HENRI (1917-2008)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 1 445 mots
  •  • 1 média

Artiste caméléon, à la fois clown aux éclats de rire contagieux, crooner, compositeur, guitariste de jazz, Henri Salvador reste ce chanteur osant les pires grimaces et les travestissements les plus insensés mais capable d'offrir aux générations qu'il a accompagnées pendant plus de soixante ans une berceuse d'anthologie, Le Loup, la biche et le chevalier , célèbre par ses premiers mots : « Une chan […] Lire la suite

Pour citer l’article

Noël ARNAUD, « VIAN BORIS - (1920-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/boris-vian/