BONNETS & CHAPEAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom de deux tendances politiques suédoises qui se disputèrent la majorité au Riksdag, devenu le détenteur du pouvoir politique durant l'« ère de la liberté » (Frihetstid). Au cours de cette période qui s'étend de la mort de Charles XII (1718) au coup d'État de Gustave III (1772), l'absolutisme est remplacé, particulièrement après le Riksdag de 1738, par un régime parlementaire comparable aussi bien dans ses aspects positifs (reconnaissance de la liberté de la presse en 1766) que négatifs (vénalité, concussion) au système anglais en vigueur à la même époque. Le nom de ces tendances viendrait d'une boutade du roi Frédéric Ier qui aurait comparé Arvid Horn et ses amis, à la tête du pays jusqu'en 1739, à des bonnets de nuit (nattmæsor) en raison de leur politique étrangère pacifique contrastant avec les intentions belliqueuses de leurs adversaires, affublés inversement du nom de chapeaux, qui voulaient reprendre à la Russie les territoires perdus au traité de Nystad (1721). Si les deux tendances, au demeurant prêtes à se vendre aux puissances étrangères les plus offrantes, s'affrontèrent de manière spectaculaire sur la politique extérieure à adopter pour la Suède, elles changèrent de clientèle au fil des années. Les bonnets devinrent, à la fin de la période, les champions des ordres non privilégiés qui supportaient de plus en plus mal les avantages dont jouissait la noblesse. Les chapeaux, qui demeurèrent au pouvoir de 1739 à 1765 et dont la personnalité la plus marquante fut Carl Gustav Tessin, connurent des échecs aussi bien dans la guerre de revanche qu'ils menèrent contre la Russie en 1740 que dans la politique mercantiliste qu'ils appliquèrent sans discernement, notamment en matière de manufactures ; sur le plan monétaire, ils laissèrent se développer une inflation aggravée encore par la crise européenne de 1763. La confusion qui régna sur le plan politique après 1765, l'existence d'un parti royaliste de plus en plus influent, la lassitude et l'indignation de la population devant les excès du parlementarisme, l'inquiétude de la noblesse de voir ses privilèges remis en question, l'argent français enfin favorisèrent pour un temps le retour à l'absolutisme.

—  Jean Maurice BIZIÈRE

Écrit par :

  • : agrégé d'histoire, docteur ès lettres, professeur d'histoire moderne à l'université Pierre-Mendès-France, Grenoble

Classification


Autres références

«  BONNETS & CHAPEAUX  » est également traité dans :

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 473 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les vicissitudes de l'union »  : […] Le règne de Gustave Vasa (1523-1560), l'une des grandes figures de l'ère moderne, eut une importance considérable dans l'histoire finlandaise. L'instauration de la Réforme luthérienne, sous l'impulsion parfois modératrice des évêques Martinus Skytte (1528-1550) et Michael Agricola (1550-1557), n'en fut que l'un des aspects. Tout aussi décisifs furent la mise sur pied d'une administration plus eff […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finlande/#i_43825

GUSTAVE III (1746-1792) roi de Suède (1771-1792)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 589 mots

Roi de Suède (1771-1792), né le 24 janvier 1746 à Stockholm, mort le 29 mars 1792 à Stockholm. Fils aîné du roi Adolphe Frédéric (1710-1771), Gustave est un partisan intelligent et cultivé des Lumières. En 1766, il épouse la fille du roi Frédéric V de Danemark (1723-1766), Sofia Magdalena (1746-1813). Il accède au trône en 1771. Le pouvoir royal est alors affaibli par la souveraineté du Riksdag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-iii/#i_43825

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 810 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le temps de la liberté, des Lumières, et l'époque gustavienne »  : […] La défaite de Charles XII entraîna une révolution aristocratique, qui élut reine Ulrique Éléonore, sa sœur cadette, mais lui imposa les Constitutions de 1719 et de 1720 rendant souverain le Riksdag, réuni tous les trois ans. Le pouvoir exécutif fut exercé par la commission secrète, délégation de la Diète, qui présentait au choix des monarques, Frédéric I er (1720-1751) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/#i_43825

Pour citer l’article

Jean Maurice BIZIÈRE, « BONNETS & CHAPEAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonnets-et-chapeaux/