BOCAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On ne doit pas confondre bocage et pays d'enclos. Le terme de bocage désigne des paysages ruraux verdoyants où les parcelles sont délimitées par des haies vives, souvent surmontées d'arbres. Celles-ci dominent dans l'Ouest armoricain et l'Ouest vendéen, mais aussi en Limousin, en Bourbonnais, en Thiérache, dans le Pays basque. Hors de France, les bocages de Galice ou de Cornouailles sont bien connus. De très beaux paysages bocagers existent aussi sous les tropiques, par exemple, en pays bamiléké, au Cameroun.

On s'accorde à penser que le bocage n'est pas un paysage originel, mais qu'il a été partout créé par les paysans. En Bretagne, il remonterait au haut Moyen Âge, si l'on en croit la présence de monnaies de l'époque dans les talus ou les termes d'un cartulaire de Redon au ixe siècle. Aux xve et xvie siècles, le droit de clore demandé par les propriétaires de nombreuses provinces françaises. Puis, aux xviie et xviiie siècles, le mouvement des enclosures marque la vie rurale anglaise et touche également la France. Or, la majorité des clôtures seront des haies. Vers 1850, le bocage atteint son extension maximale, les progrès techniques contemporains et les remembrements ayant abouti à la disparition d'assez larges secteurs de haies, même en Bretagne.

Chaque parcelle du bocage est ceinturée de haies sur tout son périmètre ; celles-ci ne ménagent qu'une petite sortie de quelques mètres, barrée d'une fermeture rudimentaire en bois appelée échalier.

Il existe des types très différents de bocage. On distingue les bocages avec haie simple sans talus (Thiérache, Maine, Perche, Massif central) et les bocages avec haie sur talus (caractéristiques de la Bretagne). Dans ce dernier cas, l'ensemble des clôtures entre deux parcelles atteint facilement dix mètres de largeur. Un chemin creux, souvent transformé en ravin, sépare les haies juchées sur un talus de terre ou de pierres. Des arbres surmontent la haie. En bordure du champ, une bande non labourée, le cheintre, joue peu à peu le rôle de chemin, car le véritable chemin creux, cerné de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Poitiers

Classification


Autres références

«  BOCAGE  » est également traité dans :

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Le bocage »  : […] Le paysage d'enclos – ou de bocage – est en relations étroites avec un système agricole complexe, et possède une physionomie très particulière. La zone bocagère du finage, prise dans son réseau de haies et de talus parsemés de chemins creux, se trouve généralement sise au milieu de landes ou de friches « ouvertes », c'est-à-dire dépourvues de clôtures. Les enclos, de forme g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-agricole/#i_16741

BELGIQUE - Géographie

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 6 515 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les bas plateaux limoneux du centre »  : […] Une ligne discontinue de collines (monts de Flandre, Ardennes flamandes, collines du Hainaut septentrional, collines du Hageland) marque la transition entre les plaines septentrionales et les bas plateaux. Ceux-ci s'élèvent d'ouest en est, d'une trentaine de mètres à l'est de l'Escaut jusqu'à plus de 300 mètres à l'est de la Meuse liégeoise. Il s'agit, successivement, des plateaux du Hainaut, du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-geographie/#i_16741

BRETAGNE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER, 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 6 671 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mythes et réalités »  : […] Les limites de la province ont été tellement stables depuis le x e  siècle que l'on considère d'ordinaire la configuration de la province comme le résultat, quasi inévitable, d'une évidente nécessité géographique. C'est oublier le caractère artificiel des frontières orientales de la Bretagne. C'est, plus encore, sous-estimer l'hétérogénéité fondam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bretagne/#i_16741

NORMANDIE, région administrative

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 150 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Normandie terrienne »  : […] Une autre Normandie côtoie celle de la mer, avec le plus souvent une rupture assez nette entre l'une et l'autre : une Normandie terrienne, paysanne, pays d'élevage à la riche réputation... On retient volontiers cette image d'une Normandie verdoyante, aux paysages bocagers, aux fermes à colombage sous les pommiers, aux riches produits qui se nomment cidre, calvados, lait, beurre, camembert, livarot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/normandie-region-administrative/#i_16741

RURALE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Emmanuel LE ROY LADURIE
  •  • 14 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les paysages »  : […] En termes de paysages, l'opposition entre les régions tôt développées du Nord-Est français, et plus généralement de l'Europe tempérée nord-occidentale d'une part, et d'autre part les régions rurales moins développées du Sud méditerranéen, du Massif central et de l'Extrême-Ouest péninsulaire et breton ne présente pas toujours et partout les mêmes caractères. En France, les oasis de modernité ou de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-rurale/#i_16741

Pour citer l’article

Roger BÉTEILLE, « BOCAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bocage/