BIOLOGISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le contexte culturel

Au début des années 2010, la connaissance de ces derniers développements reste souvent confidentielle au sein des sciences humaines et sociales. De leur côté, les théories biologisantes du social se développent, portées par un contexte institutionnel favorable, en termes de financement notamment, mais avec la plupart du temps une connaissance très sommaire des acquis des sciences sociales.

Cette faiblesse des échanges ne doit toutefois pas faire oublier toutes les autres formes de biologisme circulant dans le monde social, biologisme plus « culturel » ou plus « appliqué », partiellement déconnecté de la recherche en train de se faire. Pour en rester au seul domaine culturel, on peut en effet relever de nombreuses manifestations d’un biologisme conquérant dans l’édition, la presse ou les médias audiovisuels depuis les années 1970. En France, la production éditoriale regorge non seulement d’essais de grands « savants » délivrant leur vision du sens de l’existence ou du devenir des sociétés sur la base d’extrapolations des acquis de la recherche, mais également d’une myriade d’essais de « psychologie populaire », dont les conseils pour s’orienter dans la vie s’appuient au moins partiellement sur des considérations biologisantes. Les noms de Boris Cyrulnik, Christophe André ou David Servan-Schreiber s’imposent dans les médias écrits et audiovisuels dans les années 1990-2000. Leur apport est capital pour comprendre la présence, la légitimation et certaines caractéristiques mêmes du biologisme contemporain, nébuleuse à la fois diversifiée et présentant comme caractéristique commune une « entrée » sur le monde social via la psychologie.

Ainsi, au sein du biologisme, trouve-t-on à la fois des théories réductionnistes des comportements humains et des approches plus libérales pour qui la connaissance de déterminations biologiques des comportements peut favoriser une prise de conscience chez l’individu et la possibilité d’ag [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : docteur en sciences sociales, maître de conférences en sociologie à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
  • : chercheuse associée au Centre d'histoire du XIXe siècle, enseignante à Sciences Po Paris

Classification


Autres références

«  BIOLOGISME  » est également traité dans :

SOCIOBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 810 mots

Dans le chapitre « Sociobiologie et biologisme »  : […] Cette prise de distance avec les excès de la sociobiologie à ses débuts explique pourquoi les polémiques se sont quelque peu atténuées avec le temps, sans pour autant que cette discipline – il vaudrait mieux dire ce système d’interprétation – ait cessé de sentir le soufre. On peut conclure que la théorie sociobiologique initiale de Wilson a perdu sa valeur d’outil intellectuel global telle qu’avan […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sébastien LEMERLE, Carole REYNAUD-PALIGOT, « BIOLOGISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologisme/