BILAN RADIATIF DE LA TERRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le bilan radiatif de la Terre permet de quantifier l’énergie reçue et perdue sous forme de rayonnement par le système climatique, qui est constitué par cinq grands compartiments (ou réservoirs) : l’atmosphère, l’hydrosphère, la cryosphère, la biosphère et les surfaces continentales.

L’équilibre énergétique global de ce système dépend des quantités d’énergie entrante et sortante. La quasi-totalité des échanges d’énergie du système avec son environnement, principalement l’espace, se fait sous forme de rayonnement. L’énergie solaire est en effet de loin la source externe d’énergie principale, les autres sources d’énergie pouvant être négligées, telle que celle provenant de l’intérieur de la Terre (géothermie). L’énergie perdue vers l’espace s’effectue par le rayonnement solaire réfléchi et le rayonnement infrarouge émis. À l’équilibre, le bilan énergétique du système est nul – et donc aussi son bilan radiatif –, la part de rayonnement gagnée compensant exactement celle perdue vers l’espace. Dans ce cas, la température moyenne du système climatique reste stable.

Au sein du système climatique, les différents compartiments sont en interaction permanente à travers des processus physiques, chimiques et biologiques. Les échanges d’énergie entre compartiments peuvent se traduire par des mouvements de matière. Le climat en chaque point de la Terre est ainsi dépendant de ces échanges.

Toutefois, l’équilibre du système climatique peut être modifié ou contraint par des facteurs externes, anthropiques tels que les conséquences des activités humaines, ou naturels tels qu’une variation de l’énergie solaire incidente. L’action de ces facteurs, ou forçages externes, peut déplacer l’équilibre énergétique du système et ainsi entraîner une modification notable du climat terrestre.

Équilibre radiatif global de l’atmosphère terrestre

À l’échelle globale, le système climatique terrestre reçoit très majoritairement son énergie du Soleil (99,97 % de l’énergie totale entrante). Rappelons qu’en physique un échange d’énergie peut se réaliser selon différents processus :

– par rayonnement, qui se propage parfaitement dans le vide et ne nécessite donc pas nécessairement la présence de matière. C’est un transfert d’énergie radiative ;

– par conduction, du fait du contact des systèmes, ou par convection, du fait d’un déplacement de fluide (liquide ou gaz). Ce sont des transferts d’énergie sensible qui entraînent une modification de la température de la matière sans en changer la phase ;

– par changement d’état (de phase), tel que l’évaporation, qui nécessite un apport d’énergie, ou la transpiration des plantes. C’est un transfert d’énergie latente qui provoque une modification de la phase mais sans changement de température.

L’énergie solaire est transférée vers la Terre sous forme d’un rayonnement électromagnétique, avec des longueurs d’onde comprises principalement entre 0,2 et 4 micromètres (µm). Lors de son interaction avec l’atmosphère, une partie de ce rayonnement incident est réfléchie vers l’espace et donc perdue pour le système climatique. L’autre partie est absorbée (énergie gagnée) et contribue à le réchauffer. Un rayonnement de plus grande longueur d’onde est alors émis par la Terre vers l’espace, principalement entre 4 et 100 µm (rayonnement infrarouge) correspondant à une perte d’énergie pour le système. Le bilan radiatif terrestre consiste donc à comparer l’énergie radiative gagnée et celle perdue par le système climatique. Un bilan positif conduira à un réchauffement du système climatique, un bilan négatif à son refroidissement. Le bilan radiatif est fondamental pour les phénomènes météorologiques car, avec la gravitation et la rotation de la Terre, il est à l’origine des mouvements atmosphériques.

Le rôle du Soleil est donc essentiel et son rayonnement est à l’origine de la plupart des processus physiques atmosphériques (évaporation, convection, etc.). Les variations de l’énergie solaire atteignant la Terre ont ainsi un impact direct sur son équilibre radiatif et, par conséquent, sur son climat. La quantité d’énergie solaire atteignant le sommet de l’atmosphère durant une seconde est exprimée par l’irradiance solaire Cs (en watts par mètre carré ou W·m–2), encore appelée « constante solaire » bien qu’elle soit variable en fonction du temps. L’irradiance solaire est la densité surfacique incidente de flux radiatif solai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Énergie solaire gagnée chaque seconde par la Terre

Énergie solaire gagnée chaque seconde par la Terre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bilan d’énergie global annuel du système climatique de la Terre

Bilan d’énergie global annuel du système climatique de la Terre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bilan radiatif simplifié de la Terre

Bilan radiatif simplifié de la Terre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Quelques paramètres des planètes telluriques du système solaire

Quelques paramètres des planètes telluriques du système solaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 8 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur des Universités, enseignant-chercheur, laboratoire d'optique atmosphérique, université de Lille

Classification

Autres références

«  BILAN RADIATIF DE LA TERRE  » est également traité dans :

TERRE - Bilan énergétique

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 4 164 mots
  •  • 2 médias

L'état thermique de l'enveloppe externe de notre planète (surfaces terrestres, océans, atmosphère) dépend de nombreux processus au sein du « système climatique », mais les échanges d'énergie dans le vide de l'espace se font entièrement par rayonnement. Le bilan énergétique de la planète Terre, comme celui des autres plan […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 818 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Propriétés optiques de l’atmosphère et effet de serre  »  : […] Si l’atmosphère terrestre est un milieu quasi transparent pour la lumière visible, celle à laquelle nos yeux sont sensibles, son opacité à certaines ondes électromagnétiques est un élément essentiel pour le développement de la vie sur notre planète . En effet, c’est ainsi que l’atmosphère tout à la fois nous protège en absorbant les rayonnements solaires les plus dangereux, et nous assure une tem […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 798 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  De la stabilité climatique au réchauffement planétaire »  : […] La civilisation, fondée sur l'agriculture, dépend de la stabilité du climat. Depuis huit mille ans, malgré ses fluctuations, le climat montre une constance relative traduisant un état stable, globalement proche de l'équilibre. L'ensemble continents-océans-atmosphère renvoie vers l'espace, sous forme de rayonnement infrarouge, un flux d'énergie égal au flux de rayonnement solaire incident sur la […] Lire la suite

CLIMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Frédéric FLUTEAU, 
  • Guillaume LE HIR
  •  • 3 657 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le bilan radiatif contrôle la température de la Terre »  : […] La Terre, située à environ 150 millions de kilomètres du Soleil, intercepte une petite fraction du rayonnement, égale à 1 370 W.m –2 ( c'est la fameuse constante solaire qui n'en est pas une, découverte par le physicien français Pouillet en 1838). En raison du rapport géométrique entre la surface du disque terrestre (surface d'interception du rayonnement solaire) et la surface de la sphère terres […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT GLOBAL

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 102 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Structure de l'atmosphère, bilan radiatif et effet de serre »  : […] L'échauffement de l'atmosphère vient donc du bas ; la température décroît depuis la surface jusqu'à la tropopause, dont l'altitude va de 9 kilomètres près des pôles à plus de 15 kilomètres en zone équatoriale. Ces couches, qui forment la troposphère , contiennent plus de 75 p. 100 de la masse totale de l'atmosphère : elles sont plus ou moins instables et responsables des mouvements qui font la mét […] Lire la suite

GLACIERS

  • Écrit par 
  • François ARBEY, 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 13 001 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Bilans d'énergie air-sol sur un névé ou sur un glacier »  : […] Le bilan de masse qu'on vient d'étudier est l'accumulation (neige + givre + regel d'eau de fonte en profondeur ou accumulation interne) diminuée de l'ablation (fonte + évaporation de la glace, appelée sublimation). L'ablation et les températures internes dépendent du bilan thermique des échanges air-sol, encore appelé bilan d'énergie. La sublimation (qui, lorsqu'elle est négative, devient du givr […] Lire la suite

MÉTÉOSAT (PROGRAMME)

  • Écrit par 
  • Daniel BRETON
  •  • 1 776 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Principales missions des satellites Météosat seconde génération (MSG) »  : […] Le programme MSG reprend, en les améliorant, les missions de la première génération. Il embarque en particulier le nouveau radiomètre-imageur SEVIRI (Spinning Enhanced Visible and Infra-Red Imager ) qui comporte douze canaux dans les domaines visible , infrarouge proche et infrarouge thermique. MSG embarque aussi l’instrument GERB (Geostationary Earth Radiation Budget) pour la mesure du bilan ra […] Lire la suite

MICROCLIMATS

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 2 987 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les influences locales sur les radiations »  : […] Des caractères très localisés peuvent faire varier la quantité de chaleur que l'air reçoit des radiations, et donc en modifier de façon appréciable la température. La figure montre sous une forme schématique les mécanismes d'absorption de la radiation près du sol. Les rayons solaires d'onde courte traversent l'atmosphère en subissant une absorption modérée ; ils ne fournissent guère de chaleur à […] Lire la suite

PÉRIGLACIAIRE DOMAINE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 5 782 mots
  •  • 2 médias

Le domaine périglaciaire fait partie des régions froides caractérisées par un bilan radiatif fortement négatif. L'atmosphère y cède plus de chaleur qu'elle n'en reçoit des diverses formes de rayonnement. Sous les hautes latitudes, cette situation résulte de l'absence de rayonnement solaire pendant la longue nuit polaire, tandis que la faible hauteur du Soleil estival au-dessus de l'horizon limit […] Lire la suite

POLAIRES MILIEUX

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yvon LE MAHO
  •  • 8 301 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Causes générales du froid : déficit du bilan radiatif »  : […] Dans ces régions, l'air reçoit presque en permanence des diverses formes de rayonnement moins de chaleur qu'il n'en cède, et il tend donc à se refroidir : le bilan radiatif est fortement négatif. Les apports de radiation sont nuls pendant une longue période de l'année : la nuit dure six mois aux pôles, quatre mois à 80 0 de latitude, deux mois à 70 0 . À 60 0 , le jour le plus court ne dure que 5 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe DUBUISSON, « BILAN RADIATIF DE LA TERRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bilan-radiatif-de-la-terre/