BHAGAVAD GĪTĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Unité d'inspiration

La Bhagavad Gītā ou, comme on dit souvent pour abréger, la Gītā, se présente comme un dialogue versifié de 700 stances épiques (śloka), découpé en 18 chants – les chants XXV à XLII du VIe livre du Mahābhārata. Le récit s'inscrit dans le cadre d'un autre dialogue, procédé familier depuis les Upaniṣad et habituel aux textes épiques.

Comme les autres ouvrages de l'Inde ancienne, elle n'a pas dû être composée d'un seul jet. On a même contesté son appartenance initiale à l'Épopée : le titre qu'on lui donne parfois de Bhagavad Gītopaniṣad et les ressemblances qu'elle offre avec les formes et les thèmes upaniṣadiques ont fait supposer qu'elle aurait pu être primitivement une Upaniṣad composée comme bien d'autres de fragments réajustés, et reflétant l'influence des cultes sectaires en train de s'établir, spécialement celle de certains groupes où Kṛṣṇa était le Dieu suprême.

On a discuté aussi de l'antériorité de telle ou telle de ses parties ; l'école allemande du début du xxe siècle a prétendu que le texte initial était beaucoup plus court ; certains voulaient même l'arrêter au vers 38 du chant II. En fait, il n'existe aucun moyen d'acquérir une certitude à ce sujet ; le texte est peu homogène, il laisse transparaître des influences diverses, il comporte certainement des vers interpolés. Peut-être à l'origine était-il, en effet, moins long, mais ce qui frappe à la lecture c'est l'unité d'inspiration de tout le poème.

Comme pour l'ensemble du Mahābhārata, on ne peut dire de façon certaine la date de la composition de la Gītā : elle oscille du iiie siècle avant J.-C. au iiie après J.-C. Toutefois, compte tenu de ce que l'on sait du développement des sectes vichnouites, on peut penser que l'essentiel était composé aux premiers siècles avant notre ère.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  BHAGAVAD GITA  » est également traité dans :

BHAKTI

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 1 449 mots

Dérivé de la racine bhaj , partager, bhakti désigne en Inde la sorte de dévotion qui fait participer le fidèle à la personne et à l'essence de la divinité qu'il adore. Une amitié caractérise, dans cette atmosphère, les rapports du dieu et de ses dévots. Les cultes populaires ont dû, de tous temps, connaître cette attitude religieuse ; assimilant leur divinité familière à l'un des grands dieux de […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Philosophies des religions »  : […] Les grandes épopées, Mahābhārata et Rāmāyaṇa , montrent dans une affabulation épique la merveille des incarnations divines. Dans le Mahābhārata , ce sont des incarnations des dieux védiques dont les héros sont des fils et aussi l'incarnation directe en Kṛṣṇa de l'Être suprême, Viṣṇu. Dans le Rāmāyaṇa , c'est l'incarnation de Viṣṇu encore en Rāma. Ces textes contiennent des enseignements philosoph […] Lire la suite

KARMAN

  • Écrit par 
  • Madeleine BIARDEAU
  •  • 1 786 mots

Dans le chapitre « Les trois voies de renoncement »  : […] La première voie, la plus théorique sans doute, mais qui reste très présente à l'esprit de bien des hindous de haute caste, est celle qui partage la vie de chaque homme en plusieurs périodes et voue la dernière au sannyāsa : après avoir été étudiant brahmanique, puis maître de maison et père de famille, puis ermite forestier en compagnie de sa femme, le brâhmane peut devenir enfin un complet san […] Lire la suite

KRISHNA ou KṚṢṆA

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 2 449 mots

Dans le chapitre « Kṛṣṇa et la « Bhagavad Gītā » »  : […] Kṛṣṇa assume, dans le Mahābhārata , deux rôles bien différents. Allié des Paṇḍava, il se révèle un chef de clan rusé, doué d'un savoir-faire purement humain, assurant le triomphe de ses cousins par des moyens assez déloyaux et sans grandeur. Mais, dans la Bhagavad Gītā , « Chant du Bienheureux », qui s'intègre dans l'épopée, il devient le cocher d' Arjuna, le plus célèbre des Pāṇḍava, et se manif […] Lire la suite

MAHĀBHĀRATA (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une épopée guerrière »  : […] Le sujet principal du Mahābhārata est la rivalité qui oppose deux grandes familles, les Pāndava, et les Kaurava, dont la souche commune est la famille royale des Bhārata, originaire de la vallée de l'Indus. Les premiers livres relatent les sources du conflit et expliquent comment les cinq Pāndava, après la mort de leur père Pāndu, sont élevés avec leurs cousins, les Kaurava. Les Pāndava représent […] Lire la suite

MARATHE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Ian RAESIDE
  •  • 2 634 mots

Dans le chapitre « Premières œuvres »  : […] Les premiers monuments de la langue qu'on puisse appeler spécifiquement marathe sont des inscriptions de pierre datant du xi e  siècle et qui se trouvent éparpillées sur un territoire à peu près comparable à l'actuel État linguistique du Māhārāṣṭra. Toutefois, le centre de la culture marathe se situait sur les rives du Gōdāvarī supérieur, dans la région de Paithan (l'ancienne Pratiṣṭhāna), et c'es […] Lire la suite

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renoncement et la société séculière »  : […] La société séculière s'efforcera d'apprivoiser ce monachisme sauvage, en l'institutionnalisant à la faveur de la théorie des quatre āśrama  : comme on s'en aperçoit à partir de la Sv́etāśvatara Upaniṣad , dans le Mahābhārata , et plus strictement dans les traités juridiques ( Dharmaśāstra) , notamment les Lois de Manu . Cette théorie ordonne le déroulement idéal de la vie d'un initié ou deux fois- […] Lire la suite

RÉVÉLATION

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 751 mots

Dans le chapitre « L'hindouisme »  : […] Dans la tradition hindoue, on regarde comme śruti , révélation (littéralement : « ce qui a été entendu »), les livres védiques (de veda, qui signifie connaissance) : Ṛgveda , Sāmaveda , Yajurveda , Atharvaveda , ainsi que leurs compléments. Ces livres anciens se présentent comme la transcription de visions spirituelles de voyants et ont pour objet de régler les actions rituelles des hommes. Les Ve […] Lire la suite

VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 8 942 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La déesse »  : […] Très tôt, on adjoindra à Viṣṇu une divinité féminine, Śrī, dite aussi Lakṣmī, elle aussi personnage complexe. En fait, Śrī et Lakṣmī ont une origine différente, mais on les a assimilées l'une à l'autre dès l'époque védique. Śrī, la Prospérité, est parfois identifiée à la Terre. On l'unit non seulement à Viṣṇu, mais au Puruṣa cosmique, si proche de Prajāpati, le premier procréateur. Ce n'est d'ail […] Lire la suite

YOGA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 7 829 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les textes »  : […] Les textes fondamentaux qui exposent l'essentiel de la doctrine appartiennent à divers genres littéraires, selon qu'ils sont tenus pour révélés par la divinité (telles la Bhagavad Gītā et les Upaniṣad) ou simplement composés par des techniciens (comme les Yoga sūtra et la Gheranda samhitā ). Le yoga, en effet, se présente pour la première fois en tant que discipline autonome dans quelques-unes de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne-Marie ESNOUL, « BHAGAVAD GĪTĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bhagavad-gita/