Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BERNHARDT SARAH ROSINE BERNARD dite SARAH (1844-1923)

Sarah Bernhardt dans <it>Adrienne Lecouvreur</it> - crédits : AKG-images

Sarah Bernhardt dans Adrienne Lecouvreur

« Sarah est morte, la voix d'or s'est tue. On l'aurait presque crue – ou voulue immortelle. » C'est par ces phrases que Liane de Pougy salua la disparition de Sarah Bernhardt. « Immortelle », Sarah Bernhardt l'était alors depuis longtemps. La comédienne à la « voix d'or » était entrée dans la légende de son vivant.

Le théâtre comme une passion

Enfant illégitime d'un notable de province et d'une courtisane de haut vol protégée par le duc de Morny, elle est engagée à la Comédie-Française à l'âge de dix-huit ans, à peine sortie du Conservatoire, mais n'y demeure qu'un an. Les lois de l'institution ne sont guère adaptées à son caractère, et c'est sur la scène de l'Odéon qu'elle connaît son premier triomphe, en 1869. Elle interprète Le Passant de François Coppée. Si la pièce, médiocre, est oubliée, elle est caractéristique de la carrière de Sarah Bernhardt, qui se soucie moins de la qualité littéraire des textes que des passions, portées à l'excès, qu'ils lui permettent d'exprimer. Ce n'est pas un hasard si, tragédienne parmi les plus encensées, elle préfère le Racine de Phèdre (son rôle fétiche, qu'elle reprend régulièrement de 1874 à 1914) ou d'Athalie (1920) à Corneille qu'elle ignore, si elle s'attache aussi bien au Hugo d'Hernani (1877) et de Ruy Blas (1879) qu'au Shakespeare de Macbeth (1884) et Hamlet (1899), dont elle interprète le rôle-titre. Ce n'est pas un hasard non plus si ses auteurs contemporains de prédilection sont Dumas Fils avec La Dame aux Camélias, Victorien Sardou – fournisseur attitré de grands mélodrames tels que Théodora (1884), ou La Tosca (1887), ou encore Edmond Rostand, dont elle crée L'Aiglon en 1900 à l'âge de cinquante-six ans. Ce n'est pas un hasard, enfin, si elle décide en 1896 de sortir de l'oubli le Lorenzaccio d'Alfred de Musset, pièce réputée injouable depuis sa parution en 1834. Dans une version remaniée à son intention par Armand d'Artois, elle assume le rôle-titre, instituant, de facto, une tradition qui veut que seule une femme puisse l'interpréter. Il faudra attendre Jean Vilar et Gérard Philipe, pour qu'un homme joue Lorenzaccio.

Que Sarah Bernhardt soit, du même coup, passée à côté de toutes les révolutions de la mise en scène (Antoine, Copeau) comme de l'écriture (Ibsen, Strindberg, Tchekhov, très sévère à son égard) est une évidence. Mais là n'a jamais été son propos. Elle est avant tout un « monstre sacré », dans la tradition des grandes cantatrices du xixe siècle (Maria Malibran, Giuditta Pasta), mais avec une dimension internationale plus affirmée. Elle court le monde pour se faire applaudir aux Amériques, en Europe centrale, en Russie, voire en Australie et au Sénégal. Elle provoque avec la même virulence autant de passions que de rejets. Certains la baptisent la « Voix d'or du théâtre français », la « Divine », la « Monstrueuse », l'« Unique », d'autres « Sarah Barnum », ou la « Muse ferroviaire »...

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : journaliste, responsable de la rubrique théâtrale à La Croix

Classification

Pour citer cet article

Didier MÉREUZE. BERNHARDT SARAH ROSINE BERNARD dite SARAH (1844-1923) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Média

Sarah Bernhardt dans <it>Adrienne Lecouvreur</it> - crédits : AKG-images

Sarah Bernhardt dans Adrienne Lecouvreur

Autres références

  • MUCHA ALFONS (1860-1939)

    • Écrit par
    • 1 634 mots
    • 1 média
    À la fin de 1894, l'imprimeur Lemercier lui confie la réalisation d'une affiche pour une pièce de Victorien Sardou, Gismonda, dont Sarah Bernhardt est la vedette au théâtre de la Renaissance. Dans un format oblong inhabituel, l'affiche fait sensation : la célèbre tragédienne est représentée en...
  • ROSTAND EDMOND (1868-1918)

    • Écrit par
    • 1 504 mots
    • 3 médias
    SarahBernhardt (1844-1923) va inspirer à Rostand deux pièces en vers, dont elle interprète le rôle-titre : La Princesse lointaine (1895) évoque l'amour éperdu du troubadour Joffroy Rudel pour Mélissinde, princesse orientale ; représentée le 5 avril 1895, la pièce fut rapidement retirée de la scène....
  • RUY BLAS, Victor Hugo - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 762 mots
    • 1 média

    Ruy Blas est une pièce en cinq actes et en alexandrins de Victor Hugo (1802-1885), créée à Paris, au théâtre de la Renaissance – inauguré pour l'occasion – le 8 novembre 1838, soit huit ans après la « bataille d'Hernani ». Huit années durant lesquelles le drame romantique...