BERNHARDT SARAH ROSINE BERNARD dite SARAH (1844-1923)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Sarah est morte, la voix d'or s'est tue. On l'aurait presque crue – ou voulue immortelle. » C'est par ces phrases que Liane de Pougy salua la disparition de Sarah Bernhardt. « Immortelle », Sarah Bernhardt l'était alors depuis longtemps. La comédienne à la « voix d'or » était entrée dans la légende de son vivant.

Sarah Bernhardt dans Adrienne Lecouvreur

Sarah Bernhardt dans Adrienne Lecouvreur

Photographie

D'«Athalie» à «L'Aiglon», en passant par «La Dame aux camélias», il est peu de rôles que Sarah Bernhardt, en bon «monstre sacré», n'ait cherché à faire siens. Elle pose ici dans le costume de scène d'«Adrienne Lecouvreur». 

Crédits : AKG

Afficher

Le théâtre comme une passion

Enfant illégitime d'un notable de province et d'une courtisane de haut vol protégée par le duc de Morny, elle est engagée à la Comédie-Française à l'âge de dix-huit ans, à peine sortie du Conservatoire, mais n'y demeure qu'un an. Les lois de l'institution ne sont guère adaptées à son caractère, et c'est sur la scène de l'Odéon qu'elle connaît son premier triomphe, en 1869. Elle interprète Le Passant de François Coppée. Si la pièce, médiocre, est oubliée, elle est caractéristique de la carrière de Sarah Bernhardt, qui se soucie moins de la qualité littéraire des textes que des passions, portées à l'excès, qu'ils lui permettent d'exprimer. Ce n'est pas un hasard si, tragédienne parmi les plus encensées, elle préfère le Racine de Phèdre (son rôle fétiche, qu'elle reprend régulièrement de 1874 à 1914) ou d'Athalie (1920) à Corneille qu'elle ignore, si elle s'attache aussi bien au Hugo d'Hernani (1877) et de Ruy Blas (1879) qu'au Shakespeare de Macbeth (1884) et Hamlet (1899), dont elle interprète le rôle-titre. Ce n'est pas un hasard non plus si ses auteurs contemporains de prédilection sont Dumas Fils avec La Dame aux Camélias, Victorien Sardou – fournisseur attitré de grands mélodrames tels que Théodora (1884), ou La Tosca (1887), ou encore Edmond Rostand, dont elle crée L'Aiglon en 1900 à l'âge de cinquante-six ans. Ce n'est pas un hasard, enfin, si elle décide en 1896 de sortir de l'oubli le Lorenzaccio d'Alfred de Musset, pièce réputée injouable depuis sa parution en 1834. Dans une version remaniée à son intention par Armand d'Artois, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : journaliste, responsable de la rubrique théâtrale à La Croix

Classification


Autres références

«  BERNHARDT SARAH ROSINE BERNARD dite SARAH (1844-1923)  » est également traité dans :

MUCHA ALFONS (1860-1939)

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un art destiné au peuple »  : […] Alfons Mucha naît le 24 juillet 1860 à Ivancice, en Moravie, dans l'Empire austro-hongrois. Après des études à Brno, où sa passion du dessin s'affirme, il travaille dans une entreprise de décoration à Vienne, acquérant une excellente maîtrise de la gouache et se familiarisant avec l'univers du théâtre. En 1881, le comte Khuen-Bellassi lui commande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfons-mucha/#i_27955

ROSTAND EDMOND (1868-1918)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 504 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La gloire à vue de nez »  : […] Edmond Rostand naît à Marseille dans une famille aisée et cultivée, le 1 er  avril 1868. Il achève ses études secondaires à Paris, au collège Stanislas. En 1887, il obtient un prix littéraire pour un essai intitulé Deux Romanciers de Provence : Honoré d'Urfé et Émile Zola . Renonçant au barreau, il décide de se consacrer à la littérature. Après Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmond-rostand/#i_27955

Pour citer l’article

Didier MÉREUZE, « BERNHARDT SARAH ROSINE BERNARD dite SARAH - (1844-1923) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernhardt-sarah-rosine-bernard-dite-sarah/