MUSSOLINI BENITO (1883-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le maître de l'Italie fasciste (1922-1940)

À partir de 1920, la vie de l'ancien directeur de l'Avanti ! se confond avec celle de son mouvement (devenu Parti national fasciste en 1921), puis avec celle du régime qu'il a instauré en octobre 1922 à la suite d'une période de violence dont le point d'aboutissement fut la « marche sur Rome » et la désignation de Mussolini comme Premier ministre : un régime dont le raidissement autoritaire et totalitaire lui est largement imputable. Mussolini a vite troqué, en effet, le mode de vie du journaliste et du dirigeant politique ordinaire pour celui du chef charismatique et de l'homme d'État, en attendant de poser pour l'histoire sous les traits du nouveau César. L'image qu'il s'applique à donner de lui-même est celle de l'homme d'exception, doté d'une force morale et de qualités intellectuelles et physiques hors du commun. Il utilise à cette fin tous les moyens que les services de propagande mettent à sa disposition : photographies soigneusement élaborées et sélectionnées, affiches, bandes d'actualité, etc. Mussolini est le premier dirigeant populiste du xxe siècle à avoir su utiliser de manière massive la radio et le cinéma. Il aime être immortalisé dans les gestes du travailleur (maçon, laboureur, forgeron, etc.) ou dans ceux du sportif émérite pratiquant les activités les plus viriles et les plus dangereuses. Il se plaît à faire figure de condottiere ou de légionnaire victorieux, s'adressant aux masses torse bombé, menton en avant et poings sur les hanches. Dès la fin des années 1920, c'est une véritable religion civile, avec sa liturgie, ses fêtes, son culte du « guide » quasi divinisé, qui s'est constituée autour de la figure emblématique de « l'homme de la Providence ». Toutefois, derrière le héros appliqué à forger sa légende, il y a un Mussolini « petit-bourgeois », hésitant, inquiet, très attaché à sa famille, ce qui ne l'empêche pas de rechercher les succès féminins et d'entretenir, à partir de 1936, une liaison amoureuse avec Claretta [...]

Marche sur Rome, 1922

Vidéo : Marche sur Rome, 1922

Vidéo

Dans l'Italie en crise de 1922, le coup de force de la marche sur Rome marque l'arrivée au pouvoir de Mussolini. Désarroi et désorganisation expliquent le succès de son mouvement des Faisceaux italiens de combat, devenu, en novembre 1921, le Parti national fasciste. Soutenu par des bandes... 

Crédits : Pathé

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Benito Mussolini

Benito Mussolini
Crédits : Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Marche sur Rome, 1922

Marche sur Rome, 1922
Crédits : Pathé

vidéo

L'Éthiopie occupée

L'Éthiopie occupée
Crédits : Hulton Getty

photographie

Accords de Munich

Accords de Munich
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  MUSSOLINI BENITO (1883-1945)  » est également traité dans :

ACCORDS DE MUNICH

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

Fidèle à son pangermanisme proclamé, Adolf Hitler réclame avec plus d'insistance que jamais, en septembre 1938, la cession au III e  Reich du territoire tchécoslovaque sur lequel vit la minorité germanophone des Sudètes. L'Allemagne est prête à la guerre pour obtenir gain de cause. Le 28 septembre, Benito Mussolini, poussé en ce sens par le Premier ministre britannique Arthur Neville Chamberlain, […] Lire la suite

LATRAN ACCORDS DU (1929)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Signés par le pape Pie XI (1922-1939) et Mussolini, les accords du Latran règlent la « question romaine », qui envenimait les relations entre la papauté (et, par suite, les catholiques) et l'État unitaire italien, depuis que ce dernier avait annexé Rome le 2 octobre 1870, mettant fin à l'existence millénaire des États du pape. La papauté, qui disposait déjà d'une souveraineté internationale reconn […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 079 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La domination zoguiste (1925-1939) »  : […] Zogu convoqua alors une assemblée qui le proclama président de la République et établit une constitution lui donnant des pouvoirs très étendus. Il fit régner l'ordre, appuyé sur une gendarmerie solide, dompta les soulèvements régionaux (par exemple en 1926 dans le Dukagjin), se concilia les bajraktars (chefs locaux) par des grades et des pensions, se débarrassant de ses adversaires par tous les […] Lire la suite

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 946 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Italie « nouvelle » »  : […] C'est dans l'Italie fasciste que sont posés pour la première fois les problèmes de l'architecture comme instrument de l'action politique et idéologique de l'État. On sait que l'une des idées-forces du régime mussolinien fut la filiation entre l'Italie « nouvelle » et la Rome impériale. La Rome antique était présente dans la Rome du xx e  siècle. C'est à son exaltation que Mussolini appelle les […] Lire la suite

BADOGLIO PIETRO (1871-1956) maréchal italien

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 726 mots
  •  • 1 média

Officier d'artillerie, Pietro Badoglio prend part à la campagne d'Afrique (1896-1897) puis sert dans l'état-major, au cours de la guerre de Libye. Quand éclate le premier conflit mondial, il est lieutenant-colonel, au commandement de la II e armée. En août 1916, il se signale par un fait d'armes, enlevant, à la tête d'une colonne d'infanterie, la position du Sabotino. Dans la retraite de Caporett […] Lire la suite

BONOMI IVANOE (1873-1951)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 785 mots

Homme d'État italien dont la carrière, comme celle de son contemporain Orlando, se partage en deux grands moments séparés par la longue parenthèse du fascisme. Devenu journaliste socialiste, Ivanoe Bonomi milite, aux côtés de Bissolati, dans la tendance réformiste qui l'emporte au congrès de 1902. Il soutient ensuite la guerre de Libye et, au congrès de 1912, il est exclu du parti socialiste. Appe […] Lire la suite

CIANO GALEAZZO, comte de Cortellazzo (1903-1944)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 809 mots
  •  • 1 média

Né le 18 mars 1903, à Livourne, Galeazzo Ciano est issu d'une famille de marins. Son père, Constanzo, héros de la Première Guerre mondiale, fut un fasciste de la première heure. Mussolini en fit l'un des nantis du régime, amiral, anobli, propriétaire de l'influent journal Telegrafo , ministre des Postes et Communications puis président de la Chambre des faisceaux et corporations. L'ambiance dans […] Lire la suite

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 282 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un instrument de propagande »  : […] La modernité du cinéma, son pouvoir de fascination ou de conviction, sa capacité à atteindre et à pénétrer les masses en ont fait un instrument dont Lénine (« De tous les arts, l'art cinématographique est pour nous le plus important », en 1919, lors de la nationalisation du cinéma russe) comme Mussolini (« La cinématographie est l'arme la plus forte », cette affirmation cent fois redite était affi […] Lire la suite

CONQUÊTE DE L'ÉTHIOPIE PAR L'ITALIE

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 188 mots
  •  • 1 média

Au début des années 1930, l'Éthiopie demeurait un des rares États indépendants d'Afrique, excitant les convoitises du pouvoir fasciste de Benito Mussolini, désireux de constituer, sur le modèle mythique de l'Empire romain, un Empire colonial moderne comparable à celui des grandes puissances européennes. En 1896, à la bataille d'Adoua, l'Italie, déjà, avait échoué à s'emparer de l'Éthiopie. Le 3 oc […] Lire la suite

DIAZ ARMANDO (1861-1928)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 698 mots

Colonel d'infanterie en 1910, Diaz prend part à la guerre de Libye, où il est blessé. Il devient secrétaire du général Pollio, chef de l'état-major général ; à la mort de ce dernier, il collabore avec le nouveau généralissime, Cadorna, pour préparer la mobilisation de l'armée italienne. Lors de l'intervention de l'Italie aux côtés de l'Entente, il demeure chef de la section des opérations à l'état […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre MILZA, « MUSSOLINI BENITO - (1883-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/benito-mussolini/