BEFFROIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formes

Peu de beffrois du xiie ou du xiiie siècle sont encore debout aujourd'hui. Les plus nombreux datent des xive et xve siècles, mais ils ont été bien souvent restaurés ou surélevés au xviie ou au xviiie siècle, car le symbolisme du beffroi était toujours vivant à cette époque.

La forme la plus ancienne, qui correspond logiquement à la formation des beffrois, est celle d'une porte de ville. Rien de plus normal que la commune ayant le droit de posséder une cloche cherche à l'installer dans une tour déjà existante : le clocher des églises ne pouvant être utilisé, on se tourna vers les tours d'enceinte qui faisaient partie de la propriété communale. Souvent on a choisi comme beffroi une tour qui surmontait la porte de la ville. Par suite des agrandissements de l'enceinte, le beffroi-porte se trouva situé au cœur de la ville, c'est le cas de Bordeaux, de Rouen, d'Aix-en-Provence, de Salon, de Manosque, de Saint-Fargeau, d'Auxerre, d'Avallon.

Les villes plus riches ou plus fières de leur indépendance firent construire dans la ville une tour en pierre d'apparence plus noble. On ne connaît pas de beffrois qui soient des tours rondes, à part ceux d'Auxerre et de Saint-Benoît-du-Sault (Indre), et celui de Rennes, encore que son soubassement soit carré. Quelques-uns de ces beffrois sont des tours octogonales avec un soubassement carré : on peut citer Évreux, Arras, Alost, Courthezon, Millau. La tour carrée est le cas le plus fréquent. Le couronnement plus ou moins compliqué révèle la personnalité de la ville. En Provence, le campanile est souvent en fer forgé, comme à Aix-en-Provence, à Pernes-les-Fontaines, ou à Avignon avant 1475, date à laquelle on a remplacé ce campanile par une flèche de pierre. La tour peut être, dans sa partie supérieure, cantonnée de tourelles ou échauguettes qui lui donnent un air défensif ; il en est ainsi à Boulogne-sur-Mer, Douai, Rue, Commines, Toulouse ; ces échauguettes sont inconnues à Orléans, Rouen, Arras.

Les couronnements sont presque constamment en retrait, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  BEFFROIS  » est également traité dans :

CHIME

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 965 mots

Du latin médiéval cymbala , « cloches », le chime (ainsi nommé pour distinguer ces instruments des carillons) est un jeu de cloches fixes accordées dans une série musicale, traditionnellement en séquence diatonique (gamme de sept notes) avec quelques accidents (dièses et bémols). Les cloches, généralement au nombre de deux à vingt dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chime/#i_5072

Voir aussi

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « BEFFROIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/beffrois/