BEFFROIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structure

Par son symbolisme même, la tour du beffroi est nécessairement élevée : elle doit rivaliser avec le donjon du château et les clochers des églises ou des abbayes. Il en résulte pour les villes des silhouettes hérissées de tours et de clochers, que les graveurs de pourtraicts de villes soulignent tout particulièrement. Les plus hauts beffrois se dressent en Belgique et dépassent souvent cent mètres : Gand, Bruges, Bruxelles.

Dans les plus anciens beffrois, seuls des escaliers extérieurs permettaient d'atteindre les étages supérieurs, mais dès les xve et xvie siècles apparaissent des escaliers à vis, intérieurs, ou logés dans une tourelle annexe.

D'une manière générale, la tour reposait sur une cave au-dessus de laquelle se trouvait la prison communale, puis deux ou trois salles superposées, l'horloge et enfin le beffroi supportant les cloches. Dans le beffroi de Sancerre, construit au xvie siècle, la salle qui se trouvait au-dessus de la prison était une chapelle. À l'étage suivant, la salle servait pour les réunions du conseil de ville. Auprès de l'horloge était installée une loge pour le guetteur.

Plusieurs villes d'une certaine importance, Tournai et Calais par exemple, ne connurent pas, même à des époques récentes, d'autres salles de délibération que celles du beffroi. Dans des cas plus favorables, au contraire, les échevins faisaient construire un hôtel de ville englobant la chapelle, les salles de réception et de délibération, puis des théâtres, des musées. Dans ce cas, les salles du beffroi étaient utilisées par des services divers : corps de garde, arsenal municipal, rangement du matériel contre l'incendie.

Différentes solutions sont adoptées lors de la construction de la maison communale, selon que le beffroi en fait partie ou non. Il peut rester isolé, sans aucun lien avec l'hôtel de ville, ou bien, tout en restant isolé, il peut former avec la maison de ville un ensemble monumental, à Valenciennes par exemple.

Mais le beffroi a souvent été incorporé dans l'édifice de l'hôtel de ville. C'est le cas du magnifique bef [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  BEFFROIS  » est également traité dans :

CHIME

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 965 mots

Du latin médiéval cymbala , « cloches », le chime (ainsi nommé pour distinguer ces instruments des carillons) est un jeu de cloches fixes accordées dans une série musicale, traditionnellement en séquence diatonique (gamme de sept notes) avec quelques accidents (dièses et bémols). Les cloches, généralement au nombre de deux à vingt dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chime/#i_5072

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « BEFFROIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/beffrois/