BECHER BERND (1931-2007) et HILLA (1934-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Châteaux d'eau, Bernd & Hilla Becher

Châteaux d'eau, Bernd & Hilla Becher
Crédits : B. et H. Becher

photographie

Bernd et Hilla Becher

Bernd et Hilla Becher
Crédits : Graziano Arici/ Age Fotostock

photographie


Des « typologies » industrielles et artistiques

Les photographies de Bernd et Hilla Becher sont présentées seules ou par séries typologiques et ensembles de six, neuf, douze ou quinze images de format moyen (variable, mais le plus souvent 30 cm × 40 cm), assemblées selon des critères formels plutôt que chronologiques ou géographiques. Seules les mentions de lieux et de dates des prises de vue accompagnent les images. À l'indiscutable dimension documentaire de leur travail, il convient d'ajouter toutes les caractéristiques de l'œuvre d'art. En effet, la neutralité revendiquée de leur appréhension d'un réel, dont une grande part a disparu ou est en train de disparaître, l'extrême précision de leurs images, prises le plus souvent par temps gris afin d'éviter les ombres, n'empêchent pas qu'on reconnaisse les œuvres des Becher au premier coup d'œil. Qu'ont-elles de si fascinant qu'elles échappent immédiatement au seul statut de simples représentations documentaires ? Un premier élément nous est fourni par la référence au ready-made. A-t-on assez souligné, en effet, à quel point la photographie dite « objective » représentait la forme la plus rigoureuse du ready-made, par le fait qu'un objet du réel, sans propriété artistique, se trouve déplacé, par le prélèvement photographique, vers un cadre (au sens strict) et un contexte artistiques ? Une deuxième raison tient peut-être à la dimension paradoxalement atemporelle et atopique de cette œuvre : malgré les quelques indices qui demeurent, ces objets se dressent dans une royale autonomie, par l'hyper-précision de leur constitution. Enfin, l'objectivité poussée à un tel degré produit un autre effet paradoxal : elle laisse libre champ à ce qu'on pourrait appeler une esthétique du récepteur, c'est-à-dire à la liberté pour chacun d'y projeter, comme sur une peinture abstraite ou sur un monochrome, ses interprétations et ses sentiments, son expérience ou ses souvenirs.

En 1976, Bernd Becher est nommé professeur à la Kunstakademie de Düsseldorf où il inaugure la première classe de photogra [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BECHER BERND (1931-2007) et HILLA (1934-2015)  » est également traité dans :

BERND ET HILLA BECHER (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc HUITOREL
  •  • 1 013 mots

Conçue à l'origine par Armin Zweite, directeur du musée K20K21 de Düsseldorf, avec l'aide, à Paris, de Quentin Bajac, conservateur au Musée national d'art moderne, l'exposition itinérante consacrée à Bernd et Hilla Becher, en faisant étape au Centre Georges-Pompidou du 20 octobre 2004 au 3 janvier 2005, donnait pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernd-et-hilla-becher/#i_38230

AUTOUR DE GABRIELE BASILICO (livres et exposition)

  • Écrit par 
  • Emmanuel HERMANGE
  •  • 1 070 mots

Lorsque Gabriele Basilico, architecte de formation, réalise une série d'images sur la banlieue de Milan à la fin des années 1970 ( Milano, ritratti di fabbriche , Sugarco, Milan, 1983), la photographie de paysage urbain est un genre étranger au champ de l'art en Europe. Seuls les América […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autour-de-gabriele-basilico/#i_38230

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Format et couleur : le tableau »  : […] La couleur qui, au début des années 1960, fait son entrée dans la photographie d'amateur et dans le secteur publicitaire, n'intéresse guère le marché naissant de la photographie d'art, visant le seul noir et blanc. C'est dans ce contexte élitiste qu'apparaissent en 1971 les travaux des Américains Joel Meyerowitz et William Eggleston, qui sacrifient le spectaculaire et l'émotion au profit d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_38230

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Photographie, cinéma, vidéo »  : […] Pionnier du land art, Robert Smithson publie en 1967, dans la revue de l’avant-garde américaine Artforum , « A tour of the monuments of Passaic, New Jersey ». Il y présente des restes d’installations industrielles « pourrissantes », des ponts, des canalisations, que la photographie transforme en monuments, témoignant du passage du temps, de la déperdition progressive d’énerg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/#i_38230

Pour citer l’article

Jean-Marc HUITOREL, « BECHER BERND (1931-2007) - et HILLA (1934-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/becher-bernd-et-hilla/