RUFF THOMAS (1958-    )

L'œuvre du photographe Thomas Ruff (né en 1958 à Zell am Hamersbach, Allemagne) se caractérise depuis le milieu des années 1980 par d'immenses portraits en couleurs (210 cm × 165 cm) de jeunes hommes et de jeunes femmes, pris frontalement, sous une lumière étale, et dans lesquels le visage, volontairement sans expression, occupe toute l'image. Bien que Ruff ait réalisé d'autres séries aux sujets bien différents, les portraits peuvent être considérés comme l'emblème de son travail. Ses autres œuvres se présentent sans effets prononcés, mais leur réalisme froid n'exclut pas un indéniable sentiment d'intimité ; elles sont comme la reproduction de reproductions antérieures, l'image de choses déjà vues.

Sans doute plus que d'autres photographes, Thomas Ruff se rattache à la mouvance allemande de la Neue Sachlichkeit des années 1920. Cette Nouvelle objectivité, qui comprenait des peintres et des photographes – parmi ces derniers, les plus connus sont August Sander, Albert Renger-Patzsch, Karl Blossfeldt – s'est beaucoup intéressé au portrait, aux objets, aux vues urbaines, sujets qui inspirent aussi Thomas Ruff. Vers la fin des années 1970, il étudie la photographie à l'Académie des beaux-arts de Düsseldorf (ville où il habite aujourd'hui) avec Bernd Becher qui réalise avec sa femme Hilla des œuvres d'un réalisme distancié ; Thomas Ruff leur est redevable de son goût pour les séries et de sa mise à distance des sujets. Sa première exposition personnelle d'importance a lieu en 1981 à la galerie Rüdiger Schottle, à Munich. Dès 1979, il avait réalisé sa première série, Intérieurs, des photographies de petit format en couleur (27,5 × 20,5 cm) dans lesquelles on peut voir des prises de vue serrées de coins de chambres, de salons, de murs, d'objets quotidiens, qui sécrètent la vie mais d'où toute présence humaine est exclue. À ces Intérieurs succède la série des Maisons, photographies en couleurs de façades d'immeubles, visiblement habités, entretenus, mais dont les habitants sont, là encore, [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  RUFF THOMAS (1958- )  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 794 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Portrait : la tête et la face »  : […] immémoriale du portrait. Les « sans titre » que l'Allemand Thomas Ruff réalise de face, en grand format, avec l'expression neutre de documents d'identité, sont particulièrement représentatifs de la tendance contemporaine de l'utilisation du visage, même si plusieurs auteurs restent attachés à l'expression particulière de leurs modèles. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_85538

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « RUFF THOMAS (1958-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-ruff/