BECHER BERND (1931-2007) et HILLA (1934-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À partir de la fin des années 1950, Bernd et Hilla Becher photographient des bâtiments et des paysages industriels : hauts fourneaux, chevalements, gazomètres, châteaux d'eau, silos à charbon ou à céréales, usines de traitement, etc. Il leur arrive aussi – mais plus rarement – de photographier des paysages et des maisons anciennes et récentes. La grande particularité de ces deux photographes – qui travaillent en couple pendant près de 50 ans – c'est que chaque sujet, choisi avec soin, est photographié en noir et blanc, à la chambre, et avec une très grande précision dans la restitution des détails du réel. La longueur du temps de pose explique cette finesse mais aussi, en partie, l'absence de tout être humain sur leurs clichés. Ces architectures industrielles, dont la forme est très largement dictée par la fonction, apparaissent comme détachées de leur contexte et la prise de vue, frontale et sans distorsions, leur confère une allure de sculpture. Le premier album des Becher, paru en 1970, s'intitulait d'ailleurs Anonyme Skulpturen, et en 1990, à la biennale de Venise, le couple reçut le grand prix... de sculpture. Au-delà du paradoxe, le trouble qui naît de l'emploi de ce terme, s'agissant d'un travail exclusivement photographique, pointe d'emblée le cœur d'une œuvre qui tient tout autant du document que de l'art.

Châteaux d'eau, Bernd & Hilla Becher

Photographie : Châteaux d'eau, Bernd & Hilla Becher

Bernd & Hilla Becher, Châteaux d'eau, épreuves gélatino-argentiques. Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen, Düsseldorf. À partir de vues prises en Allemagne, en Belgique, en France, aux États-Unis, en Italie et en Grande-Bretagne, de 1970 à 1997, les artistes composent une typologie... 

Crédits : B. et H. Becher

Afficher

Entre photographie objective et minimalisme

Bernd Becher est né le 20 août 1931 à Siegen, dans la région très industrialisée de la Ruhr, et décédé le 22 juin 2007 à Rostock. Hilla Becher, elle, est née le 2 septembre 1934 au sud-ouest de Berlin, à Potsdam et est décédée le 10 octobre 2015 à Düsseldorf. Bernd étudie d'abord la peinture à l'Académie des beaux-arts de Stuttgart, puis commence à peindre des paysages de sa région natale avant d'utiliser pour la première fois la photographie, en 1957, dans le cadre de la démolition d'une mine. En 1959, il rencontre Hilla Becher (née Wobeser), photographe de formation et responsable du laboratoire photographique de l'académie de Düsseldorf. Il commence à photographier avec elle les mines et maisons ouvrières de Siegen. Ils ont, d'emblée, une démarche « typologique », qui consiste à photographier les bâtiments en séries, en les classant souvent par destinations et usages mais aussi selon des critères géographiques, historiques et esthétiques. « Les objets qui nous intéressent ont en commun d'avoir été conçus sans considération de proportion et de structure ornementales. Leur esthétique se caractérise en ceci qu'ils ont été créés sans intention esthétique. L'intérêt que le sujet a, à nos yeux, réside dans le fait que des bâtiments à fonction généralement identique se présentent avec une grande diversité de formes », expliquent-ils en 1969. Cette même année, une exposition baptisée Sculptures anonymes fait connaître leur travail jusque-là essentiellement estimé des spécialistes de l'architecture et des ingénieurs. Les clichés du couple sont en effet immédiatement rapprochés – malgré eux – de l'art minimal et conceptuel.

Bernd et Hilla Becher

Photographie : Bernd et Hilla Becher

Dans le sillage de Karl Blossfeldt et d’August Sander, Bernd et Hilla Becher réaffirment la dimension objective qui marque la photographie allemande. Leurs séries consacrées aux architectures industrielles – châteaux d'eau, hauts-fourneaux, usines – influenceront l'art conceptuel et... 

Crédits : Graziano Arici/ Age Fotostock

Afficher

La « pureté » et la simplicité de leur démarche, ainsi que le choix de la répétition et de la sérialité, les rapprochent en effet de certains artistes minimalistes et conceptuels, mais, avec leur aspect purement documentaire voire « encyclopédique », ils s'inscrivent aussi dans la lignée de la tradition de la photographie objective. Les Becher accordent toute son importance au sujet, un sujet qu'il s'agit de représenter avec la plus grande fidélité, sans intention d'effet ni d'intrusion d'une sensibilité individuelle. La réunion de leurs signatures confère d'ailleurs à ce travail une certaine dimension collective. La priorité accordée au référent – la technique n'étant que le moyen d'en rendre compte –, l'aspect typologique et documentaire de leur pratique les placent dans la descendance d'un Eugène Atget photographiant, au début du xxe siècle, les sites et les monuments de Paris, ou d'un August Sander entreprenant, entre les deux guerres, de constituer par le portrait un vaste inventaire de la société allemande. Les Becher sont également redevables au style de Walker Evans, dans les pas duquel ils se sont d'ailleurs glissés pour photographier, en un bel hommage, la cité ouvrière et le site industriel de Bethlehem (Pennsylvanie), que l'Américain avait lui-même photographiée dans l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Châteaux d'eau, Bernd & Hilla Becher

Châteaux d'eau, Bernd & Hilla Becher
Crédits : B. et H. Becher

photographie

Bernd et Hilla Becher

Bernd et Hilla Becher
Crédits : Graziano Arici/ Age Fotostock

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BECHER BERND (1931-2007) et HILLA (1934-2015)  » est également traité dans :

BERND ET HILLA BECHER (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc HUITOREL
  •  • 1 013 mots

Conçue à l'origine par Armin Zweite, directeur du musée K20K21 de Düsseldorf, avec l'aide, à Paris, de Quentin Bajac, conservateur au Musée national d'art moderne, l'exposition itinérante consacrée à Bernd et Hilla Becher, en faisant étape au Centre Georges-Pompidou du 20 octobre 2004 au 3 janvier 2005, donnait pour l […] Lire la suite

AUTOUR DE GABRIELE BASILICO (livres et exposition)

  • Écrit par 
  • Emmanuel HERMANGE
  •  • 1 070 mots

Lorsque Gabriele Basilico, architecte de formation, réalise une série d'images sur la banlieue de Milan à la fin des années 1970 ( Milano, ritratti di fabbriche , Sugarco, Milan, 1983), la photographie de paysage urbain est un genre étranger au champ de l'art en Europe. Seuls les Américains, dans la continuité d'artistes tels que Charles Sheeler ou Walker Evans, considèrent les développements de […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 799 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Format et couleur : le tableau »  : […] La couleur qui, au début des années 1960, fait son entrée dans la photographie d'amateur et dans le secteur publicitaire, n'intéresse guère le marché naissant de la photographie d'art, visant le seul noir et blanc. C'est dans ce contexte élitiste qu'apparaissent en 1971 les travaux des Américains Joel Meyerowitz et William Eggleston, qui sacrifient le spectaculaire et l'émotion au profit d'une […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Photographie, cinéma, vidéo »  : […] Pionnier du land art, Robert Smithson publie en 1967, dans la revue de l’avant-garde américaine Artforum , « A tour of the monuments of Passaic, New Jersey ». Il y présente des restes d’installations industrielles « pourrissantes », des ponts, des canalisations, que la photographie transforme en monuments, témoignant du passage du temps, de la déperdition progressive d’énergie, de l’entropie qui […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc HUITOREL, « BECHER BERND (1931-2007) - et HILLA (1934-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/becher-bernd-et-hilla/