BAROQUE / CLASSIQUE, notion de

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La doctrine classique et le rapport au temps

Dans tous les cas, la France du xviie siècle semblait exclue : « cartésienne », c'est-à-dire raisonnable, et plus gallicane qu'ultramontaine (l'art que nous qualifions de baroque : celui du Bernin, était alors dit « italien » ou « romain ») ; surtout, tributaire d'une tout autre définition du classique, par référence non à la Renaissance, ni même à l'Antiquité, mais à la « doctrine classique » forgée par Boileau et les partisans des Anciens. Pour les historiens de la littérature française, il y a donc inversion chronologique : le baroque précède le classique, au lieu de le suivre. Quant au terme « classicisme », il n'apparaît lui aussi qu'au xixe siècle et dans un contexte polémique, par opposition au romantisme. La situation est encore différente en Allemagne, où le « Klassik » désigne un moment d'équilibre contemporain du « romantisme d'Iéna », postérieur aux Lumières (Aufklärung) et au « préromantisme » du Sturm und Drang : c'est, autour de 1800, influencée par la philosophie kantienne, l'écriture de la maturité pour Schiller (Sur la poésie naïve et sentimentale, 1795) et Goethe (Les Affinités électives, 1809).

La tradition européenne identifiait comme classiques les grands auteurs de l'Antiquité grecque et latine, ceux qui devaient être à la base de l'enseignement des humanités. Le classicisme français place au centre de la culture ce principe d'imitation des Anciens. Ce faisant, il s'écarte d'autres modèles, les écrivains italiens et espagnols qui lui sont contemporains ou qui le précèdent immédiatement, la littérature française de la Renaissance et du début du xviie siècle. Il se définit par certains critères : le naturel, le vraisemblable, le respect des règles et de la bienséance, le culte de la raison ; il s'oppose ainsi à l'artifice, au bizarre, à l'excès, au merveilleux... Définition largement a posteriori, car le paradoxe est que les « Classiques » n'auraient jamais osé se désigner co [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « BAROQUE / CLASSIQUE, notion de », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque-classique-notion-de/