BAMBARA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Masque bamana

Masque bamana
Crédits : ni Schneebeli, Bridgeman Images

photographie

Masque bambara

Masque bambara
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Paysage politique, rites et croyances

On peut trouver paradoxal que ce même nom évoque aussi le souvenir, parfois conservé par des récits épiques que chantent les bardes ou griots, de farouches guerriers des temps précoloniaux. Mais la culture des mils sur terre sèche, jadis prédominante, n'occupe les hommes qu'un tiers de l'année. La longue saison sèche était le temps des aventures, des rapts de femmes ou des chasses à l'esclave. L'ordre patriarcal sécrète ses révoltés et ses exclus, prêts à suivre un leader local entreprenant. Les jeunes hommes, encore libres de responsabilités familiales, se constituent en bandes ou « associations » (ton), aujourd'hui simples sociétés d'entraide villageoise pour le travail des champs, mais jadis redoutables instruments pour quelque ambitieux des environs en quête de mercenaires. Qui plus est, de tout temps, les appareils étatiques centrés sur la vallée du Niger ont tiré des populations paysannes directement sujettes ou provisoirement aux marges de leur territoire de quoi alimenter leurs armées en matériel humain. Et, quand la guerre s'éteint, chacun retourne à la terre, parfois bien loin du pays d'origine.

De ce mélange complexe de dominations étatiques durables et d'initiatives locales souvent éphémères est issu le paysage politique très contrasté qu'offrent les populations dites bambara au moment où l'administration coloniale redécoupe le territoire. Parfois, comme dans la région montagneuse du Bélédougou, au nord de Bamako, les communautés villageoises sont indépendantes ou regroupées en fédérations aux contours flous et à but souvent strictement défensif. Dans d'autres zones, comme au sud du fleuve vers Bougouni, le pouvoir local d'un faama – littéralement « l'homme fort » –, appuyé sur son lignage, ses captifs guerriers et un réseau de lignages alliés, tend à déterminer un territoire plus ou moins fluctuant (kafo). Enfin, dans la région de Ségou en particulier, l'espace humain s'est profondément étatisé : la population, soumise à l'impôt et au travail pour le « roi » (faama) et les princes, répartie entre les différents régi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  BAMBARA  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Classes d'âges »  : […] Sans doute l'initiation est-elle d'abord un mode d' intégration à un groupe social et, la plupart du temps, elle coïncide avec les âges de la vie, notamment avec les passages de l'enfance à l'âge adulte. C'est un processus de socialisation des jeunes, qui peuvent, rassemblés en classes d'âges, passer un temps plus ou moins long, en dehors du village, à recevoir l'éducation que tout homme du grou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-religions/#i_12498

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 825 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les agriculteurs du Soudan »  : […] La savane soudanaise, au climat tropical sec, est le domaine des cultivateurs de mil, constructeurs d'empires. La sculpture des peuples de ces régions aux vastes horizons lumineux est anguleuse et austère, d'esprit abstrait et cubiste. Les Dogon de la falaise de Bandiagara au Mali, connus initialement grâce aux travaux de Marcel Griaule et de ses collaborateurs, ont conservé un héritage culturel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-un-foisonnement-artistique/#i_12498

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

Dans le chapitre « Comment ethnographier les pratiques de communication »  : […] L’un des principaux concepts de l’anthropologie de la communication est celui de compétence de communication. Contrairement à la notion de compétence linguistique au centre des approches formelles du langage, celle-ci ne porte pas sur la seule maîtrise des règles grammaticales, mais plus largement sur les normes socioculturelles qui régissent les usages de la langue. Il s’agit de savoir parler cor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-de-la-communication/#i_12498

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans le chapitre « Les représentations anatomiques »  : […] Les représentations portant sur la connaissance anatomique du corps sont, elles aussi, socialement codées. Plus généralement, les conceptions du rapport entre l'intérieur et l'extérieur du corps, la notion de frontières du corps varient sensiblement selon les sociétés. Pour les sociétés traditionnelles, la connaissance des organes et des fonctions physiologiques n'a de valeur que par son insertion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-donnees-anthropologiques/#i_12498

HAZOUMÉ ROMUALD (1962- )

  • Écrit par 
  • André MAGNIN
  •  • 1 004 mots

Romuald Hazoumé est né en 1962 à Porto-Novo (République du Bénin) dans une famille catholique d'origine yoruba qui a su rester en contact avec le culte des ancêtres, tel qu'il s'incarne dans le vaudou. Élève brillant il refuse de repasser son baccalauréat après que sa feuille d'examen a été égarée et il se tourne vers le sport de haut niveau, mais un accident l'oblige à renoncer à cette activité. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romuald-hazoume/#i_12498

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les initiations tribales »  : […] Les rites de passage de l' enfance à l'âge adulte n'existent pas partout, du moins pas pour les deux sexes. Ici, il n'y a que les garçons qui les subissent ; là, les filles seulement ; ailleurs, les deux. Comme le montre A. Van Gennep, l'initiation est un « rite de passage » qui prend place dans tout un ensemble organisé, allant des rites de la naissance à ceux de la mort ; c'est pourquoi les cér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/initiation/#i_12498

KAARTA

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 217 mots

Selon la légende, deux frères sont les ancêtres des Bambara. L'un fut à l'origine du royaume de Ségou. L'autre est l'ancêtre des Bambara Massassi et le fondateur du royaume du Kaarta. Cette installation semble dater de la première moitié du xvii e  siècle. La capitale du Kaarta est alors Sounsana. Mais, vers le milieu du siècle suivant, les Bambar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kaarta/#i_12498

MANDÉ

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 221 mots

Noyau de l'Empire mandingue, les Mandé forment un immense groupe ethno-linguistique en Afrique de l'Ouest. Ils s'étendent de la boucle du Niger jusqu'à l'océan Atlantique, du Sénégal au Liberia. Les Mandé occidentaux sont principalement les Soussou et les Dialonké. Peut-être venus du haut Sénégal, ils submergèrent le territoire de l'actuelle Guinée, vers le xiii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mande/#i_12498

MASQUES - Le masque en Afrique

  • Écrit par 
  • Annie DUPUIS
  •  • 4 315 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Agriculteurs du bassin du Niger »  : […] Pour les Bambara, « la société n'a commencé d'exister qu'avec l'agriculture » (D. Zahan). De nombreux masques bambara représentent diverses antilopes, animal associé à l'agriculture, dont la tradition orale dit qu'il fut l'instigateur. À la corne est assimilée la croissance des céréales. Les plus connus de ces masques sont les tyirawaw des Bambara, portés par la société in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masques-le-masque-en-afrique/#i_12498

PERSONNE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 549 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les composantes de la personne dans les sociétés soudanaises »  : […] Les analyses de la personne effectuées par Marcel Griaule et Germaine Dieterlen chez les Dogon et les Bambara du Mali ont eu historiquement une influence considérable et ont marqué l'essor des recherches ultérieures – ce qui explique partiellement l'importance des travaux des africanistes sur ce thème. Fondées sur de longues observations, elles ont mis en évidence des systèmes complexes de compos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personne/#i_12498

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre en Afrique noire

  • Écrit par 
  • Pierre ICHAC
  •  • 4 150 mots

Dans le chapitre « Conditions d'une évolution »  : […] En vérité, toutes ses facultés et ses tendances semblent prédisposer l'Afrique au théâtre. Le metteur en scène G. W. Pabst avait coutume de dire qu'il n'existait dans le monde que trois sortes de comédiens instinctifs : les Noirs, les Chinois et les enfants. Le Noir possède un sens miraculeux du rythme, une rare justesse de l'oreille, un entraînement traditionnel aux joutes orales les plus subtile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-en-afrique-noire/#i_12498

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BAZIN, « BAMBARA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bambara/