AYMARAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lac Titicaca

Lac Titicaca
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Lac Titicaca, Pérou

Lac Titicaca, Pérou
Crédits : M. Lachenal

photographie


La communauté, les techniques, la religion

Le fondement de la structure communautaire aymara, comme ailleurs dans les Andes, est l'ayllu, qui date probablement de l'époque précolombienne et dont les membres, qui se réclament d'un ancêtre commun (huacca), possèdent et cultivent la terre en collectivité. Dans le système incaïque, tout paysan marié recevait un lot de terres. Après la récolte, le chef redistribuait les terres en fonction de la taille des familles et des besoins des ayllus.

Dans les régions où les structures communautaires ont résisté à trois siècles d'assimilation, les groupes patrilocaux ont gardé l'essentiel de leurs caractéristiques. L'ayllu, grande unité endogame, correspond à un territoire délimité. Il est divisé en deux moitiés : celle du haut (alasaya) et celle du bas (majasaya), chacune étant à son tour subdivisée en une série d'ayllus plus petits. Aucun de ces ayllus ne possède de territoire continu ; il est constitué à la fois par des terres de puna et de vallées. Les droits à l'usufruit sur la terre se transmettent suivant une lignée patrilinéaire.

Depuis des temps reculés, l'homme andin, l'Aymara en particulier, a su domestiquer les plantes d'altitude, particulièrement résistantes au froid. Sur les terres les plus hautes poussent les tubercules : pomme de terre, olluco, oca et quinoa (Chenopodium quinoa). Depuis l'époque précolombienne, la pomme de terre constitue la nourriture de base des Aymaras ; leur taxonomie actuelle en distingue deux cent vingt variétés : il s'agit en majorité de plantes de puna, dont les variétés amères (luki), les plus résistantes, ne peuvent pousser au-dessous de 2 500 mètres. Les pommes de terre sont généralement conservées après avoir été déshydratées par des expositions successives au froid et au gel durant plusieurs semaines ; le tubercule ayant ainsi perdu 75 à 80 p. 100 de son poids initial, on obtient alors le chuño ou la tunta. Depuis l'Antiquité, les procédés de conservation par le froid ont été étendus à la viande, ainsi qu'aux aliments cuits. Quant à la quinoa, qui don [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  AYMARAS  » est également traité dans :

ALTIPLANO

  • Écrit par 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 549 mots
  •  • 3 médias

Une partie des Andes est occupée par de hautes plaines, appelées altiplano, dont on distingue plusieurs types, de la Bolivie à la Colombie. L'Altiplano péruvo-bolivien est un ensemble de hautes plaines, entre 3 600 et 4 200 mètres, coupées de petits chaînons montagneux, qui s'étire sur 1 000 kilomètres entre le 15 e et le 25 e degré de latitude s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/altiplano/#i_23501

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 35 811 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'Argentine tropicale »  : […] Présentant des indices de développement plus modestes, l'Argentine tropicale se subdivise entre les provinces de Misiones et Corrientes, le Chaco (provinces du Chaco, de Formosa, une partie de Santiago del Estero) et enfin le nord-ouest andin (Salta, Jujuy et Tucumán). Ce sont les provinces de Chaco et de Formosa qui enregistrent les plus mauvais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argentine/#i_23501

BOLIVIE

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Jean-Pierre BERNARD, 
  • Jean-Pierre LAVAUD
  • , Universalis
  •  • 11 759 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Pauvreté et inégalités »  : […] Souvent qualifié de pays le plus pauvre d'Amérique latine (après Haïti), la Bolivie cumule des indicateurs de développement faibles : 114 e  rang mondial pour l'indicateur de développement humain (I.D.H.), selon le rapport du P.N.U.D. en 2004, environ 60 p. 100 de pauvres, près de la moitié de la population vivant avec moins de deux dollars par jo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bolivie/#i_23501

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques des Amériques

  • Écrit par 
  • Gérard BEHAGUE
  •  • 5 844 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Amérique centrale et l'Amérique du Sud : les musiques indiennes »  : […] Bien que le Mexique appartienne, du point de vue géographique, au continent nord-américain, il est plus logique de l'inclure dans un traitement musicologique de l'Amérique latine pour des raisons historiques et culturelles bien évidentes. Les Mexicains distinguent la musique métissée, música mestiza , de la musique indienne, música indígena , mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musicales-traditions-musiques-des-ameriques/#i_23501

TITICACA, lac

  • Écrit par 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 916 mots
  •  • 3 médias

Le plus vaste plan d'eau des Andes : 8 340 kilomètres carrés environ, 190 kilomètres dans sa plus grande longueur et de 80 kilomètres dans sa plus grande largeur. Situé à 3 812 mètres, sous le 16 e  degré de latitude sud, il est partagé entre le Pérou et la Bolivie . Ses plus grandes profondeurs (280 m) correspondent à un fossé tectonique orienté n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/titicaca-lac/#i_23501

Voir aussi

Pour citer l’article

Thérèse BOUYSSE-CASSAGNE, « AYMARAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aymaras/