AYMARAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'histoire et les structures des Aymaras

L'histoire de l'ethnie aymara est encore mal connue, bien que, par sa culture, celle-ci soit relativement plus homogène que les autres ethnies andines, et que sa tradition orale soit riche et ancienne. Comme les autres groupes amérindiens, on présume que les ancêtres des Aymaras vinrent d'Asie, sur le continent américain, il y a environ 20 ou 30 000 ans, via le détroit de Béring. Leur origine amazonienne ne constitue pour le moment qu'une hypothèse. Ils sont très certainement les héritiers des bâtisseurs de la grande métropole de Tihuanacu, située à 20 km au sud du lac Titicaca. L'importance de la culture de Tihuanacu dans l'histoire des Andes tient, d'une part, à la situation géographique de cette ville (il s'agit d'un des plus anciens empires de l'hémisphère Sud, situé, qui plus est, sur des hautes terres), d'autre part, à la durée de son influence (sept siècles environ, jusqu'au xiiie siècle).

La plupart des métropoles qui appartiennent à cette culture sont des villes non fortifiées dont l'architecture est avant tout religieuse, ce qui les différencie nettement des sites de l'intermède tardif, époque postérieure qui correspond à l'hégémonie aymara. Les grands centres religieux distribués sur les hautes terres mais aussi dans les vallées et régions côtières servirent sans doute de lieux d'échanges de produits. Sur les hautes terres, cette période est marquée par une intensification de la production et par une considérable expansion de l'agriculture en terrasses. La chute de l'empire de Tihuanacu coïncide avec l'émergence d'une série de petits États qui survécurent pendant deux siècles environ. Ces chefferies, dont la population parlait en majorité l'aymara, étaient situées sur les bords du Titicaca et au sud de l'Altiplano. Leur développement marque le début de la période historique bolivienne, et l'on peut dire que, du xve siècle jusqu'à l'arrivée des Espagnols (dans cette partie des Andes l'hégémonie incaïque dura environ un demi-siècle), ce sont en grande partie les structures sociales de ces chefferies que les deux colonisations – incaïque et espagnole – ré-utilisèrent à leur profit. À l'époque de son hégémonie, le territoire aymara occupait une étendue comprise entre Cuzco, capitale des Incas, et ce qui constitue aujourd'hui le nord de l'Argentine. Les chefferies, au nombre de douze, avaient leurs centres de pouvoir sur les parties les plus hautes de l'Altiplano. Par les chroniqueurs espagnols du xvie siècle et par les fouilles archéologiques on sait que les sites aymaras étaient constitués par des groupements urbains fortifiés (les puccaras), établis aux alentours de 4 100 m afin d'assurer la protection des hommes et des troupeaux. Ces sites, qui, dans la région du Titicaca, sont à 10 ou 20 km des rives du lac, sont proches de points d'eau et situés dans une région favorable à l'élevage des lamas ; pour la plupart, ils sont dominés par des groupements funéraires de forme circulaire (les chulpas). Pendant toute la période des chefferies, qui correspond à l'âge mythique de l'aucaruna (« temps de la guerre », en aymara) et qui succède au purunruna (« époque des ancêtres », confondue fréquemment avec le temps des chulpas), ces centres de pouvoir ne cessèrent de se combattre les uns les autres, cette attitude belliqueuse semblant avoir été l'un des traits dominants du groupe.

Chacune des douze chefferies (canchi, cana, colla, lupaca, pacaje, caranga, sora, charca, quillaca, caracara, chui, chicha) était divisée en deux moitiés, autour de l'axe aquatique constitué par le lac Titicaca et le fleuve Desaguadero, et qui longe l'Altiplano selon une direction nord-ouest - sud-est. Ainsi, chaque chefferie avait-elle une moitié urcusuyu (correspondant aux terres les plus hautes et à la région située à l'ouest et au sud-ouest) et une partie umasuyu (correspondant aux vallées et aux terres basses amazoniennes à l'est). Cette division en deux moitiés renvoie à un dualisme fondamental dans les Andes et se rattache à un système de classification, encore vivant à l'heure actuelle, qui ordonne non seulement l'espace, mais l'ensemble de la société selon des couples d'opposition : haut/bas, masculin/féminin, droite/gauche, été/hiver.

Dans ce contexte, l'axe aquatique, zone intermédiaire (taypi, en aymara), n'est pas seulement un lien géographique particulier, mais c'est de lui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Lac Titicaca

Lac Titicaca
Crédits : Ralph Bräumer/ Panther Media/ Age Fotostock

photographie

Lac Titicaca, Pérou

Lac Titicaca, Pérou
Crédits : M. Lachenal

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AYMARAS  » est également traité dans :

ALTIPLANO

  • Écrit par 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 550 mots
  •  • 3 médias

Une partie des Andes est occupée par de hautes plaines, appelées altiplano, dont on distingue plusieurs types, de la Bolivie à la Colombie. L'Altiplano péruvo-bolivien est un ensemble de hautes plaines, entre 3 600 et 4 200 mètres, coupées de petits chaînons montagneux, qui s'étire sur 1 000 kilomètres entre le 15 e et le 25 e degré de latitude sud. L'Altiplano occupe un secteur subsident rempli […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'Argentine tropicale »  : […] Présentant des indices de développement plus modestes, l'Argentine tropicale se subdivise entre les provinces de Misiones et Corrientes, le Chaco (provinces du Chaco, de Formosa, une partie de Santiago del Estero) et enfin le nord-ouest andin (Salta, Jujuy et Tucumán). Ce sont les provinces de Chaco et de Formosa qui enregistrent les plus mauvais taux de mortalité infantile et d'analphabétisme. […] Lire la suite

BOLIVIE

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Jean-Pierre BERNARD, 
  • Jean-Pierre LAVAUD
  • , Universalis
  •  • 11 762 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Pauvreté et inégalités »  : […] Souvent qualifié de pays le plus pauvre d'Amérique latine (après Haïti), la Bolivie cumule des indicateurs de développement faibles : 114 e  rang mondial pour l'indicateur de développement humain (I.D.H.), selon le rapport du P.N.U.D. en 2004, environ 60 p. 100 de pauvres, près de la moitié de la population vivant avec moins de deux dollars par jour (les indigents), une espérance de vie de 65 ans […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques des Amériques

  • Écrit par 
  • Gérard BEHAGUE
  •  • 5 846 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Amérique centrale et l'Amérique du Sud : les musiques indiennes »  : […] Bien que le Mexique appartienne, du point de vue géographique, au continent nord-américain, il est plus logique de l'inclure dans un traitement musicologique de l'Amérique latine pour des raisons historiques et culturelles bien évidentes. Les Mexicains distinguent la musique métissée, música mestiza , de la musique indienne, música indígena , mais ces deux traditions se manifestent dans presque […] Lire la suite

TITICACA, lac

  • Écrit par 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 917 mots
  •  • 3 médias

Le plus vaste plan d'eau des Andes : 8 340 kilomètres carrés environ, 190 kilomètres dans sa plus grande longueur et de 80 kilomètres dans sa plus grande largeur. Situé à 3 812 mètres, sous le 16 e  degré de latitude sud, il est partagé entre le Pérou et la Bolivie . Ses plus grandes profondeurs (280 m) correspondent à un fossé tectonique orienté nord-ouest - sud-est. Ses rivages sont variés : pre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Thérèse BOUYSSE-CASSAGNE, « AYMARAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aymaras/