DANJON ANDRÉ (1890-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

à Caen le 6 avril 1890, André Danjon est une des grandes figures de l'astronomie française du xxe siècle. Reçu à l'École normale en 1910, agrégé de physique en 1914, il travaille dès 1919 à l'Observatoire de Strasbourg, redevenu français et dont il a établi un projet de reconstruction qui a abouti. Directeur de cet observatoire en 1930, doyen de la faculté des sciences de Strasbourg en 1935, Danjon devient recteur de l'université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand en 1940. Il va y jouer un rôle important pour protéger de la Gestapo les enseignants et les étudiants alsaciens, ce qui lui vaudra d'être révoqué en 1942.

Nommé en 1945 à la direction de l'Observatoire de Paris-Meudon – poste qu'il conservera jusqu'en 1963 – et de l'Institut d'astrophysique du C.N.R.S., il réorganise en « dictateur éclairé » l'astronomie française, qui en avait bien besoin. Visionnaire, il est le premier en France à comprendre les promesses de la radioastronomie, qui se développe alors à l'École normale supérieure, et il accueille en 1954 à l'Observatoire de Paris-Meudon le groupe qui s'y était constitué.

Son activité scientifique, considérable, pâtira cependant de ses nombreuses tâches administratives. Danjon a perfectionné l'astrolabe impersonnel, un instrument d'astrométrie permettant de mesurer avec une grande précision l'instant du passage d'une étoile à une hauteur donnée au-dessus de l'horizon. Cet instrument a connu un grand succès puisque quarante-cinq exemplaires en ont été construits et disséminés dans le monde ; il a notamment permis de développer les études sur la rotation de la Terre, qui demeurent un des fleurons de l'Observatoire de Paris. Professeur remarquable, Danjon a formé de nombreux élèves et a écrit deux ouvrages qui sont devenus des classiques : un traité d'astronomie fondamentale, Astronomie générale. Astronomie sphérique et éléments de mécanique céleste (1re éd. 1952), et, avec André Couder, Lunettes et télescopes (1re éd. 1935). André Danjon meurt à Suresnes, près de Paris, le 27 avril 1967.

—  James LEQUEUX

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DANJON ANDRÉ (1890-1967)  » est également traité dans :

ASTROLABE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 369 mots
  •  • 1 média

Le « preneur d'étoiles » ( astrolabos ), en forme de disque, est la combinaison d'un instrument de mesure et d'un système de projection stéréographique. L'astrolabe-planisphère de Ptolémée ( ii e  s.) présente une face graduée qui porte une alidade : suspendu verticalement, il permet de prendre la hauteur d'un astre. L'autre face reçoit un premier disque : projection stéréographique de la sphère s […] Lire la suite

PECKER JEAN-CLAUDE (1923-2020)

  • Écrit par 
  • Roger-Maurice BONNET, 
  • Pierre LÉNA
  •  • 1 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Promoteur de l’astronomie française »  : […] Jean-Claude Pecker forme et inspire toute une génération d’astrophysiciens. Collaborant avec des chercheurs des États-Unis, il approfondit la physique mathématique décrivant l’interaction du rayonnement dans les conditions hors équilibre thermodynamique local (ETL), offrant ainsi une représentation plus exacte de la propagation des photons et d’autres particules dans les atmosphères d’étoiles. À […] Lire la suite

Pour citer l’article

James LEQUEUX, « DANJON ANDRÉ - (1890-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-danjon/