DANJON ANDRÉ (1890-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

à Caen le 6 avril 1890, André Danjon est une des grandes figures de l'astronomie française du xxe siècle. Reçu à l'École normale en 1910, agrégé de physique en 1914, il travaille dès 1919 à l'Observatoire de Strasbourg, redevenu français et dont il a établi un projet de reconstruction qui a abouti. Directeur de cet observatoire en 1930, doyen de la faculté des sciences de Strasbourg en 1935, Danjon devient recteur de l'université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand en 1940. Il va y jouer un rôle important pour protéger de la Gestapo les enseignants et les étudiants alsaciens, ce qui lui vaudra d'être révoqué en 1942.

Nommé en 1945 à la direction de l'Observatoire de Paris-Meudon – poste qu'il conservera jusqu'en 1963 – et de l'Institut d'astrophysique du C.N.R.S., il réorganise en « dictateur éclairé » l'astronomie française, qui en avait bien besoin. Visionnaire, il est le premier en France à comprendre les promesses de la radioastronomie, qui se développe alors à l'École normale supérieure, et il accueille en 1954 à l'Observatoire de Paris-Meudon le groupe qui s'y était constitué.

Son activité scientifique, considérable, pâtira cependant de ses nombreuses tâches administratives. Danjon a perfectionné l'astrolabe impersonnel, un instrument d'astrométrie permettant de mesurer avec une grande précision l'instant du passage d'une étoile à une hauteur donnée au-dessus de l'horizon. Cet instrument a connu un grand succès puisque quarante-cinq exemplaires en ont été construits et disséminés dans le monde ; il a notamment permis de développer les études sur la rotation de la Terre, qui demeurent un des fleurons de l'Observatoire de Paris. Professeur remarquable, Danjon a formé de nombreux élèves et a écrit deux ouvrages qui sont devenus des classiques : un traité d'astronomie fondamentale, Astronomie générale. Astronomie sphérique et éléments de mécanique céleste (1re éd. 1952), et, avec André Couder, Lunettes et télescopes (1re éd. 1935). André Danjon meurt à Suresnes, près de Paris, le 27 avril 1967.

—  James LEQUEUX

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DANJON ANDRÉ (1890-1967)  » est également traité dans :

ASTROLABE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 370 mots
  •  • 1 média

Le « preneur d'étoiles » (astrolabos), en forme de disque, est la combinaison d'un instrument de mesure et d'un système de projection stéréographique. L'astrolabe-planisphère de Ptolémée (iie s.) présente une face […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrolabe/#i_20765

Pour citer l’article

James LEQUEUX, « DANJON ANDRÉ - (1890-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-danjon/