ĀŚRAM ou ASHRAM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les lieux de l'effort

Malgré une histoire longue de plus de vingt-cinq siècles, en dépit d'un dynamisme contemporain incontestable et d'une infinie polyvalence, tous les āśram se constituent autour de structures permanentes qui les différencient d'institutions telles que les monastères ou les ermitages chrétiens. En premier lieu, comme le remarque Jean Varenne à propos du « groupe maître-disciples » qui « constitue ce que l'on nomme habituellement un âshram », « il est préférable de conserver le mot sans le traduire, car il ne correspond pas à quelque chose de courant en Occident ». La relation du maître à ses disciples, en effet essentielle à tout āśram, se situe dans le cadre d'une spontanéité qui devrait combattre toute tentative d'institutionnalisation. Jean Varenne précise fort justement que « le véritable âshram est totalement ouvert ; on y vient quand on veut, on y vit comme on veut ; on le quitte quand on le désire, et le maître ne se mêle en aucune façon d'administrer quoi que ce soit ». Nulle clôture donc, nul vœu de stabilité : non seulement l'āśram ne doit pas être le lieu d'une fuite du monde, mais il doit constituer, au sein de la société, le centre exemplaire qui la fonde. C'est la société, en effet, qui, par ses aumônes, assure la vie matérielle de cette arène spirituelle où elle livre le combat contre le désir de tuer (ahimsa), contre le désir de posséder et celui de procréer. Les gens de toute caste visitent l'āśram pour y trouver conseil ou simplement pour vivre quelques instants en présence du guru.

Dans les anciens āśram, le guru donnait à ses disciples un enseignement philosophique et spirituel. C'est ainsi que sont nées les Upaniṣad. Mais sa fonction sociale ne s'arrêtait pas là. Les jeunes brahmanes allaient y passer le premier âge de leur vie, celui du brahmacarya. Ils y mémorisaient la tradition orale de la grande tradition védique. Il semble bien, d'après un texte du Suttanipāta bouddhique, que les āśram, anneaux de transmission de la culture indienne, furent aussi un élément majeur de l'expansion du bouddhisme dans tout le continent indien. Aux temps du Buddha, par exemple, Bāvari, un brahmane du Nord, établit son āśram au confluent de la Mulā et de la Godāvari dans l'Inde du Sud. Comme autour des monastères du Moyen Âge en France, c'est sans doute à partir des āśram que la plus grande partie de l'Inde fut défrichée et civilisée.

Au viiie siècle après J.-C., le grand maître Śankara utilisa, lui aussi, l'institution des āśram, qu'il appela des matha, pour répandre, du cap Comorin aux sources du Gange, cette nouvelle interprétation du Vedanta qui domina depuis lors toute la spéculation indienne. Parmi de nombreux autres, le matha de Śringeri, sous la direction de son jagadguru (maître universel) dont la généalogie spirituelle remonte sans brisure jusqu'au maître Śankara lui-même, reste aujourd'hui un des centres principaux de l'enseignement védantin.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ASRAM ou ASHRAM  » est également traité dans :

ALFASSA MIRA dite LA MÈRE (1878-1973)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 289 mots

L'âshram de Shrî Aurobindo était dirigé depuis 1926 par une femme que les disciples vénéraient comme une incarnation de la Mère divine. On ne l'appelait donc que « Mère », et depuis la mort du maître (1950) elle assumait également la fonction d'inspiratrice spirituelle, qui à l'origine était dévolue à Shrî Aurobindo. Juive d'origine égyptienne, Mira Alfassa était française ; née à Paris en 1878, […] Lire la suite

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 664 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme indien »  : […] Les origines de l'ascétisme en Inde sont très anciennes. Le Ṛgveda ( xv e  s. av. J.-C.) mentionne déjà diverses catégories d'ascètes : keśin (« chevelus »), yati (« disciplinés »), vrātya (« qui ont fait un vœu »), muni (« silencieux »), etc. Ces personnages ont en commun de pratiquer le tapas . Le terme évoque l'idée d'un échauffement provoqué violent. Il sert de désignation générique à tout […] Lire la suite

AUROBINDO ŚRĪ (1872-1950)

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 479 mots

Dans le chapitre « Une communauté originale »  : […] Dans l' Āśram, la communauté spirituelle et temporelle dirigée par la « Mère » (décédée en 1973), cette doctrine est l'idéal que les disciples se sont appliqués à réaliser en collaboration avec des sympathisants qui travaillent pour faire vivre et prospérer cette communauté. Le centre en demeure à Pondichéry, mais la communauté possède des branches et des groupes dans plusieurs grandes villes de l […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Développements modernes et rencontre avec l'Occident »  : […] Nombre de doctrines et d'écoles anciennes ou médiévales sont restées vivantes en Inde jusqu'à l'époque actuelle et font donc toujours partie des philosophies modernes du pays, d'autant plus que souvent leurs théoriciens ne restent pas passifs et s'emploient à les accommoder par l'interprétation aux idées en vogue dans le présent monde international de la pensée. Certaines doctrines oubliées de lon […] Lire la suite

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 549 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renoncement et la société séculière »  : […] La société séculière s'efforcera d'apprivoiser ce monachisme sauvage, en l'institutionnalisant à la faveur de la théorie des quatre āśrama  : comme on s'en aperçoit à partir de la Sv́etāśvatara Upaniṣad , dans le Mahābhārata , et plus strictement dans les traités juridiques ( Dharmaśāstra) , notamment les Lois de Manu . Cette théorie ordonne le déroulement idéal de la vie d'un initié ou deux fois- […] Lire la suite

RAMAṆA MAHARṢI (1879-1950)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 215 mots

L'un des plus célèbres maîtres spirituels de l'hindouisme contemporain fut un brahmane tamoul du nom de Venkata Ramana Aiyer. Il renonça au monde à l'âge de dix-sept ans et se fixa alors à Tiruvannamalaï, lieu de pèlerinage célèbre en pays dravidien : on y vénère une colline (le mont Arunâchala) qui passe pour représenter l'axe du monde que la tradition brahmanique identifie à une montagne mythiqu […] Lire la suite

SAṂNYĀSIN ou SANNYĀSIN

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 551 mots

Au cœur de la tradition brahmanique classique (depuis le ~ viii e  s. et jusqu'à nos jours) se trouve l'idée que l'existence n'est rien, si on la réfère à l'essence. Le monde des phénomènes n'est pas dépourvu d'être propre (comme le pensent les bouddhistes), puisqu'il est soutenu par le Principe (le brahman ), dont il est issu et auquel il fera retour à la fin du cycle cosmique pour renaître à nou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy DELEURY, « ĀŚRAM ou ASHRAM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/asram-ashram/