ALFASSA MIRA dite LA MÈRE (1878-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âshram de Shrî Aurobindo était dirigé depuis 1926 par une femme que les disciples vénéraient comme une incarnation de la Mère divine. On ne l'appelait donc que « Mère », et depuis la mort du maître (1950) elle assumait également la fonction d'inspiratrice spirituelle, qui à l'origine était dévolue à Shrî Aurobindo. Juive d'origine égyptienne, Mira Alfassa était française ; née à Paris en 1878, elle épousa d'abord un peintre du nom de Morisset, puis un avocat, Richard. C'est au cours d'un séjour avec celui-ci dans l'Inde française qu'elle rencontra Aurobindo (1922). Associant désormais sa vie à celle de ce dernier, elle devient sa proche collaboratrice et fonde avec lui l'âshram (« centre spirituel ») de Pondicherry. Le fils qu'elle avait eu de M. Morisset y joua le rôle de secrétaire général après la Seconde Guerre mondiale. Entre 1926 et 1973 (date de sa mort), la Mère donne une puissante impulsion à l'organisation matérielle de l'âshram (officiellement : Shrî Aurobindo Society) qui devient une importante entreprise capitaliste. Son génie de l'organisation, joint à une autorité rigoureuse (et s'exerçant sans partage), a permis à la Mère de réaliser une œuvre certainement promise à durer. Son influence sur le plan spirituel est plus difficile à apprécier puisqu'il s'agit là d'un domaine où les témoignages ne peuvent être que subjectifs. Du moins la Mère a-t-elle toujours dit qu'elle ne faisait que transmettre l'influence « supramentale » issue d'Aurobindo lui-même, limitant ainsi volontairement son rôle à celui d'un intermédiaire entre le maître et ses disciples.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « ALFASSA MIRA dite LA MÈRE (1878-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mira-alfassa/