ART URBAIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance du « writing »

S'il est d'abord le fait d'une poignée d'artistes en rupture, c'est par son versant populaire que l'art urbain accédera au rang de véritable culture. À la toute fin des années 1960, émerge en effet sur la côte est des États-Unis un mouvement esthétique promis à une diffusion internationale : le writing (nom donné par les Anglo-Saxons au graffiti d'inspiration new-yorkaise et que les graffeurs préfèrent à celui, trop générique, de graffiti). Porté par l'essor du Civil Rights Movement, ce mode d'expression minoritaire (il est originellement le fait des jeunes et des déshérités) doit beaucoup aux mutations qui s'opèrent alors dans l'espace urbain américain. À l'époque où Demetrius, jeune coursier d'origine grecque, commence à tracer sur les murs son pseudonyme Taki 183, New York se compose d'une somme de territoires fortement ségrégués dont seuls les réseaux de transport assurent la continuité. Significativement, c'est sur les rames des métros qui roulent d'un bout à l'autre de la ville que la jeunesse new-yorkaise développe peu à peu une esthétique proche de la calligraphie et dont les traits principaux sont l'emploi du pseudonyme, l'usage de la bombe aérosol et les nombreux emprunts à la culture de masse, cinéma et comics en tête. À mesure qu'il se diffuse, le mouvement se structure autour de règles et de valeurs communes : compétition entre crews (groupes de graffiti-artistes) au sein desquels les toys (les débutants) secondent les kings (expérimentés), allégeance à différents styles (wild style, throw up, block letters), valorisation de la prise de risque...

New York, Graffiti, H. Levitt

New York, Graffiti, H. Levitt

Photographie

Helen Levitt, New York (Graffiti with Headache Neuralgia), 1940, épreuve au gélatino-bromure d'argent sur papier baryté, 18,2 cm x 28,4 cm. Musée d'Art moderne de Saint-Étienne. Parmi les photographies prises dans les rues de New York par Levitt, celle d'un graffiti (avec névralgie mal de... 

Crédits : Y. Bresson/ Musée d'art moderne, Saint-Etienne-Métropole

Afficher

Dès l'origine pourtant deux conceptions du writing s'affrontent : aux fresques « vandales » exécutées sur train dans l'illégalité, s'oppose un graffiti mural moins tourné vers la prouesse virile. Le premier dresse contre lui les autorités et provoque la colère du grand public ; le second suscite dès les années 1970 l'intérêt des travailleurs sociaux, des galeries et des médias, et s'agrège à la scène new wave puis au mouvement culturel et artisti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Pochoir d'Artiste-ouvrier

Pochoir d'Artiste-ouvrier
Crédits : C. Mouly

photographie

New York, Graffiti, H. Levitt

New York, Graffiti, H. Levitt
Crédits : Y. Bresson/ Musée d'art moderne, Saint-Etienne-Métropole

photographie

Wrinkles of the City à Los Angeles, JR

Wrinkles of the City à Los Angeles, JR
Crédits : Cdrin/ Shutterstock

photographie

Mosaïque Space Invaders, Paris

Mosaïque Space Invaders, Paris
Crédits : C. Mouly

photographie





Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Stéphanie LEMOINE, « ART URBAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-urbain/