ART URBAIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pochoir d'Artiste-ouvrier

Pochoir d'Artiste-ouvrier
Crédits : C. Mouly

photographie

New York, Graffiti, H. Levitt

New York, Graffiti, H. Levitt
Crédits : Y. Bresson/ Musée d'art moderne, Saint-Etienne-Métropole

photographie

Wrinkles of the City à Los Angeles, JR

Wrinkles of the City à Los Angeles, JR
Crédits : Cdrin/ Shutterstock

photographie

Mosaïque Space Invaders, Paris

Mosaïque Space Invaders, Paris
Crédits : C. Mouly

photographie


Une critique en acte de l'espace urbain

Que ce soit dans son versant populaire ou élitaire, l'art urbain est largement tributaire des mutations qui affectent la métropole des xxe et xxie siècles. À cet égard, il est significatif que sa naissance dans les années 1960 soit contemporaine de l'avènement d'un modèle d'urbanisme, héritier du Bauhaus et de Le Corbusier, et fondé sur la division de l'espace en diverses fonctions (habiter, travailler, se divertir, se déplacer). Cette séparation généralisée faisait déjà l'objet chez les situationnistes d'une critique dont la traduction en acte sera la dérive : en réaction à une organisation spatiale de plus en plus normée, de plus en plus régie par ses réseaux de transports, cette « technique du déplacement sans but » consiste à explorer la ville en se laissant aller aux sollicitations de l'environnement. Dans la lignée de Guy Debord et parfois sous son influence, l'art urbain s'affirme, consciemment ou non, comme une charge contre le fonctionnalisme de la métropole contemporaine. C'est dans ce sens que Jean Baudrillard a pu lire dans les graffitis une « insurrection par les signes » contre la séparation qui s'opère via l'urbanisme, la publicité ou la voiture, et ce d'autant plus qu'ils prennent pour cible le seul élément qui unifie désormais l'espace urbain : ses réseaux.

De même que le skateboard, le street art prend ainsi des allures de reconquête d'un espace public en voie de neutralisation ou de grignotage. Se voulant un contrepoint à l'hégémonie publicitaire et signalétique, il voit dans le jeu, l'aventure ou la subversion du code, autant de tactiques destinées à affirmer la liberté de l'individu contre le régime d'injonctions et d'interdictions dont la ville est tissée. Aussi prend-il souvent la forme du détournement (ou culture jamming) : réversion de la signalétique dans les œuvres de Roadsworth ou Dan Witz, brouillage ou altération du message publicitaire chez Zevs, CutUp, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ART URBAIN  » est également traité dans :

BANKSY (1974- )

  • Écrit par 
  • Stéphanie LEMOINE
  •  • 1 125 mots

Figure incontournable de l'art urbain contemporain, Banksy en est aussi l'une des plus paradoxales : protégeant son anonymat, il sait entretenir au besoin la curiosité publique et médiatique. Résistant à toute tentative d'institutionnalisation, il n'en a pas moins publié plusieurs livres, monté une série d'expositions remarquées et même réalisé un (faux ?) documentaire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banksy/#i_54538

GRAFFITI

  • Écrit par 
  • Glen D. CURRY, 
  • Scott H. DECKER, 
  • William P. MCLEAN
  • , Universalis
  •  • 5 872 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le graffiti au XXe siècle : du territoire à l'œuvre d'art »  : […] Au xx e  siècle, les graffiti étaient, aux États-Unis comme en Europe, étroitement associés aux gangs. Ces derniers les utilisaient à diverses fins : marquer ou revendiquer un territoire, commémorer un membre décédé, glorifier un acte commis par un membre du gang ou encore lancer un défi à un rival. Les graffiti, particulièrement fréquents dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graffiti/#i_54538

JR (1983 env. - )

  • Écrit par 
  • Stéphanie LEMOINE
  •  • 989 mots
  •  • 1 média

De tous les artistes français de la scène street art, JR est sans doute celui dont le parcours est le plus singulier et l'ascension la plus fulgurante. Après avoir tenu les rues du monde entier pour la « plus grande galerie d'art au monde », il compte désormais parmi les artistes de la galerie Perrotin à Paris. Il a intégré, à moins de trente ans, la prestigieuse agence photographique VU. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jr/#i_54538

PIGNON-ERNEST ERNEST (1942- )

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 2 007 mots

Le dessinateur, peintre, créateur d'événements à travers le monde Ernest Pignon-Ernest est né à Nice en 1942. Travaillant la ville comme un matériau plastique et symbolique, Ernest Pignon-Ernest crée des œuvres éphémères par nature dont les traces nous sont offertes, dans les musées et dans les galeries, également dans les livres et les films : dessins préparatoires faits à l'atelier, photographie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-pignon-ernest/#i_54538

Voir aussi

Pour citer l’article

Stéphanie LEMOINE, « ART URBAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-urbain/