Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NUMÉRIQUE ART

L'art interactif

Vers la fin des années 1980, l'intérêt des artistes pour l'interactivité devient de plus en plus en vif. L'évolution des interfaces permet d'engager un dialogue véritablement multimodal (textes, images, sons) avec l'ordinateur. L'expression paradoxale de réalité virtuelle apparaît. Ce qui entraîne encore une nouvelle manière de désigner l'art numérique : l'art virtuel. En vérité, il faut rappeler que seul le traitement computationnel de l'information est virtuel. Les résultats des calculs auxquels les interfaces donnent forme (images, sons, etc.) sont, eux, totalement réels. La virtualité est inhérente à la technologie numérique. Un simple traitement de texte est déjà une réalité virtuelle. Mais ce qui change vraiment pour le spectateur, c'est l'impression de se sentir littéralement immergé dans un monde qui se présente à lui avec la force et la vraisemblance du réel, d'un réel – fût-il fantastique – avec lequel il peut interagir.

Chez les expérimentateurs, l'idée de faire interagir le spectateur et l'œuvre naît bien avant la décennie de 1990. Elle est propre à un courant esthétique qui met en avant la participation du spectateur et qui, traversant l'ensemble des arts, remonte aux années 1960. Après un certain déclin, cette idée rebondit, profitant de tous les avantages de la technologie. Mais déjà, dès 1965, des chercheurs développent des dispositifs électroniques interactifs : Edmond Couchot, avec la série des Sémaphora, tableaux lumineux et mobiles réagissant cybernétiquement aux ondes hertziennes, à la voix ou aux sons, Myron Kruger, avec Glowflow (1969), environnements lumineux et sonores sensibles aux déplacements des spectateurs, et Piotr Kowalski avec la Time Machine (1970-1980), qui inverse l'écoulement des sons et des images prises par une caméra vidéo en temps réel, à l'instigation du spectateur qui se voit remonter le temps au rythme qu'il a choisi.

Le musicien David Rokeby réalise et perfectionne, entre 1986 et 1994, un dispositif musical sensible aux déplacements et aux gestes du spectateur, A Very Nervous System. Chaque mouvement du spectateur, qui devient en fait une sorte d'instrumentiste gestuel, est analysé par une caméra numérique, interprété et traduit par l'ordinateur en séquences de sons musicaux. Le son est ainsi totalement engendré par le corps de l'instrumentiste, il naît de sa danse. Le rapport de la musique et de la danse s'inverse. Jeffrey Shaw reste parmi les plus féconds de ces artistes. Dès 1985, il propose une série d'installations interactives, dont The Legible City, cité virtuelle composée de mots et de phrases à l'intérieur de laquelle on peut se déplacer en pédalant sur un vrai vélo, et Configuring the Cave (1997), un dispositif d'immersion totale où le spectateur navigue à travers sept univers visuels et sonores en manipulant un mannequin de bois disposé au centre de la pièce.

La sensation d'immersion s'éprouve aussi au moyen de casques de visualisation qui donnent à voir une image très enveloppante en trois dimensions. Chair Davies utilise ce procédé dans Osmose (1994), pour plonger le spectateur dans des mondes oniriques personnels où il se déplace librement mais sous certaines conditions. Celui-ci porte une sangle autour de la poitrine, qui se dilate plus ou moins lorsqu'il expire ou inspire. Des informations sont alors envoyées à l'ordinateur, qui fait évoluer le spectateur vers le haut ou vers le bas dans les trois dimensions de l'image en fonction de sa respiration.

Catherine Ikam et Louis Fléri proposent une très troublante rencontre entre le spectateur et un visage féminin virtuel, Elle, modélisé en trois dimensions et projeté sur un écran situé dans une pièce assez sombre. Chaque présence, chaque déplacement du[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFFICHE

    • Écrit par Michel WLASSIKOFF
    • 6 817 mots
    • 12 médias
    ...La mise au point du langage Postscript conduit à la création de caractères haute résolution et le dessin de lettres connaît un formidable engouement. Autour de la revue Emigre, en Californie, surgit une New typography en quête de formes inédites générées par le numérique. Dans ce contexte, les affiches...
  • DESSIN CONTEMPORAIN

    • Écrit par Philippe PIGUET
    • 2 084 mots
    • 1 média
    Avec l'avènement des nouvelles technologies, certains artistes ont été conduits à envisager le dessin de façon numérique. Celui-ci se donne alors à voir dans toutes sortes de mises en œuvre lui conférant selon les cas une existence tantôt matérielle, tantôt virtuelle. Le dessin numérique, qui suppose...
  • JAPON (Arts et culture) - Les arts

    • Écrit par François BERTHIER, François CHASLIN, Universalis, Nicolas FIÉVÉ, Anne GOSSOT, Chantal KOZYREFF, Hervé LE GOFF, Françoise LEVAILLANT, Daisy LION-GOLDSCHMIDT, Shiori NAKAMA, Madeleine PAUL-DAVID
    • 56 170 mots
    • 35 médias
    ...dispositifs provisoires qui parasitent façades et intérieurs de bâtiments pour accentuer leur présence dans l'environnement urbain. L'installation s'empare de l'art numérique, comme dans les méditations sur le temps de Miyajima Tatsuo (né en 1957), défilés à l'infini de chiffres lumineux. Les lieux dédiés...
  • PAUME JEU DE

    • Écrit par Universalis
    • 545 mots

    Le Jeu de Paume, à Paris, fut un musée d’art impressionniste, puis d’art moderne et contemporain, avant d’être consacré à la photographie.

    La salle du Jeu de Paume fut construite sous Napoléon III en 1862 dans le jardin des Tuileries, en symétrie avec le bâtiment voisin de l’Orangerie. On...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi